Les naufragés de la Méduse, Jacques-Olivier Boudon

les naufragés de la méduseLa tragédie du naufrage de la Méduse fait partie de l’inconscient collectif français, grâce au célèbre tableau de Géricault qui compte parmi les œuvres vedettes du Musée du Louvre. Les corps enchevêtrés s’entassant sur le radeau, au moment où quelques survivants désespérés aperçoivent un navire au loin, ont marqué les esprits de façon durable. Il ne s’agit pourtant que d’un moment de ce drame qui dura presque deux mois, mais s’il impressionna tant, c’est à cause des récits relatant les scènes atroces qui s’y déroulèrent, à peine deux jours après le début de la dérive du radeau.

C’est il y a deux cents ans, le 2 juillet 1816, que la frégate la Méduse, s’échoua sur un banc de sable au large de la Mauritanie. Le but de cette mission était de « réinstaller la présence française au Sénégal ». Le bateau comptait à son bord près de quatre cents passagers, parmi lesquels le nouveau gouverneur du Sénégal, de futurs employés de l’administration coloniale, des troupes chargées d’assurer la présence militaire de la France sur place, les membres de l’équipage ainsi que des explorateurs et ouvriers qui devaient installer une colonie au Cap-Vert.

Dès le 3 juillet, on décida de construire un radeau, les chaloupes étant en nombre insuffisant. Le 5 juillet, l’évacuation eut lieu. Il règnait alors le désordre le plus total. Sur le radeau, s’entassèrent finalement près de cent cinquante personnes. Le radeau fut d’abord tiré par la chaloupe du colonel Schmaltz qui finit par larguer les amarres, abandonnant le radeau à son sort.

A bord du radeau, la situation dégénéra très vite. Les vivres et les boissons manquèrent rapidement, les passagers s’entretuèrent, les rescapés dévorant la chair des cadavres. On ne comptera que quinze survivants lorsque l’Argus retrouvera le radeau le 17 juillet ! Les passagers des chaloupes, bien que plus chanceux, ne s’en sortirent pas tous. Certains durent débarquer sur la côte saharienne avant de marcher vers le Sénégal, succombant à l’épuisement, la soif, la maladie. Enfin, le 20 août 1816, soit quarante-cinq jours après le naufrage, trois survivants furent retrouvés sur la frégate qu’ils n’avaient pas voulu quitter, estimant que leurs chances de s’en sortir étaient supérieures s’ils restaient à bord du navire échoué.

A côté du récit des événements, le livre de Jacques-Olivier Boudon évoque la crise politique provoquée en France par la nouvelle du naufrage. Le 14 septembre, le Journal des Débats publie le rapport qui décrit les scènes de violence et d’anthropophagie qui se sont déroulées sur le radeau. Le scandale est à son comble. Les récits bouleversants des rescapés libèrent les émotions refoulées par la population française qui vient de vivre, depuis la Révolution et au cours des guerres napoléoniennes, pas moins d’un quart de siècle de violences.

« Les naufragés de la Méduse » est l’ouvrage d’un historien. Il explore les identités des passagers, l’enquête et le procès qui suivirent, ainsi que le tabou du cannibalisme. Il s’intéresse également au tableau de Géricault, à sa réception par le public et à la naissance du mythe. Très complet, extrêmement bien documenté, il constitue sans aucun doute un ouvrage de référence sur le sujet qui, comme le rappelle l’auteur, reste brûlant d’actualité :

« Les réfugiés qui s’embarquent sur ces esquifs, au péril de leur vie, acceptent d’affronter les éléments, car ils gardent l’espoir d’aborder sur une terre plus hospitalière et restent confiants dans un avenir meilleur. C’est tout l’ambivalence du naufrage. Il est ce moment où s’effondre un ordre ancien, et où s’ouvre devant soi un abîme pouvant conduire à une issue fatale aussi bien qu’à une nouvelle vie, une rédemption. »

Un livre passionnant lu grâce à Babelio et aux éditions Belin que je remercie tout particulièrement.

Les naufragés de la Méduse, Jacques-Olivier Boudon, Belin, Paris, 2016, 335 p.

 

Livre lu dans le cadre du challenge Histoire chez Lynnae.

Challengehistoireessai1

Publicités

6 réflexions sur “Les naufragés de la Méduse, Jacques-Olivier Boudon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s