Archive | mai 2015

Intrigue à Giverny, d’Adrien Goetz

intrigue à GivernyC’est avec cette quatrième enquête de Pénélope que j’ai découvert la série d’Adrien Goetz. Certes, j’aurais dû commencer par « Intrigue à l’anglaise », le premier de la série, mais étant en pleine période impressionniste depuis que j’ai lu « Manet le secret » de Sophie Chauveau, « Intrigue à Giverny » a tout de suite suscité mon intérêt.

Petite présentation pour ceux qui ne connaissent pas la série d’Adrien Goetz : Pénélope Breuil, diplômée de l’Ecole du Louvre, est une conservatrice du patrimoine confrontée, avec son compagnon Wandrille, journaliste et fils de ministre, à des énigmes qui ont trait à l’histoire de l’art. Dans « Intrigue à Giverny », il est bien sûr question de Claude Monet, de sa maison de Giverny,  des nymphéas bleus, et du tableau « Impression, soleil levant » qui donna son nom au mouvement dont Monet est l’un des plus grands représentants. Mais on découvre également une facette méconnue de la vie de Monet : l’amitié du peintre avec Clémenceau et le rôle que Monet aurait joué en matière de politique étrangère…

Pénélope est invitée à un dîner officiel donné au sein même du Musée Marmottan-Monet au cours duquel, suite à une panne d’électricité, disparaissent … deux des convives : une Américaine excentrique et une religieuse française, toutes deux grandes connaisseuses de Monet. Ce n’est que le lendemain que la double disparition prend tout son sens, lorsque l’Américaine est retrouvée égorgée, puis quelques jours après, quand Sœur Marie-Jo est enlevée … à Monaco !

En effet, au centre de l’intrigue, le mariage princier d’Albert de Monaco et Charlène dont les préparatifs vont bon train, tandis que des négociations se déroulent en secret pour l’achat d’une toile inconnue de Monet : les proches du couple princier espèrent offrir en cadeau de noces une vue de Monaco peinte par Monet, qui constituerait l’un des éléments d’une série monégasque que le peintre aurait exécutée lors d’un mystérieux voyage dans la Principauté.

 

Monte-Carlo vu de Roquebrune

Monte-Carlo vu de Roquebrune, Claude Monet, 1884, huile sur toile, Palais princier, Monaco

 

Adrien Goetz nous embarque avec allégresse dans une série d’allers-retours entre Paris, Monaco et Giverny, sur les traces de Monet, à la recherche d’explications sur son amitié avec Clémenceau et sur les secrets qui entouraient le peintre. J’ai découvert avec plaisir les coulisses d’un monde dont on parle peu dans les romans, celui des conservateurs du patrimoine et autres experts en art.

L’auteur nous livre ainsi un policier artistique érudit où l’on apprend beaucoup mais qui reste néanmoins léger, sans doute grâce à l’humour et à la fantaisie de l’auteur. J’ai juste regretté l’utilisation du présent dans la narration, ce qui, à mon avis, alourdit le texte. Un bémol qui ne m’empêchera pas de lire bientôt les trois premières enquêtes de Pénélope et de Wandrille qui se déroulent en Angleterre, à Versailles et à Venise !

 

Intrigue à Giverny, Adrien Goetz, Le livre de poche, Paris, avril 2015, 305 p.

 

 

Publicités

Du sang sur la Baltique, de Viveca Sten

du sang sur la BaltiqueUn an après les meurtres qui avaient troublé la vie paisible des habitants de Sandhamn, une nouvelle affaire secoue la petite île huppée de l’archipel de Stockholm : au départ d’une prestigieuse régate, le Tour de Gotland, l’un des concurrents est abattu à la barre de son magnifique voilier. Oscar Juliander, vice-président du Club nautique royal, et riche avocat, s’écroule sur le pont, victime d’un coup de feu tiré en même temps que le signal de départ de la course.

L’inspecteur Thomas Andreasson, qui se trouvait alors à bord d’un des bateaux de la police maritime, remarque aussitôt qu’il se passe quelque chose d’anormal et comprend très vite qu’il s’agit d’un meurtre. L’enquête ne s’annonce pas pour autant facile, puisqu’il apparaît très vite que le tir venait de loin, donc de l’un des innombrables bateaux qui étaient venus voir le lancement de la régate.

