Je n’ai pas peur, Niccolo Ammaniti

Je n'ai pas peurEté 1978, il fait chaud à Acqua Traverse, un hameau imaginaire perdu dans les collines du sud de l’Italie. Quatre maisons seulement, dans lesquelles se terrent les habitants, à l’abri de la chaleur infernale. Seuls les enfants sortent et parcourent les champs de blé, à l’affût de la moindre distraction. C’est un groupe de gamins, comme il en existe partout, avec un chef, Rackam, qui fait la loi et devient méchant lorsque les autres ne lui obéissent pas.

Michele quant à lui n’a que neuf ans. Il est intelligent, sensible, mais aussi courageux. Il n’aime pas Rackam, mais ne peut l’éviter. Et s’il ne l’affronte pas, il essaie au moins de protéger les plus faibles de la bande, dont Barbara, une fille un peu trop grosse, un peu lente, qui perd donc toutes les courses et doit subir les gages que Rackam lui impose. Michele surveille également sa petite sœur, âgée de cinq ans, qui les suit partout.

Ce jour-là, Michele décide d’être puni à la place de Barbara et réalise le gage de Rackam, alors que la bande explore un terrain perdu et isolé au milieu duquel se dresse une vielle maison délabrée envahie par les ronces.

Il est très difficile de résumer « Je n’ai pas peur » sans en dévoiler l’intrigue. L’enfant sera confronté à une découverte dont il ne peut tout d’abord imaginer les causes et les conséquences. Je vous conseille surtout de ne pas chercher à en savoir plus, car ce sont les deux découvertes que fait Michele qui donnent tout leur sens au roman.

Niccolo Ammaniti signe un roman d’initiation bouleversant dont le protagoniste est un petit garçon pauvre confronté à la méchanceté et la bêtise des adultes. Dans un style très simple, efficace, le narrateur Michele raconte le monde qu’il découvre. Le dénuement n’excuse pas tout et Michele l’a bien compris, lui qui est un personnage lumineux dont on imagine qu’il sortira de cette terrible aventure certes pas indemne, c’est impossible, mais du moins en ayant préservé sa sincérité.

 

Je n’ai pas peur, Niccolo Ammaniti, traduit de l’italien par Myriem Bouzaher , Grasset, Paris, 2002, 318 p.

Au livre de poche, n°30066, 2004, 251 p.

 

Du même auteur : La fête du siècle, sur Pages italiennes.

 

 

Publicités

20 réflexions sur “Je n’ai pas peur, Niccolo Ammaniti

  1. C’est un livre qui m’avait marqué ! je n’ai plus rien lu de lui après, je redécouvre certains titres grâce à la lecture commune de ce jour ! J’ai bien envie de lire « et je t’emmène »

    J'aime

  2. Ça a l’air très touchant. Je connais très mal la littérature italienne (j’ai honte, en fait je crois que je n’ai jamais lu un seul auteur italien de ma vie… alors que j’adore Rome et que je m’y rends demain !). Je note tout de suite ce livre, même si je sens que je vais pleurer. Je m’en vais lire tes autres billets que j’avais laissé passer.

    J'aime

  3. Pingback: Niccolo Ammaniti, Je n’ai pas peur (2002) | Ellettres : des lettres et des ailes

  4. Pingback: Un mois italien très riche | Le livre d'après

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s