Le premier amour, de Sandor Marai.

premier-amour-sandor-maraiC’est avec « Le premier amour », publié en 1928 en Hongrie, que Sandor Marai débute sa carrière littéraire et qu’il connaît d’emblée le succès. Ce roman, dans lequel le narrateur écrit son journal, contient en effet les principaux thèmes que l’auteur développera dans l’ensemble de son oeuvre et qui, associés à une écriture recherchée mais fluide, lui vaudront une reconnaissance dans son pays dans un premier temps, puis bien des années plus tard, après avoir sombré dans l’oubli en raison de la dictature communiste qui l’a poussé à s’exiler, lui ouvriront une reconnaissance internationale bien que posthume.  « Le premier amour » parle en effet de la solitude, de l’ennui de vies sans relief ni événements, du temps qui passe et des possibilités qui n’ont pas été saisies, des illusions déçues …

Le héros du « premier amour » est un professeur de latin vivant dans une petite ville de province hongroise. La cinquantaine grise et triste, il vit seul, ne côtoie que quelques collègues qui ne sont même pas devenus des amis, ne semble avoir aucune passion. Alors qu’il se trouve en vacances dans une petite station balnéaire vide, dans la même chambre que vingt-huit ans auparavant, il reprend un cahier dans lequel il avait tenu son journal alors, le relit et recommence à écrire, simplement parce qu’il n’a rien d’autre à faire, seul dans ce lieu de villégiature sans intérêt.

La relecture de ce journal lui rappelle quelques épisodes de sa jeunesse, notamment les rencontres avec une jeune fille qu’il fréquentait et qu’un malentendu a empêché de revoir par la suite. Il écrit et explique ses sentiments, ceux d’alors, ceux d’aujourd’hui. Il analyse, interprète, décèle chez lui «une maladie » dit-il d’abord, qu’il ne tardera pas à qualifier de « névrose » ensuite. Il multiplie les promenades, espérant que son « énervement » disparaîtra . Un vacancier, Timar, qui ne semble pas mieux loti que lui, essaie d’établir un contact, mais le professeur le repousse, puis après quelques jours, regrette et revient vers lui. Ils échangent quelques mots, sans plus.

De retour en ville, le professeur reprend le cours de sa vie. La rentrée des classes ne lui apporte aucune joie, puisqu’il est titulaire d’une classe terminale, lui qui n’aime pas enseigner aux grands adolescents. Cette classe est mixte de surcroît et il doit s’habituer à la présence de filles dans ses cours, ce qui n’est pas chose aisée pour lui. Au fil de son journal, le professeur raconte comment il se met peu à peu, et apparemment sans raison, à haïr Madar, un élève. Conscient de l’injustice de ce sentiment, il cherche à en connaître l’origine et se plonge dans l’introspection.

De ses interrogations naît peu à peu la découverte qu’il porte un amour profond à Cserey, l’une de ses élèves, qu’il soupçonne d’être la petite amie de Madar. Dès lors, il met tout en œuvre pour échapper à son obsession, à sa souffrance, mais il n’aboutit qu’à les renforcer encore. Ses sentiments exacerbés l’amènent à comprendre mieux la réalité que les autres, pense-t-il, ou du moins à sentir que celle-ci , insaisissable, n’est qu’une illusion pour tous les hommes. La fin du roman décrit de façon minutieuse comment le narrateur part à la dérive. Il s’enferme dans la solitude et la paranoïa jusqu’au paroxysme. La confrontation finale avec Madar, aura-t-elle lieu ? Là n’est pas l’essentiel : la description de l’introspection, de ses excès et des germes de folie qu’elle porte en elle, font du « premier amour » un roman troublant, émouvant, qui fait de Marai assurément l’un des grands auteurs européens du XXème siècle. Un roman à ne pas manquer !

Coup de cœur !

 

Le premier amour, Sandor Marai, traduit du hongrois par Catherine Fay, Le livre de poche, Paris, octobre 2010, 343 p.

Publicités

8 réflexions sur “Le premier amour, de Sandor Marai.

  1. ce livre me tente. je ne connais pas l’auteur (en fait je n’ai lu aucun auteur hongrois il me semble…
    j’ai quelques noms en tête Agotha Kristof ? ou Kertesz dont j’ai oublié le prénom…
    il faudra que je me lance un jour mais ça déborde tellement dans ma PAL (si ça se trouve il sont dans ma PAL en plus…)

    J'aime

    • Merci, j’essaie en effet de susciter l’envie de lire (et pourtant je ne suis pas libraire). Je dois juste préciser que je préfère ne pas parler des livres que je n’ai pas aimés (et a fortiori que j’ai détestés). D’où l’impression sur mon blog que j’aime tout. Pour le choix, je suis comme toi ! Il faudrait des soirées beaucoup plus longues….

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai lu L’ héritage d’Esther et un chien de caractère. Effectivement Maraï est un grand écrivain et ses personnages sont d’une complexité subtile. L’écrivain est un maître dans l’art de l’introspection, dans l’art de découvrir ce qui se cache sous l’apparence.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s