Histoire d’Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un)

Histoire d'Alice qui ne pensait ...L’avant-dernier roman de l’écrivain belge Francis Dannemark est sorti il y a quelques jours en format de poche aux éditions Pocket : si ce n’est pas encore fait, voilà l’occasion de découvrir ce roman dont le titre illustre parfaitement la fantaisie qu’il recèle !

Paul, le narrateur, assiste à l’enterrement de sa mère, Mady, à Bruxelles. Contre toute attente, il y rencontre Alice, la sœur de sa mère, qu’il ne connaissait pas, et dont il n’a que rarement entendu parler dans son enfance. Alice vit en effet à l’étranger depuis la fin de la guerre. Choquée par la mort de ses deux parents et de son fiancé, elle a préféré partir aux États-Unis pour oublier toute cette souffrance.

Alice reste quelques jours à Bruxelles, et passe une soirée avec son neveu, puis deux, puis davantage, le temps de lui raconter sa vie, et de lui demander un service : retrouver un homme dont elle a perdu la trace il y a bien longtemps.

Paul écoute la longue histoire d’Alice qui est loin d’être banale, notamment par le nombre de maris qu’elle a eus. Oh, elle n’a jamais divorcé ! Elle ne les a pas trucidés non plus : ils sont tous partis, d’une mort bien naturelle ! Et une fois veuve, Alice a rapidement retrouvé l’âme sœur. À chaque fois.

N’allez pas croire qu’Alice se mariait par intérêt ou par peur de la solitude, non. Alice est toujours tombée amoureuse, et c’était réciproque ! Elle a beaucoup voyagé aussi, suivant parfois son conjoint jusqu’à des régions reculées. Elle s’est ainsi retrouvée tout à tour l’épouse d’un fermier canadien, d’un confiseur italien, d’un musicien de jazz américain, d’un médecin indien, et j’en passe… Et avec la bénédiction de la mère de son deuxième mari, avec qui elle est toujours restée amie.

La vieille dame raconte sa vie avec fantaisie, entrain, et joie de vivre, malgré tous ses malheurs. Elle est parfois émue, il lui arrive aussi de rougir à l’évocation d’un détail un peu croustillant. Alice ne s’est jamais posé trop de questions, préférant avancer vers un nouvel amour. Elle a ainsi trouvé sa propre recette du bonheur. Et l’Histoire d’Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un) est, à mi-chemin entre le roman et la fable, un vrai moment de plaisir dont il serait dommage de se priver !

Histoire d’Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un), Francis Dannemark, Pocket n°16023, Paris, août 2014, 122 p.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s