Hubert, de Ben Gijsemans

Hubert

Pour le rendez-vous de la bande dessinée, et pour rester dans le thème que je me suis fixé cette année pour le mois belge, la peinture, j’ai choisi de vous parler de « Hubert », de Ben Gijsemans, un jeune auteur flamand très prometteur né à Lier en 1989 et qui a suivi des études à la School of Arts de Gand, puis à l’Institut supérieur Saint-Luc de Bruxelles.

Monsieur Hubert est un homme taciturne qui s’est installé à Bruxelles et s’y habitue difficilement. Introverti, il a du mal à établir des relations personnelles et il est très solitaire. Il passe donc ses week-ends à visiter les Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles, où il admire des œuvres d’art qui l’apaisent.

Nous le suivons dans sa contemplation au sein du musée qui représente pour lui un havre de paix au sein d’une ville qui lui paraît compliquée. Monsieur Hubert se rend également de temps en temps à Paris et notamment au Musée d’Orsay où il apprécie tout particulièrement l’Olympia de Manet.

Copiste à ses moments perdus, il reproduit des portraits de femme à partir de photographies d’œuvres sur son ordinateur. Au cours de ces séances, il jette de temps à autre un coup d’œil dans la cour de son immeuble, en direction de la fenêtre du dessous, où apparaît parfois une jolie jeune femme. Malheureusement, celle-ci croit être épiée et ferme définitivement les rideaux.

Un rendez-vous presque forcé avec une autre voisine lui ouvre les yeux et il décide de se lancer. Mais l’art reste pour lui sa seule passion …

 

Hubert planche 2

 

Hubert planche

 

Ben Gijsemans nous offre un roman graphique sensible à l’atmosphère triste et monotone, mais pourtant très prenant. Son personnage, Monsieur Hubert, est un homme sans âge, peu amène, qui heureusement a une passion artistique qui lui permet d’oublier sa condition. Avec très peu de mots, et des silences qui en disent long, beaucoup de lenteur, des vignettes apparemment semblables dans lesquelles le personnage bouge d’un rien, l’auteur évoque la vie solitaire d’un homme ordinaire qui a pourtant sa sensibilité, son amour des portraits féminins, et donc une vraie richesse intérieure : de quoi donner tort aux apparences !

 

 

Hubert, Ben Gijsemans, Dargaud, 2016, 88p.

 

Livre lu dans le cadre du mois belge d’Anne et Mina

Logo Khnopff Bocklin 40 ombre grise

Publicités

12 réflexions sur “Hubert, de Ben Gijsemans

  1. Pingback: Le Mois belge, Saison 3 : le récap’ |

  2. Je crois que je passerai au moins voir les planches originales au Musée des beaux-arts, j’aime beaucoup l’atmosphère qui s’en dégage, et toi et Marilyne êtes convaincantes… Le dessin de l’entrée me plaît particulièrement : j’ai profité pendant quelques temps de cette vue et de ces statues pour lesquelles je garde une certaine affection.

    Aimé par 1 personne

    • Mina, la bibliothèque l’a commandé récemment. Je ne sais pas si ce titre se trouve déjà dans leurs rayons, mais si tu as envie de découvrir cette BD de plus près, c’est peut-être l’occasion. Sinon, une chouette librairie peut éventuellement te la commander 😉

      Aimé par 1 personne

      • Florence, j’ai travaillé juste en face pendant un an : de mon bureau, j’étais à une bonne hauteur pour admirer les statues et l’entrée d’un autre angle que celui du dessin. Tu me rappelles juste à temps de penser à passer au musée demain, d’ailleurs, merci.

        Nadège, je crois que je privilégierai la bibliothèque à la librairie cette fois, je ne lis jamais de BD et suis encore trop frileuse de ce côté pour envisager un achat. 😉

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s