13, de Pieter Aspe

Pour la journée qu’Anne et Mina ont choisi de consacrer aux auteurs flamands, j’aurais aimé vous présenter « Le chagrin des Belges » d’Hugo Claus que j’ai lu il y a plus de quinze ans. Mais ne disposant pas du temps nécessaire à sa relecture, je me suis tournée vers une valeur sûre du polar belge, le brugeois Pieter Aspe. Après « Le carré de la vengeance« , j’ai choisi « 13« , réalisant ainsi un grand saut en avant dans la série, car même si j’apprécie beaucoup le commissaire Van In, il est peu probable que je lise l’ensemble de ses aventures. Pas besoin donc pour moi d’en respecter l’ordre…

13 Pieter AspePourquoi « 13 » ? Le titre de ce roman policier de Pieter Aspe fait tout simplement référence au nombre de livres écrits par l’auteur flamand. Il s’agit ici en effet de la treizième enquête du commissaire Van In, toujours secondé par la belle Hannelore Mertens, procureur, qui est surtout, dans ce roman, la future épouse de Van In. Mais si 13 est le treizième roman de l’auteur à être traduit en français, Pieter Aspe a déjà publié plus de trente romans dans sa langue natale. De quoi alimenter de longues heures de lecture…

Comme dans chacun de ses romans, Pieter Aspe nous livre rapidement des informations concernant les criminels et l’on suit leur parcours jusqu’au dénouement. Ici , dès la première page, il nous dévoile la scène du crime alors que son auteur est toujours présente sur les lieux : il s’agit d’une femme encore assez jeune, nue, qui vient de tuer Erwin Proot, auquel elle avait tendu un piège dans un bar la veille. L’homme avait aussitôt succombé à ses charmes. Lorsque le roman débute, la femme termine juste d’ écrire les mots latins « consumatum est » sur le cadavre qu’elle abandonne dans la chambre d’un hôtel du centre de Bruges. On sait tout de suite qu’une des clés de l’affaire se trouve dans cette mention.

En l’absence momentanée de Van In, parti acheter des alliances, ses collègues, Versavel et Carine Neels,  relèvent les premiers indices : une carte de crédit, et une carte de visite, toutes deux au nom de Wim Raes. Rapidement mis au courant, Van Inn et Hannelore Mertens se rendent chez la femme de Wim Raes pour lui annoncer la nouvelle et découvrent que le cadavre n’est pas celui du détenteur de la carte de crédit, le vrai Wim Raes étant toujours vivant. Van Inn a alors l’intuition que ce crime ne sera pas isolé. En effet, le vrai Wim Raes est à son tour assassiné quelques temps après, avec dans la poche, une carte de crédit qui ne lui appartient pas.

L’enquête s’accélère, il s’agit probablement d’un tueur en série. Plusieurs femmes sont tour à tour soupçonnées, et Van In recherche ce qu’elles ont en commun. La jalousie peut-être, sentiment qui est au centre de  I3, qu’il s’agisse de l’enquête ou des démêlés sentimentaux qui agitent Van In et Hannelore Mertens. L’auteur nous apprend d’entrée de jeu qu’ils ont décidé de se marier, après plusieurs années de vie commune et deux enfants, mais rien n’est sûr jusqu’à la fin, les deux héros ayant beaucoup de mal à se retrouver, entre l’incompréhension de l’un et la jalousie de l’autre. Et il y a , en outre, la présence de la belle Carine, amoureuse de Van In depuis longtemps et qui ne perd pas espoir…

13 est un bon roman policier. Mais son intérêt réside aussi, comme toutes les aventures de Van In, dans la découverte de Bruges et de la côte flamande, et de certains aspects de la vie sociale en Flandre, particulièrement celle de la bourgeoisie locale. Et puis, il y a l’humour du commissaire Van In, présent en toutes circonstances, cet humour belge qui ajoute un petit quelque chose en plus à la série de Pieter Aspe…

 

13, Pieter Aspe, traduit du néerlandais (Belgique) par Emmanuèle Sandron, Le livre de poche, Paris, novembre 2015, 312 p.

 

Livre lu dans le cadre du mois belge d‘Anne et Mina, et du challenge polar et thrillers chez Sharon

Logo Khnopff Bocklin 40 ombre grise

thrillerpolar-pativore1

Publicités

16 réflexions sur “13, de Pieter Aspe

  1. J’avais commencé une de ses enquêtes et je l’avais aussitôt abandonné. J’avais trouvé ce commissaire qui buvait beaucoup très déplaisant… Je tenterais peut-être de lire celui-là pour la description de la vie sociale en Flandres…

    J'aime

    • Alors, si tu n’a pas aimé le personnage, il vaut peut-être mieux s’abstenir. Il est vrai que Van In a beaucoup de défauts et il ne s’est pas amélioré au fil du temps; il a toujours la main lourde avec la Duvel, comme son entourage d’ailleurs. L’alcoolisme devient un stéréotype parfois agaçant en effet dans de nombreux polars…

      J'aime

    • Non, ce n’est pas nécessaire, comme dans beaucoup de séries de polars. Mais je te le conseille quand même, car les personnages évoluent, dans leur vie sentimentale principalement, au fil du temps. Il est souvent intéressant de lire au moins le premier, qui présente les personnages. Pour cela, je te conseille de commencer par « Le carré de la vengeance« . Bon dimanche Eve !

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Le Mois belge, Saison 3 : le récap’ |

  3. J’ai lu les deux premiers et j’en ai trouvé d’autres (assez proches) en bouquinerie, j’aime bien cette série, j’en lirai encore (mais j’ai choisi une autre auteure à découvrir pour le RDV polar).

    J'aime

    • En fait, je ne pensais pas participer au rdv polar ou auteur flamand, par manque de temps, puis au dernier moment, je me suis lancée dans la lecture, puisque j’avais ce « 13 » dans ma PAL. C’est une série qui tient ses promesses, une bonne intrigue, la ville de Bruges et l’humour de Van In.

      J'aime

  4. Tu viens de me rappeler que nous avions lu « Le carré de la vengeance » ensemble pour le dernier mois belge ! Je n’ai pas réitéré avec Van In cette année mais je le garde dans un petit coin de ma tête pour une soirée détente à l’occasion. Par contre, je trinque à sa santé et à la tienne avec une bonne bière pour fêter le week-end ! 😉

    J'aime

  5. Pingback: Challenge Thriller et polar – session 2015-2016, bilan final | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s