L’élixir d’amour, d’Eric-Emmanuel Schmitt

L'élixir d'amourL’élixir d’amour me faisait de l’œil à la bibliothèque, sa quatrième de couverture m’a convaincue et le fait qu’il s‘agisse d’un roman épistolaire, car j’aime beaucoup cette forme, m’a finalement décidée, d’autant que je venais de lire la chronique du blog Carnet de lecture qui proposait une lecture commune sur ce roman.

Après une petite heure de lecture à peine, j’ai reposé L’élixir d’amour, en étant très perplexe. Difficile de trancher : le roman m’a plu par certains aspects, beaucoup moins par d’autres.

Adam et Louise ont vécu une relation qui a duré cinq ans. La passion déclinant, Adam a trompé Louise, mais a eu la franchise de ne pas le nier. Louise a rompu, a mis un océan entre eux, en acceptant un poste dans un cabinet d’avocat à Montréal. Adam lui envoie un mail et lui propose de remplacer l’amour par l’amitié. Louise se cabre d’abord, puis accepte. Et commence une conversation sur l’amour entre les deux anciens amants qui devient rapidement un jeu, à la recherche de l’élixir d’amour, ce « moyen de provoquer l’amour à coup sûr ».

Adam, qui est psychanalyste, prétend avoir découvert l’existence d’un philtre d’amour, mais Louise ne le croit pas. Adam décide alors de lui démontrer qu’il a raison. Le jeu est déjà bien entamé, et les retournements vont se succéder ensuite, jusqu’au dénouement.

C’est vrai, le roman de Éric-Emmanuel Schmitt est intelligent. Le jeu qui s’instaure entre Adam et Louise est fondé sur la manipulation, et les anciens amants se valent bien dans ce domaine. Le plus cynique n’est peut-être d’ailleurs pas celui qu’on croit… L’auteur nous donne ici une version moderne des Liaisons dangereuses, avec une pincée de Tristan et Yseult et une bonne dose de donjuanisme. Il expose les différentes conceptions de l’amour qui, pour certains de nos contemporains, ne vaut que par la conquête et pour d’autres, ne se justifie que comme lien fondé sur la durée. Ainsi, Louise en vient à transposer le pari de Pascal au domaine du sentiment amoureux : en effet, pourquoi ne pas parier sur l’amour, pourquoi ne pas le prolonger en en faisant un défi permanent ?

Mais ce « roman épistolaire électronique », s’il est brillant et bien construit, bien écrit (encore que j’aie trouvé que l’écriture très formelle ne correspondait pas au support électronique, le mail, et donnait un côté artificiel au roman), n’a pas suscité la moindre émotion en moi, restant à l’état de belle démonstration. L’auteur n’a pas évité certains clichés, -les hommes sont volages par nature, l’amitié est un sentiment plus pur que l’amour…- mais j’ose croire que c’est un choix délibéré de sa part, comme il a délibérément crée deux protagonistes peu attachants, voire retors, pour montrer la complexité des relations humaines.

On pourrait également critiquer la taille réduite du roman. Trop rapide ? Certes, mais la communication par Internet abolit les distances et le temps, et le jeu pervers des Liaisons dangereuses au XXIème siècle ne saurait logiquement être autre chose qu’une version condensée de l’original. Il est vrai pourtant que L’élixir d’amour n’occupera qu’un court trajet en train, et que l’on reste un peu sur sa faim : le plaisir de la lecture est aussi dans celui de la lenteur. Et si la lecture ne se mesure pas au rapport qualité-prix, il vaut quand même mieux emprunter L’élixir d’amour que de l’acheter, ou attendre sa sortie en poche.

En conclusion, intelligent d’un côté, excessif de l’autre (dans ses clichés, dans les manipulations, dans sa rapidité), je crois qu’il m’a manqué juste le brin d’émotion qui aurait fait pencher la balance du bon côté.

 

J’ai lu ce livre dans le cadre d’une lecture commune avec Carnet de lecture, dont je vous invite à découvrir l’avis ici.

L’élixir d’amour, Éric-Emmanuel Schmitt, Albin Michel, Paris, mai 2014, 156 p.

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “L’élixir d’amour, d’Eric-Emmanuel Schmitt

    • Merci également.
      Nos avis se rejoignent sur plusieurs points et je vois que nous sommes toutes les deux « perplexes » face à « ‘Lélixir d’amour ». Je viens de faire un tour d’horizon des critiques de lecteurs sur Internet, sur Babelio notamment: elles ne sont pas toutes aussi élogieuses que celles de la presse.
      Je vois que tu es en train de lire « Le poison d’amour » du même auteur. J’attends de lire ton avis sur ce dernier roman avec intérêt.
      Bonne après-midi.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s