Nous retrouvons également Nora, l’amie d’enfance de Thomas, qui séjourne sur l’île avec sa famille pour l’été. Toujours éprouvée par la façon dont se sont terminés les événements de l’année dernière, -lorsqu’elle avait été sauvée in extremis, en manque d’insuline, séquestrée dans le phare- et indécise quant à ce qu’elle veut faire de la maison dont elle a hérité, Nora se trouve en conflit avec son mari qui souhaite vendre la maison au plus vite.

Pour oublier ses disputes fréquentes avec Henrik, Nora se jette dans cette nouvelle affaire et exploite ses talents de juriste bancaire pour aider Thomas dans son enquête et éplucher les comptes d’Oscar Juliander, la victime, qui n’était peut-être pas si honnête que son entourage le croyait. Mais le meurtre est-il lié à son travail et à ses importants revenus, qui n’expliquent toutefois pas l’achat d’un voilier tel que le sien, ou bien au club nautique dont il faisait partie et allait bientôt devenir le président ? L’affaire se complique quand un second assassinat a lieu…

Après « La reine de la Baltique », « Du sang sur la Baltique » est le deuxième roman policier que publie Viveca Sten. On retrouve surtout avec plaisir les deux héros, Thomas et Nora, dont l’amitié permet de surmonter les problèmes personnels. Cela dit, l’intrigue policière est assez simple. Le suspense est pourtant bien là, le livre se lit d’une traite, mais il n’a rien d’exceptionnel et je le qualifierai de « lecture plaisante » : parfait pour un long voyage ou sur la plage…

 

Du sang sur la Baltique, Viveca Sten, traduit du suédois par Rémi Cassaigne, Le livre de poche n° 33731, Paris, avril 2015, 426 p.

 

Livre lu dans le cadre du challenge nordique

norvege_729-358

Histoire de Rosa qui tint le monde dans sa main

histoire de RosaBernard Ollivier est l’auteur de plusieurs récits de voyage dont «Longue marche», trois volumes dans lesquels il raconte son périple à pied, sur la route de la soie, d’Istanbul à … la Chine ! Un récit d’une grande richesse à la fois historique et géographique, mais surtout humaine, car Bernard Ollivier aime s’arrêter sur les nombreuses rencontres qui ponctuent les étapes de ses voyages.

L’«Histoire de Rosa qui tint le monde dans sa main» est son premier roman, et c’est une réussite. Rosa est une jeune paysanne, mariée à seize ans à un homme de quarante ans, alcoolique. Après quelques années de mariage, la situation se dégrade encore quand Mathieu, le mari de Rosa, tombe malade. Pour survivre et payer les traitements, Rosa a ouvert au voisinage la grande salle de sa ferme, pour en faire un débit de boissons, vite fréquenté par les quelques ivrognes du coin.

Un soir, une discussion un peu enflammée entre les habitués du bistrot improvisé se termine en un défi stupide : les hommes s’engagent dans un concours visant à déterminer … leur virilité. Et comme pour toute compétition, il faut un arbitre, et plus précisément une femme ! Surtout lorsqu’il s’agit d’évaluer les prouesses des hommes du village !

Je n’en dirai pas plus pour préserver le suspense, mais ce concours original aboutira néanmoins à forcer le destin sans espoir de certains des participants et même à leur offrir de belles surprises. Rosa est, parmi ces rustres  -dont certains ont le cœur tendre, on s’en doute-, une héroïne intelligente, fière, courageuse et profondément humaine. L’auteur dresse ici le beau portrait d’une femme qui évolue dans le monde paysan du tout début du XXème siècle, tiraillée entre les traditions et la modernité. Le contexte politique est d’ailleurs très intéressant : l’affaire Dreyfus est encore au centre des débats, tandis que la séparation de l’église et de l’Etat se prépare.

Au total, j’ai beaucoup apprécié ce roman drôle, très agréable à lire, qui ressemble à un conte, dans une ambiance de campagne normande qui a « un petit quelque chose » de Maupassant !

Histoire de Rosa qui tint le monde dans sa main, Bernard Ollivier, Libretto, Paris, 2013, 264 p.

 

S’abandonner à vivre, de Sylvain Tesson

s'abandonner à vivreParu lors de la rentrée littéraire d’hiver 2014, et sorti il y a quelques jours en collection de poche, « S’abandonner à vivre » illustre à nouveau le talent de Sylvain Tesson pour la nouvelle. L’aventurier érudit avait en effet reçu en 2009 le prix Goncourt de la nouvelle pour « Une vie à coucher dehors ». Les nouvelles qu’il présente ici sont de la même veine. Elles se déroulent dans les pays et villes qu’affectionne particulièrement l’auteur, la Russie, et surtout la Sibérie, ainsi que l’Afghanistan, la Chine, l’Afrique du Nord, mais aussi la Suisse et … Paris.

