Archive | juin 2015

Jeux de glaces, d’Agatha Christie

jeux-de-glaces-masquePour débuter ma participation à ce mois anglais, j’ai choisi de retrouver Miss Marple, l’héroïne récurrente de nombreux romans d’Agatha Christie. Cette délicieuse vieille dame anglaise, discrète mais perspicace, use de son expérience et de sa connaissance profonde de la nature humaine, pour résoudre les enquêtes auxquelles elle se trouve confrontée. On la retrouve ici dans « Jeux de glaces » aux côtés d’une vieille amie, Mrs. Ruth Van Rydock, qui s’inquiète depuis quelques temps pour sa sœur, Carrie-Louise, que Mrs Marple a très bien connue dans sa jeunesse. Ruth parvient à convaincre Mrs Marple de se rendre à Stonygates chez Carrie-Louise, afin de veiller sur la santé de la maîtresse de maison.

Et c’est d’une maison bien particulière qu’il s’agit, puisque Stonygates, édifice gothique de l’époque victorienne, a été transformé en centre d’accueil pour jeunes délinquants par le troisième mari de Carrie-Louise, Lewis Serrocold, qui était « littéralement obsédé par le problème du sauvetage des jeunes criminels ». Outre Carrie-Louise, son mari, les jeunes délinquants ainsi qu’une armée de psychiatres, vivent à Stonygates, Mildred, la fille que Carrie-Louise a eu de son premier mari, Gina, sa petite-fille (fille d’une fille adoptive), ainsi que certains des enfants que ses deux premiers maris avaient eus en première noce (une famille recomposée très compliquée pour l’époque !). Il est donc très important de lire attentivement le début du roman pour situer les personnages et comprendre leurs liens. Ces relations familiales représentent d’ailleurs l’un des aspects les plus intéressants du roman.

Certains personnages sont également de passage, comme Christian Guldbransen, fils du premier mari de Carrie-Louise et administrateur de la fondation pour les jeunes délinquants, venu à l’improviste s’enquérir de la santé de Carrie-Louise, lui aussi. Carrie-Louise est souffrante en effet, et il semble qu’elle présente tous les symptômes d’un empoisonnement lent à l’arsenic. L’affaire se corse lorsque, le soir même de son arrivée à Stonygates, Christian Guldbransen est retrouvé mort, à son bureau, alors qu’il était en train de taper une lettre … qui a disparu !

L’enquête commence alors. Il y a quelques suspects, mais on se surprend vite à suspecter tout le monde. Agatha Christie nous entraîne, comme à son habitude, sur différentes pistes. Heureusement, Miss Marple, observatrice, bien qu’elle ait l’air de ne pas y toucher, aide l’inspecteur Curry venu enquêter à Stonygates. Et c’est finalement en regardant la scène du crime comme une pièce de théâtre que Miss Marple résoud l’énigme !

Jeux de glaces, Agatha Christie, traduit de l’anglais par Clarisse Fremiet, Librairie des Champs Elysées, Collection Le masque, Paris, 1953, 186 p. 

Et dans une édition plus récente : Jeux de glaces, Agatha Christie, traduit par Jean-Marc Mendel, Le livre de poche, 1988, 218 p.

 

Livre lu dans le cadre du mois anglais organisé par Cryssilda, Titine et Lou.

Deux des très jolis logos :

mois anglais 2

 

mois anglais 3

Le liseur, de Bernhard Schlink

Le liseurNous sommes dans une petite ville des environs de Mannheim, non loin du Rhin. Un garçon de quinze ans, Mickaël, se trouve mal en rentrant du lycée et une femme vient à son aide et le raccompagne jusque devant chez lui. Après plusieurs mois d’alitement suite à une jaunisse, Mickaël peut enfin retourner au lycée. Mais d’abord, sur le conseil de sa mère, il apporte des fleurs à la femme qui l’a aidé, et c’est ainsi que débute une relation entre l’adolescent et Hanna Schmitz, une jolie célibataire de trente-six ans, assez énigmatique. Anna est receveuse de tramway, elle ne parle jamais d’elle, ni de sa famille ou de son passé.

La relation qui se développe ainsi est atypique, compte tenu bien sûr de la différence d’âge, et parce qu’elle suit bientôt un rituel immuable. Mickaël se rend presque tous les jours chez Hanna, il lui fait la lecture, de grands classiques en général, puis ils prennent un bain et s’aiment. C’est un échange où chacun des partenaires a quelque chose à apprendre à l’autre. Cela dure des mois jusqu’à ce qu’un jour, Mickaël trouve l’appartement vide. Le garçon éprouve aussitôt de la culpabilité : a-t-il trahi Hanna, lorsqu’il passait des moments avec des jeunes de son âge ? Mais Hannah est bien partie, fin de la première partie.

