Archive | août 2014

Miss Alabama et ses petits secrets, Fannie Flagg.

Miss AlabamaVille principale de l’Alabama, Birmingham a plutôt mauvaise presse en raison des émeutes raciales qui eurent lieu dans les années soixante. Ce berceau industriel du Sud n’est pas non plus un modèle d’esthétique : la ville est en effet constituée d’un ensemble hétéroclite de zones industrielles, d’un centre ville aux immeubles énormes et de quartiers résidentiels dont, malheureusement, les belles demeures à l’allure anglaise de Mountain Brook ont été détruites pour laisser place aux projets modernes de promoteurs immobiliers sans scrupule. Heureusement, il y a à Birmingham, pour contrebalancer ce tableau assez sombre, la gentillesse et l’hospitalité des habitants. Bien que celles-ci, parfois poussées à leur extrême, peuvent aussi devenir gênantes !

C’est dans cette petite ville sans grand intérêt que vit Margaret Fortenberry, dite Maggie, ancienne Miss Alabama, qui s’est reconvertie en agent immobilier après avoir échoué à l’élection de Miss America et éconduit tous ses prétendants. Quelques décennies plus tard, Maggie avance doucement vers la retraite. Toujours belle et élégante, elle vit pourtant seule et travaille chez Red Mountain Realty, une agence immobilière fondée par Hazel, personnage solaire mesurant seulement 1m02, mais dont la générosité et la grandeur d’âme en ont marqué plus d’un, ses collaborateurs en particulier. Malheureusement, Hazel est décédée subitement il y a quelques années, et depuis, la vie n’est plus la même pour les employés de l’agence, et notamment pour Maggie.

Depuis quelques temps, Maggie éprouve un énervement inhabituel face à certaines contrariétés de la vie quotidienne et ne reconnaît plus le monde qui l’entoure. Un sentiment qui lui fait peur et l’amène à dresser une liste des seize bonnes raisons d’en finir ! Maggie a en effet décidé de partir pour toujours et, au moment où commence le roman, elle a choisi de mettre en oeuvre un plan préparé de longue date afin d’organiser sa disparition. Malheureusement, Brenda, collègue et amie de Maggie, l’appelle pour lui annoncer joyeusement qu’elle dispose de deux places pour aller voir les derviches tourneurs qui sont de passage à Birmingham : un spectacle rare en Alabama, donc à ne pas manquer !

Les projets de Maggie se voient repoussés à plus tard, mais peu importe, Maggie profite de ce contretemps pour peaufiner son plan. Les événements qui s’enchaînent alors se liguent contre la décision de Maggie, surtout lorsque l’agent immobilier qu’elle est, respectueuse de l’architecture du passé, se verra confier le mandat de vendre la magnifique demeure de Crestview, une maison qui recèle un secret que Maggie s’emploiera rapidement à découvrir.

Au rythme de cette aventure agréable, Miss Alabama nous révèle ses petits secrets, qui ne sont autres que les petits rebondissements d’une vie qu’elle avait choisi de mettre en sourdine, pour ne la vivre qu’avec retenue. Maggie découvre heureusement, à l’aube de la soixantaine, que sa vie ne se trouve pas derrière elle, mais qu’elle a encore beaucoup de choses à découvrir. Elle prend conscience également qu’elle est entourée de gens formidables, Brenda, Ethel, et même Hazel qui n’est plus là, mais leur a donné à toutes une belle leçon de vie. Et même l’odieuse Babs Bingington, objet de ses cauchemars, ne lui fait plus peur : Maggie ose en effet l’affronter et lui dire ce qu’elle pense d’elle, se libérant ainsi d’un poids immense.

Une chose est sûre, l’auteure, Fannie Flagg, est douée pour raconter des histoires. Egalement actrice et scénariste, Fannie Flagg a écrit le célèbre Beignets de tomates vertes qui a été ensuite adapté au cinéma. Miss Alabama et ses petits secrets devrait suivre la même voie. En attendant, c’était un roman parfait pour les vacances. Et si la rentrée vous déprime, cette lecture est pour vous : Miss Alabama et ses petits secrets se lit avec plaisir et contient tous les ingrédients que laisse présager la quatrième de couverture : un peu d’amour, beaucoup d’amitié, un secret de famille, un peu de suspense, et beaucoup d’humour. Bien construit, le roman est cependant léger, l’énigme facile à deviner et le dénouement, sans surprise… à l’américaine !

Miss Alabama et ses petits secrets, Fannie Flagg, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-Luc Piningre, Le cherche midi, Paris, mai 2014, 435 p.

Livre lu dans le cadre d’un partenariat avec le site Chroniques de la rentrée littéraire, que je remercie.

 

Publicités