Archive | décembre 2015

La septième fonction du langage, Laurent Binet

 

La septième fonction du langage

Plongée dans la littérature italienne, j’ai peu cédé à l’appel de la rentrée littéraire de septembre, mais je n’ai pas regretté les quelques titres choisis. C’est le cas tout particulièrement du roman jubilatoire de Laurent Binet, « La septième fonction du langage » qui m’a aidée à sortir de la morosité de cet automne difficile.

L’auteur nous emmène dans une aventure à la fois farfelue et brillante, au cours de laquelle il égratigne, parfois gentiment, mais c’est loin d’être toujours le cas, les nombreux intellectuels et hommes politiques des années soixante-dix et quatre-vingt qui peuplent son deuxième roman.

Comme point de départ, l’auteur a choisi de s’interroger sur la mort de Roland Barthes, renversé par une camionnette en 1980, alors qu’il venait de déjeuner avec le futur candidat à la présidentielle, François Mitterrand. Et s’il ne s’agissait pas d’un accident ? Et si Roland Barthes détenait un secret que le microcosme intellectuel de la sémiologie, mais aussi de la politique, rêvait de s’approprier ?

Laurent Binet expose au lecteur les fonctions du langage décrites par le linguiste russe Jakobson : six fonctions qui nous utilisons dans tous nos « actes de langage » et qui font les beaux jours de la linguistique et de la sémiologie depuis. Mais Jacobson aurait omis de révéler la « septième fonction du langage » qui surpasserait toutes les autres, puisqu’elle permettrait à celui qui en connaîtrait le secret d’avoir le pouvoir absolu : celui des mots. L’argumentation parfaite, celle qui convainc à tous les coups. Autant dire, une arme redoutable pour les politiciens !

C’est un duo hautement improbable, formé par le commissaire Bayard, un homme simple et rationnel, et par Simon, un universitaire à l’apparence grise et ennuyeuse mais qui utilise ses connaissances en sémiologie pour interpréter le réel, ce qui, contre toute attente, lui est d’une grande utilité dans les situations dangereuses auxquelles les deux enquêteurs vont être confrontés, en France, aux Etats-Unis, puis en Italie.

On croise Derrida, Foucauld, Althusser, Sollers (qui en prend sérieusement pour son grade) et Kristeva, BHL, Jack Lang, Giscard, Umberto Eco et tant d’autres… Binet se réfère à Chomsky, de Saussure, et Barthes bien sûr, et explique au lecteur la théorie de Jakobson, autant d’éléments qui donnent envie de se plonger ou replonger dans des cours de linguistique. On apprend en effet avec Umberto Eco que la sémiologie est une science des plus utiles dans la vie quotidienne :

« Roland, sa grande leçon de sémiologie que j’ai retenue, c’est montrer du doigt n’importe quel événement de l’univers et avertir qu’il signifie quelque chose. Il répétait toujours que le sémiologue, quand il se promène dans les rues, il flaire de la signification là où les autres voient des événements. Il savait qu’on dit quelque chose dans la façon de s’habiller, de tenir son verre, de marcher… » (p227).

Très loufoque,  « La septième fonction du langage » est aussi une brillante fable sur le pouvoir du langage qui s’illustre dans le monstrueux « Logos Club » où les joutes oratoires se terminent dans le sang pour les malheureux perdants. Un roman qui mérite bien le prix Interallié remporté en novembre 2015 et qui sera sans doute le dernier de mes coups de cœur pour cette année !

Un de mes coups de cœur 2015 !

 

La septième fonction du langage, Laurent Binet, Grasset, Paris, août 2015, 495 p.

 

Publicités

Vigée Le Brun au Grand Palais

l'album de l'exposition vigée le brunDes femmes peintres françaises, il faut bien avouer que le grand public en connaît très peu. Sauf si vous êtes spécialiste en la matière, je vous suggère de réfléchir quelques minutes et de noter les noms qui vous viennent à l’esprit : ils sont peu nombreux ! Parmi ceux-ci, celui de Vigée Le Brun apparaît parfois, surtout connue grâce à son statut de portraitiste de la reine Marie-Antoinette.

Pour autant, aucune exposition monographique n’avait jusqu’ici été consacrée en France à Elisabeth Louise Vigée Le Brun. L’exposition du Grand Palais vient enfin rendre hommage à une grande peintre qui eut beaucoup de mal à imposer son talent, dans un milieu artistique plus que largement dominé par les hommes.

