Le bal, Irène Némirovski

le balPrésenté par son auteur comme un roman, et il s’agit d’ailleurs bien d’un texte romanesque à de nombreux égards, Le Bal s’apparente plutôt à une nouvelle en ce qui concerne sa forme : brièveté du texte, relation d’un épisode précis de la vie d’Antoinette, chute propre aux nouvelles…

Antoinette, l’héroïne du Bal, est une jeune fille de quatorze ans, fille unique d’un couple de juifs parvenus. C’est en effet pour couronner leur ascension sociale fulgurante que Mme Kamp, la mère d’Antoinette, décide de donner un bal où elle invitera tout ce que la ville compte de « gens bien », c’est-à-dire de gens qui ont des relations et qui, de préférence, portent un titre.

La jeune Antoinette, qui rêve depuis longtemps de participer à un bal, voit ses espoirs anéantis lorsque sa mère lui réplique avec colère, et sur un ton cruel, qu’il n’est pas question qu’elle assiste au bal. L’adolescente rumine son désespoir, en veut à la terre entière et à sa mère en particulier. Et c’est sans préméditation que, le lendemain, Antoinette saisit l’occasion de se venger de cette mère qui ne l’aime pas et ne cesse de la houspiller. La vengeance se concrétise dans la dernière partie du texte, où le lecteur assiste à l’humiliation de Mme Kamp, sous les yeux des domestiques et de Mme Isabelle, professeur de piano d’Antoinette et cousine de la famille.

Dans Le bal, la mère est odieuse; la fille également, mais on la comprend. Le père semble quant à lui plus compréhensif envers sa fille, mais il n’a pas le courage d’affronter sa femme pour défendre la jeune Antoinette. La vanité, ainsi que les relations de rivalité qui existent entre certaines mères et leur fille, sont au centre du récit.

Le bal, qui est l’un des premiers livres publiés par Irène Nemirovsky, est un texte très maîtrisé, qui est pour une large part autobiographique, l’auteur ayant en effet évoqué par la suite dans ses romans sa mère qui, quand elle n’était pas absente, lui montrait une franche hostilité. D’où sans doute l’émotion que l’auteur a su faire naître de ce court roman, à découvrir sans attendre.

 

Le bal, Irène Némirovski, Hachette, collection Biblio Collège, juin 2005, Paris, 128 p.

 

 

Livre lu dans le cadre du Challenge Un classique par mois, chez Stephie.

Challenge un classique par mois

 

Publicités

2 réflexions sur “Le bal, Irène Némirovski

  1. Pingback: Le malentendu, Irène Némirovski | Le livre d'après

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s