Archive | août 2015

En route pour le « Challenge polars et thrillers »

Je viens de m’inscrire à un nouveau challenge proposé par Sharon, du blog Des livres et Sharon. Pas compliqué puisque, comme le nom de ce challenge l’indique, il s’agit de lire autant de polars et thrillers que l’on veut, pendant une année (du 6 juillet 2015 au 6 juillet 2016).

thrillerpolar-pativore1

Les polars et thrillers sont un genre que j’apprécie, notamment entre deux lectures plus difficiles, car ils ont sur moi l’effet -peut-être étrange, c’est vrai- de me détendre : il me suffit généralement de me laisser porter par la lecture et le suspense…

Je me suis donc inscrite dans la catégorie Montalbano, qui me convient particulièrement puisque je suis fan de l’inspecteur crée par Andréa Camilleri : je devrai donc lire entre 5 et 15 polars et thrillers. Dans ma PAL polars de ces prochaines semaines, il y a déjà Claude Izner, Marco Malvaldi, Adrien Goetz, Antoine Bello, Cecilia Eckbäk … Et puis, il y a toujours les Thilliez et Adler-Olsen que je peux discrètement subtiliser dans la bibliothèque de mon fils aîné, en cas de PAL en panne !

Si vous désirez participer également à ce challenge, vous trouverez des détails, notamment concernant les autres catégories ici.

Voici également le lien sur la page du « Challenge polars et thrillers » sur le blog de Sharon.

 

A très bientôt pour ce challenge !

thrillerpolar-pativore3

A Paris, sur les traces de Modiano

paris de modiano beatice commengéAprès s’être intéressée à Nietsche, Henri Miller ou Rilke, Béatrice Commengé a choisi d’explorer les lieux parisiens de Patrick Modiano, ceux de sa vie, comme ceux de ses romans. Nous suivons ainsi le parcours de celui qui écrit pour retrouver un Paris qui n’existe plus, celui de son enfance, de son adolescence, mais aussi le Paris de l’Occupation que l’écrivain né en 1945 n’a pas connu. Béatrice Commengé met ses pas dans ceux de Modiano et explique :

« Sans cesse résonnent en moi les mots de l’écrivain. Obsession de la topographie, avec l’espoir que de sa précision surgira un peu de la vie qui se cache derrière un nom, un numéro, une rue, de cette vie qui n’est plus, mais qui a laissé sa trace ».

La promenade commence Quai de Conti devant la maison d’enfance de Modiano et explore l’univers du petit Patrick et de son frère Rudy qui disparaîtra trop tôt. Elle passe par le quartier latin que Modiano arpentait adolescent, puis se poursuit sur les traces de la mère de Modiano, la jeune comédienne Louisa Colpeyn, qui a rencontré le père de Modiano, pendant l’Occupation, dans un bel immeuble du XVIème arrondissement. L’exploration permet de croiser la figure mystérieuse du père, puis elle s’élargit, lorsque Patrick Modiano erre seul dans Paris, vers les boulevards de ceinture, sans oublier les « zones neutres » chères à l’écrivain, que Béatrice Commengé essaie de définir.

Au passage, on rencontre Raymond Queneau, Boris Vian, Jean Mermoz. On visite les cafés préférés de Modiano, comme Le Condé, les cinémas et même les arbres et leur bruissement, dont Béatrice Commengé souligne la place importante qu’ils occupent dans l’œuvre de Modiano.

Peu à peu, se dessine le Paris intime de Modiano : les lieux évoqués dans les romans de Modiano, souvent à plusieurs reprises, comme les échos multiples d’un même rêve. Béatrice Commengé parvient très bien à restituer l’atmosphère onirique des romans de Modiano à travers cette exploration menée pendant l’hiver 2015.

J’ai juste regretté que la mise en page ne soit pas plus aérée, ce qui est certes difficile compte tenu du petit format du livre. Et j’aurais beaucoup apprécié disposer d’une carte de ce Paris intime de Modiano qui est très vaste et s’étend à une quinzaine d’arrondissements. J’imagine que cela aurait pu être une aide précieuse pour les lecteurs qui ne connaissent pas, ou pas assez bien, certains quartiers de Paris. Cela dit, « Le Paris de Modiano » plaira sans doute à tous les inconditionnels de Modiano, ce qui est mon cas !

 

Le Paris de Modiano, Béatrice Commengé, Editions Alexandrines, Collection Le Paris des écrivains, Paris, mai 2015, 89 p.

 

Je remercie le site Babelio et son opération Masse critique, ainsi que les éditions Alexandrines, de m’avoir fait découvrir cet ouvrage. À noter que les éditions Alexandrines proposent d’autres titres très intéressants dans la récente collection « Le Paris des écrivains », ainsi que de nombreuses balades littéraires dans la collection « Sur les pas des écrivains ».

masse critique Babelio