La postérité n’a pas non plus été tendre avec l’artiste, puisqu’elle fut méprisée par Simone de Beauvoir. L’auteur contestait le génie de Vigée Le Brun parce que celle-ci avait notamment  choisi de « fixer sur ses toiles sa souriante maternité »  (« Le deuxième sexe », Simone de Beauvoir). Et c’est justement cette représentation de la maternité -mais pas seulement- qui m’a beaucoup plu dans les tableaux présentés au Grand Palais.

 

Dès l’entrée de l’exposition, j’ai été saisie par la beauté de l’autoportrait qui en donne le ton, et plus particulièrement par la finesse et la lumière du teint de l’artiste.

autoportrait vigée le brun

L’artiste exécutant un portrait de Marie-Antoinette, 1790, huile sur toile, Florence, Galleria degli uffizi

 

De nombreux tableaux illustrent la tendresse maternelle, et ce sont ceux qui m’ont le plus touchée. Parmi ceux-ci, le plus connu, que l’on peut admirer normalement au Louvre :

la tendresse maternelle vigée le brun

Portrait de l’artiste avec sa fille dit « La tendresse maternelle », 1786, Paris, Musée du Louvre.

 

 

Enfin, mes deux préférés :

fille de vigée le brun

Jeanne Julie Louise Le Brun se regardant dans un miroir, 1787, collection particulière

 

vigee le brun

La marquise de Pezay et la marquise de Rougé, accompagnée de ses fils, 1787, Washington National Gallery of Art.

Et bien sûr, les portraits de Marie-Antoinette, dont celui-ci qui choqua parce que la reine est représentée en gaulle (chemise).

Marie antoinette en chemise vigée le brunMarie-Antoinette en chemise ou en gaulle, vers 1783, Kronberg, Hessische Hausstiftung.

Outre le côté artistique, l’intérêt de l’exposition vient également de la période historique concernée, puisque Vigée Le Brun est le témoin de plusieurs grands changements : née en 1755, l’artiste  a appris et développé son art sous l’ancien régime, puis a connu les excès de la révolution, et a compris tout de suite que son statut d’artiste de la Cour la mettait en péril. Elle s’est donc enfuie en Italie, puis s’est rendue à Vienne et enfin en Russie : un exil de douze années, pendant lesquelles elle a exercé son art auprès de l’aristocratie européenne, avant de rentrer à Paris, sous le Consulat. Elisabeth Louise Vigée Le Brun connaît alors la période de l’Empire, avec le développement d’une société nouvelle, qui se traduit par des changements dans les codes artistiques.

 

Il vous reste un mois, jusqu’au 11 janvier 2016,  pour voir cette exposition que je vous recommande tout particulièrement, si vous en avez l’occasion !

Plus d’infos sur : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/elisabeth-louise-vigee-le-brun

 

 

 

Histoire de Rome, de Pierre Grimal

histoire de Rome GrimalLorsque mon fils est rentré de l’école avec un devoir très intéressant, lire l’ « Histoire de Rome », de Pierre Grimal, cela m’a rappelé les années passées à m’acharner sur des thèmes et versions, et ce qu’il en reste aujourd’hui : outre certaines compétences linguistiques, un intérêt particulier pour tout ce qui touche à l’Antiquité, pour mon plus grand plaisir.

Je me suis donc plongée la première dans l’ouvrage de celui qui est encore aujourd’hui l’un des plus grands spécialistes français de cette période. Pierre Grimal fut en effet professeur de littérature à la Sorbonne, membre de l’Institut et membre de l’Ecole française de Rome. Décédé en 1996, il a laissé de nombreux livres sur la civilisation romaine, dont certains ont été publiés à titre posthume, comme cette « Histoire de Rome » qui constitue une excellente introduction à l’étude de cette période.

En guère plus de cent cinquante pages, l’auteur dresse un panorama historique de la question, de la fondation de Rome par Romulus -après la victoire sur sa rivale Albe-La-Longue- à la Royauté puis, pendant plus de quatre siècles, il décrit la République avant de nous raconter la mise en place de l’Empire, jusqu’à la chute de ce dernier. Peu de dates, mais les grandes étapes de la vie politique, militaire et sociale de Rome, le tout raconté comme s’il s’agissait d’un roman, avec en plus, la caution scientifique de Pierre Grimal.

