La septième fonction du langage, Laurent Binet

 

La septième fonction du langage

Plongée dans la littérature italienne, j’ai peu cédé à l’appel de la rentrée littéraire de septembre, mais je n’ai pas regretté les quelques titres choisis. C’est le cas tout particulièrement du roman jubilatoire de Laurent Binet, « La septième fonction du langage » qui m’a aidée à sortir de la morosité de cet automne difficile.

L’auteur nous emmène dans une aventure à la fois farfelue et brillante, au cours de laquelle il égratigne, parfois gentiment, mais c’est loin d’être toujours le cas, les nombreux intellectuels et hommes politiques des années soixante-dix et quatre-vingt qui peuplent son deuxième roman.

Comme point de départ, l’auteur a choisi de s’interroger sur la mort de Roland Barthes, renversé par une camionnette en 1980, alors qu’il venait de déjeuner avec le futur candidat à la présidentielle, François Mitterrand. Et s’il ne s’agissait pas d’un accident ? Et si Roland Barthes détenait un secret que le microcosme intellectuel de la sémiologie, mais aussi de la politique, rêvait de s’approprier ?

Laurent Binet expose au lecteur les fonctions du langage décrites par le linguiste russe Jakobson : six fonctions qui nous utilisons dans tous nos « actes de langage » et qui font les beaux jours de la linguistique et de la sémiologie depuis. Mais Jacobson aurait omis de révéler la « septième fonction du langage » qui surpasserait toutes les autres, puisqu’elle permettrait à celui qui en connaîtrait le secret d’avoir le pouvoir absolu : celui des mots. L’argumentation parfaite, celle qui convainc à tous les coups. Autant dire, une arme redoutable pour les politiciens !

C’est un duo hautement improbable, formé par le commissaire Bayard, un homme simple et rationnel, et par Simon, un universitaire à l’apparence grise et ennuyeuse mais qui utilise ses connaissances en sémiologie pour interpréter le réel, ce qui, contre toute attente, lui est d’une grande utilité dans les situations dangereuses auxquelles les deux enquêteurs vont être confrontés, en France, aux Etats-Unis, puis en Italie.

On croise Derrida, Foucauld, Althusser, Sollers (qui en prend sérieusement pour son grade) et Kristeva, BHL, Jack Lang, Giscard, Umberto Eco et tant d’autres… Binet se réfère à Chomsky, de Saussure, et Barthes bien sûr, et explique au lecteur la théorie de Jakobson, autant d’éléments qui donnent envie de se plonger ou replonger dans des cours de linguistique. On apprend en effet avec Umberto Eco que la sémiologie est une science des plus utiles dans la vie quotidienne :

« Roland, sa grande leçon de sémiologie que j’ai retenue, c’est montrer du doigt n’importe quel événement de l’univers et avertir qu’il signifie quelque chose. Il répétait toujours que le sémiologue, quand il se promène dans les rues, il flaire de la signification là où les autres voient des événements. Il savait qu’on dit quelque chose dans la façon de s’habiller, de tenir son verre, de marcher… » (p227).

Très loufoque,  « La septième fonction du langage » est aussi une brillante fable sur le pouvoir du langage qui s’illustre dans le monstrueux « Logos Club » où les joutes oratoires se terminent dans le sang pour les malheureux perdants. Un roman qui mérite bien le prix Interallié remporté en novembre 2015 et qui sera sans doute le dernier de mes coups de cœur pour cette année !

Un de mes coups de cœur 2015 !

 

La septième fonction du langage, Laurent Binet, Grasset, Paris, août 2015, 495 p.

 

Publicités

17 réflexions sur “La septième fonction du langage, Laurent Binet

    • Je suis ravie de découvrir ton blog. Je suis entièrement d’accord avec ton avis sur le roman de Binet. Mais il est vrai que j’ai aussi adoré la linguistique à l’université !
      Bonne année littéraire 2016 et à bientôt !

      J'aime

    • Pour moi, l’intrigue n’a eu finalement que peu d’importance. Quelques semaines après la lecture, je garde en souvenir l’humour, le côté dissertation brillante mais qui ne se prend pas au sérieux, et l’ambiance du début des années 80. En tout cas, je te souhaite plein d’autres bonnes lectures pour 2016 ! A bientôt.

      J'aime

    • Oui en effet. Original, drôle et intelligent ! HHhH ne m’attirait pas trop quand il est sorti, mais j’ai changé d’avis après la lecture de « La septième fonction ». Je le lirai bientôt et je serai donc curieuse de découvrir ton avis. Excellente année 2016 et de très belles lectures !

      J'aime

  1. Il me tentait, mais comme je n’avais jamais rien lu de cet auteur, j’hésitais à franchir le pas. Tu m’as définitivement convaincue. En plus je raffole des romans qui m’apprennent des choses, que ce soit en linguistique, en histoire, en astronomie, en musique, en paléontologie, voire même en mathématiques ou Dieu sait quoi encore !

    J'aime

    • J’espère qu’il te plaira ! Il m’a en tout cas donné envie de me replonger dans mes cours de linguistique ! Je suis maintenant en train de lire le premier roman de Binet, « HHhH », qui ne m’avait pas vraiment attirée lors de sa sortie, et je suis conquise également. Là, il s’agit d’histoire et de la seconde guerre mondiale, avec la préparation de l’assassinat du SS Heydrich. Et j’apprends beaucoup en effet, même si fiction et réalité sont mélangées. L’auteur se raconte en train d’écrire son roman historique et hésite sur les choix à faire. Original et intéressant !

      J'aime

  2. Pingback: « La Septième fonction du langage  Laurent Binet | «Suspends ton vol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s