Comme à son habitude, Tesson parsème ses textes de références littéraires ou philosophiques. Il souligne aussi quelques stéréotypes, comme lorsqu’il fustige l’opinion que nous, occidentaux, avons généralement des Russes, parce que nous oublions que ceux-ci ne peuvent se relever en un clin d’œil de plusieurs décennies d’un régime qui a détruit le pays tout entier. Il y a également du vaudeville dans ces nouvelles, tout particulièrement dans « La bataille » (de Borodino) et « La gouttière ». Cette dernière prend un sens particulier quand on sait que Sylvain Tesson a été victime d’une très mauvaise chute il y a quelques mois, alors qu’il escaladait la façade d’un chalet à Chamonix ! Enfin, il y a de la farce dans « Le téléphérique », de la sagesse dans « Le train », et certainement, une bonne dose d’autobiographie et d’anecdotes vécues dans l’ensemble du recueil.

Sylvain Tesson excelle dans ce genre difficile, parfois peu prisé des francophones, dont il maîtrise très bien l’art de la chute. Les dénouements nous laissent souvent souriants, parfois étonnés, jamais indifférents. Les personnages que décrit l’auteur sont confrontés à leur destin, tantôt prévisible, tantôt ironique, mais Sylvain Tesson réussit à ne pas être pessimiste : devant la force du destin, devant l’ironie du sort, il ne voit qu’une attitude possible : s’abandonner à vivre…

 

S’abandonner à vivre, Sylvain Tesson, Gallimard, Collection Folio n°5948, mai 2015, 256 p.

 

 

Quattrocento, l’histoire d’une redécouverte

Quattrocento GreenblattFasciné par les idées développées par le poète latin Lucrèce dans une œuvre écrite il y a deux millénaires, Stephen Greenblatt a choisi de nous raconter un épisode peu connu de l’histoire mais néanmoins décisif pour son évolution, celui de la découverte par Poggio Bracciolini d’un livre jusque là perdu. Perdu ou plus exactement oublié, même s’il avait fait l’objet d’un intérêt particulier à plusieurs reprises pendant le Moyen Age, l’héritage culturel de l’Antiquité n’ayant jamais totalement disparu pendant cette période.

Au XVème siècle, « il quattrocento » en italien, Poggio Bracciolini, ou Le Pogge, a perdu depuis peu son poste de secrétaire apostolique du pape Jean XXIII, parce que ce dernier vient d’être déposé, -au moment du grand schisme d‘occident-, et décide donc de se lancer dans la recherche d’anciens manuscrits. C’est ainsi qu’en 1417, il découvre une copie du « De Natura Rerum » (De la nature) de Lucrèce, la fait copier et l’envoie à Florence pour qu’elle y soit diffusée.

La découverte de cette copie marque le début d’un nouvel intérêt pour l’épicurisme, philosophie dont Lucrèce s’inspire largement et qui, d’après Greenblatt, a sûrement nourri les esprits ouverts de la Renaissance ; car si le « De Natura Rerum » a d’abord été très faiblement diffusé puis interdit à Florence en 1516, il avait déjà été imprimé ailleurs, l’invention de Gütenberg s’étant déjà répandue à travers l’Europe. Lucrèce et Epicure ont ainsi influencé la vie intellectuelle de la Renaissance : l’auteur nous apprend, entre autres, que Machiavel a recopié « De Natura Rerum » pour son usage personnel, que l’œuvre de Lucrèce a été à la base de « L’utopie » de Thomas More, et que Montaigne s’en est inspiré.

Stephen Greenblatt évoque également les scientifiques brillants qui ont remis en question les croyances de l’époque, proposant une nouvelle vision de la nature des choses. Lucrèce remet en effet en lumière l’un des principes de la physique épicurienne : « rien ne nait de rien, rien ne retourne au néant ». Pour Lucrèce, tout est constitué d’atomes, dont le mouvement a donné lieu à toutes sortes de combinaisons, d’où le monde est né.