Quelques années plus tard, Mickaël est étudiant. Il s’inscrit à un séminaire de droit consacré à l’interdiction des condamnations rétroactives, pour lequel il est amené à suivre le procès de cinq femmes, anciennes surveillantes dans un petit camp de concentration qui dépendait d’Auschwitz. Hannah se trouve parmi elles ! Dès lors, Michaël ne manque pas un seul jour du procès et pourtant, il n’éprouve rien en revoyant son ancienne maîtresse, se trouvant comme « anesthésié » sur le plan des émotions personnelles, comme semblent l’être les jurés face aux détails insupportables donnés sur certains faits. Soudain, Mickaël comprend le secret qui a régi la vie d’Hanna, l’amenant à commettre l’irréparable par défaut d’action, pour ne pas devoir révéler son secret.

La troisième partie porte le lecteur à la fin de la vie d’Hanna. Le narrateur ne l’a revue qu’une fois, mais a appris combien il l’a aidée sans le savoir. Une satisfaction pourtant de courte durée qui ne coupe pas court à la tristesse et la culpabilité de Mickaël.

 

« J’étais fier d’elle. En même temps, j’étais triste pour elle, triste de sa vie retardée et raté, triste des retards et des ratages de la vie en général. Je songeai que quand on a laissé passer le bon moment, quand on a trop longtemps refusé quelque chose, ou que quelque chose vous a trop longtemps été refusé, cela vient trop tard, même lorsqu’on l’affronte avec force et qu’on le reçoit avec joie ». (p210).

 

Quelques années plus tard, le narrateur décide d’écrire cette histoire, simplement pour la fixer alors qu’elle commençait à lui échapper, ou peut-être pour s’en débarrasser…

Comme il est difficile de résumer « Le liseur » sans en dévoiler l’essentiel ! Difficile également d’en souligner les aspects les plus intéressants sans rien révéler. Mais comme rien n’est dit à ce sujet sur la quatrième de couverture, alors, autant ménager le suspense ! Même si je me prive inévitablement d’évoquer un aspect essentiel du livre… que les lecteurs apprécieront !

J’ai retrouvé ce roman avec intérêt pour le rendez-vous du Blogoclub de Sylire, après l’avoir lu une première fois il y a près de quinze ans. Je me suis rendue compte que cela fonctionnait toujours aussi bien, le mystère restant entier, parce qu’au début les questions du narrateur portent surtout sur leur amour. Mais « Le liseur » est loin de se cantonner à l’avenir d’une relation entre une femme mûre et un adolescent.

Très vite en effet, on en vient aux questions fondamentales que se pose le narrateur. Questions historiques sur la mémoire, questions juridiques sur la rétroactivité des condamnations, questions philosophiques surtout sur la responsabilité, la culpabilité, sur la liberté aussi : peut-on laisser quelqu’un s’enfermer dans un secret qui le condamne irrévocablement, alors que sa révélation entrainerait l’application de circonstances atténuantes ? Et puis, il y a l’ignorance d’Hanna. La disculpe-t-elle ? Ne la trouvons-nous pas un peu plus sympathique, lorsque nous apprenons son secret ? Bernhard Schlink essaierait-il de nous culpabiliser également ?

Le sentiment de culpabilité est central dans ce roman. Le narrateur en est pétri, lui qui n’est coupable de rien. Il ressent ce sentiment bien plus qu’Hanna, bien que nous ne sachions rien des pensées d’Hanna, elle qui ne dévoile rien. Mickaël, comme les jeunes Allemands nés après la guerre, s’interroge sur le rôle qu’ont bien pu jouer ses parents dans celle-ci. De quel côté étaient-ils vraiment ? Mickaël n’éprouve aucun doute concernant son père, et pourtant, il le condamne à la honte. Ce zèle est-il la destinée de toute une génération ?

« Le liseur » est une histoire très triste, quand on songe aux vies gâchées, celles des victimes indirectes d’Hanna bien sûr, mais aussi celles d’Hanna et de Mickaël. Le narrateur en est conscient : après la culpabilité, puis la colère, il finit par accepter cette histoire comme étant celle de sa vie.

 

« Mais quand quelque chose me blesse, ces blessures d’autrefois remontent à la surface ; et dans le désir ou la nostalgie d’aujourd’hui, je ressens le désir ou la nostalgie de jadis. Les strates successives de notre vie sont si étroitement superposées que dans l’ultérieur nous trouvons toujours de l’antérieur, non pas aboli et réglé, mais présent et vivant ». (p242).

 

Bernhard Schlink nous offre un récit à l’écriture distanciée qui n’empêche pas l’émotion. À quoi s’ajoute une réflexion passionnante qui n’est jamais pesante. Si vous ne l’avez pas encore lu, « Le liseur » vous attend. C’est un incontournable !

 

Le liseur, Bernhard Schlinck, traduit de l’allemand par Bernard Lortholary, Folio n°3158, Paris Octobre 2000.

 

Livre lu dans le cadre du Blogoclub de Sylire et Lisa : les avis de Hélène, Titine, Lisa, Claudia Lucia, Grominou, Ellettres, et autres à venir.

blogoclub

Au programme du prochain Blogoclub, le 1er septembre, un livre de Toni Morisson au choix.