Le livre de Pierre Grimal représente une bonne entrée en matière pour celui qui désire étudier l’Antiquité romaine ou avoir simplement un aperçu de l’histoire de Rome. Je le conseillerai à partir de quatorze ans, voire un plus tôt pour les férus d’histoire. En ce qui me concerne, cette « Histoire de Rome » m’a rappelé de nombreux épisodes jusque-là oubliés comme l’enlèvement des Sabines, les guerres puniques ou la traversée des Alpes par Hannibal et ses éléphants, ainsi que beaucoup de noms qui sonnent pour moi comme autant de petites madeleines : Scipion l’Africain, Cicéron et la conjuration de Catilina…

L’on retrouve également, dans certaines évocations de l’auteur, des similitudes entre l’Antiquité romaine et notre époque, preuve s’il en fallait, que l’histoire se répète et que son étude n’en est que plus nécessaire…

 

Histoire de Rome, Pierre Grimal, Editions Mille et une nuits,  Paris, mai 2013, 160p.

 

Livre lu dans le cadre du challenge Il viaggio chez Eimelle, (décembre : l’Antiquité), et du challenge « Un giro a Roma » du blog Taralli e Zaletti.

challenge italie

un giro a Roma

Ma cousine Rachel, Daphné du Maurier

Ma cousine Rachel Daphné du MaurierOrphelin depuis sa plus tendre enfance, Philip a été recueilli par son cousin Ambroise, plus âgé que lui, qui l’a élevé comme s’il était son fils. Les deux cousins vivent dans un beau domaine des Cornouailles, mais l’âge commence à rattraper Ambroise qui souffre de rhumatismes et d’autres maux que les quatre jours de pluie hebdomadaires de cette région anglaise n’arrangent pas. Il est donc contraint depuis quelques années à se rendre chaque hiver dans un pays du pourtour méditerranéen, là où il fait sec et chaud.

C’est au cours d’un voyage à Florence, qu’Ambroise rencontre Rachel, la fille d’un cousin anglais qui avait épousé une belle romaine. Rachel est veuve d’un premier mariage qui fut, semble-t-il, malheureux. Contre toute attente, le vieux garçon qu’est Ambroise épouse la comtesse italienne, Rachel, et s’installe chez elle, aux environs de Florence. Passé le premier étonnement, Philip conçoit un peu de jalousie face à cette nouvelle, puis finit par s’habituer à l’idée de n’être plus le centre du monde pour son cousin. Peu après, il reçoit des lettres inquiétantes d’Ambroise, dont la santé se détériore rapidement. Dans l’un de ces courriers, Ambroise appelle Philip au secours, et fait état de ses soupçons envers Rachel qui essaierait, écrit-il, de l’empoisonner.

Lorsque Philip arrive à Florence, il est trop tard. Ambroise est mort et Rachel a quitté sa maison, sans dire où elle se rendait. Philip rentre en Angleterre très éprouvé, puis il reprend la vie tranquille et retirée qu’il affectionne, sur ces terres dont il héritera quelques mois plus tard, à l’occasion de son vingt-cinquième anniversaire.

Mais bientôt, Rachel arrive, curieuse de découvrir le manoir et les jardins où vivait son cher Ambroise. Philip est agréablement surpris et découvre une jeune femme aimable, qui semble tout connaître des goûts de son défunt mari, ayant notamment retenu les descriptions que celui-ci lui faisait de la moindre parcelle de terrain, et des différents fermiers vivant sur le domaine. Rachel est-elle intéressée ou encore amoureuse ? Philip ne sait sur quel pied danser, mais il est bien vite conquis par sa charmante cousine, ce qui l’amène à prendre des décisions dangereuses.

Daphné du Maurier maîtrise à merveille l’art du suspense. Elle souffle le chaud et le froid, nous plongeant dans l’incertitude face au personnage de Rachel. Manipulatrice, comme beaucoup d’indices le laissent entrevoir, ou femme sincère qui regrette l’amour que la vie lui avait enfin accordé ? Le lecteur souffre avec le héros, qui est parfois attendrissant par son inexpérience, mais aussi profondément agaçant par sa naïveté.

Certes, il y a quelques longueurs, qui restent toutefois intéressantes, parce que l’auteur y affine les réflexions psychologiques des personnages et tout particulièrement de Philip. « Ma cousine Rachel » est, comme « Rebecca », ou « Le bouc émissaire », un roman qui explore le machiavélisme de l’âme humaine et qui fait de son auteure l’héritière moderne du roman gothique anglais. A découvrir !

 

Ma cousine Rachel, Daphné du Maurier, traduit de l’anglais par Denise Van Moppès, Le livre de poche n°364, Paris, 1958, 383 p.

Lu dans le cadre du blogoclub de Sylire et du challenge « A year in England » chez Titine.

Les autres avis à lire ici.

Le prochain rendez-vous du Blogoclub sera consacré à Irène Némirovski, le 1er mars.

blogoclublogo-by-eliza1