Au-delà de la belle histoire de cette redécouverte de l’héritage de l’Antiquité, « Quattrocento » nous apprend beaucoup. Nous faisons d’abord connaissance avec Poggio Bracciolini qui évoluait dans l’univers sombre et cruel de la curie romaine, dont les abus l’avaient fait souffrir, mais qui fut sauvé par sa bibliophilie, les livres ayant toujours représenté pour lui une échappatoire. Le Pogge se disait d’ailleurs libre de lire, de «s’abstraire mentalement du chaos du monde». Nous apprenons également que nous devons au Pogge une calligraphie encore admirée six siècles après son invention. Nous faisons connaissance avec Niccoli, ami du Pogge, qui partageait sa passion pour les textes de l’Antiquité et ressuscita le concept de bibliothèque publique, fondé sur le modèle romain. Enfin, l’auteur nous expose les principaux thèmes de la philosophie de Lucrèce, elle-même inspiré du grec Epicure.

« Quattrocento » est un livre érudit qui nous emmène tour à tour de la Rome antique avec ses copistes et ses scribes (les premiers étaient généralement des esclaves, les seconds des citoyens libres), à la grande bibliothèque d’Alexandrie, aux monastères européens du Moyen Age, jusqu’aux intrigues du pape contesté, Baldassare Cossa, et à la Florence de Savonarole, pour finir dans la philosophie de Thomas Jefferson (Président des Etats-Unis et rédacteur de la Déclaration d’indépendance).

À une époque où l’étude des langues anciennes est souvent remise en question, Stephen Greenblatt nous fait partager sa fascination pour Lucrèce en nous donnant envie de nous plonger, ou de nous replonger, pour ceux qui ont fait du latin, dans le traité de Lucrèce  « De la nature ». Un livre à ne pas manquer, un de mes coups de cœur de l’année 2013, aujourd’hui disponible en édition de poche !

 

 

Stephen Greenblatt est professeur de littérature anglaise à l’université d’Harvard et membre de l’Académie américaine des arts et des sciences. « Quattrocento », publié en 2011 aux Etats-Unis, a reçu le Prix Pulitzer et le National Book Award, deux des plus grands prix littéraires américains.

Quattrocento, Stephen Greenblatt, traduit de l’anglais par Cécile Arnaud, Flammarion, collection Libres champs Poche, Paris, mars 2015.

 

Livre lu dans le cadre du challenge histoire, chez Lynnae

Challengehistoireessai1

 

 

L’ami retrouvé, de Fred Uhlman

l'ami retrouvéLa taille n’est certainement pas ce qui fait la grandeur d’un récit et le court roman de Fred Uhlman est là pour nous le rappeler. C’est en effet une vraie pépite que cet « ami retrouvé » qui se lit en une petite heure : un récit initiatique au dénouement bouleversant, servi par une belle écriture classique.

Le narrateur a seize ans et il étudie dans le lycée le plus renommé de Stuttgart. Jeune homme réservé, Hans Schwarz n’a pas de véritable ami, mais l’arrivé d’un nouveau va tout changer :

« Je puis me rappeler le jour et l’heure où, pour la première fois, mon regard se posa sur ce garçon qui allait devenir la source de mon plus grand bonheur et de mon plus grand désespoir ».

C’est le début d’une grande amitié, à la hauteur des exigences romantiques des deux adolescents. Mais Hans est le fils d’un médecin juif, tandis que Conrad descend d’une illustre famille protestante. Le récit débute en 1932, alors que le nazisme commence à se répandre en Allemagne, ce qui n’inquiète alors ni les parents de Hans, ni a fortiori celui-ci :

« … je savais que les Schwarz avaient vécu à Stuttgart depuis deux siècles au moins et peut-être depuis bien plus longtemps (…) Tout ce que je savais, c’est que c’était là ma patrie, mon foyer, sans commencement ni fin et qu’être juif n’avait fondamentalement pas plus d’importance qu’être né avec des cheveux bruns et non avec des cheveux roux. Nous étions Souabes avant toute chose, puis Allemands, puis Juifs. Quel autre sentiment pouvait être le mien ou celui de mon père ou celui du grand-père de mon père ? »

C’est au travers de cette amitié alors remise en question que le jeune Hans va comprendre ce qui fait de lui un Allemand différent. De même, l’atmosphère change au sein du lycée où Hans n’avait jamais été victime de la moindre intolérance. Heureusement, ses parents comprendront vite ce qui menace leur fils…

« L’ami retrouvé » est un récit en partie autobiographique que je vous conseille absolument. Il figurera parmi mes coups de cœur de l’année 2015 !

 

L’ami retrouvé, Fred Uhlman, traduit de l’anglais par Léo Lack, Folio n°1463, Paris, 1989, 122 p.