Archive | janvier 2017

Promesse, de Jussi Adler-Olsen

promesse-adler-olsenComme d’habitude, le département V est débordé et c’est bien ce que Carl fait comprendre, certes un peu brutalement, à un collègue de l’île de Bornholm lorsque celui-ci l’appelle pour lui demander de l’aide. Il est vrai que Carl a également décidé de réorganiser sa vie personnelle, ne serait-ce que pour trouver un peu de temps pour le sommeil. Et puis, il y a aussi cette vieille histoire qui resurgit, sortie de l’imagination de Ronny, son cousin, et que celui-ci disait avoir racontée dans un roman à paraître. Le hic était que Carl s’y trouvait impliqué dans un meurtre : très mauvais pour un policier, même rien dans cette histoire n’était véridique.

Carl n’a pas le temps de souffler : Rose vient lui annoncer la mort d’un certain brigadier Habersaat qui vient de se suicider en plein milieu de son pot de départ à la retraite. Habersaat avait trouvé porte close au département V qu’il avait appelé en tout dernier espoir concernant une ancienne affaire. Il s’agit bien du collègue de l’île de Bornholm. Rose ne mâche pas ses mots et accuse Carl d’avoir refusé d’écouter le brigadier et d’être responsable de sa mort. Même si Carl relativise sa responsabilité dans cette affaire, il comprend que le devoir l’appelle et accepte le voyage que Rose est déjà en train d’organiser vers Bornholm. Assad sera bien sûr de la partie : on ne se prive pas d’un assistant hors pair, qui excelle à apaiser les conflits, à exercer son esprit analytique et mettre le doigt sur des détails essentiels.

C’est ainsi que le département V relance l’enquête sur le décès d’une jeune fille de dix-sept ans, dont le corps avait été retrouvé dans un arbre, alors que son vélo gisait, broyé, au bord de la route. C’était en 1997 : un nouveau « cold case » et une nouvelle enquête passionnante pour Rose, Carl et Assad, qui nous emmènent cette fois dans l’univers de certaines médecines alternatives et de leurs dérives sectaires.

Ce sixième tome tient ses promesses : le rythme reste lent, bien qu’il s’accélère à la fin, mais l’auteur réussit toujours à nous tenir en haleine. C’est vrai qu’il nous livre de nouvelles informations sur les personnages, tout particulièrement sur Assad, mais il les distille savamment, pour susciter notre curiosité, en attendant la suite des enquêtes de ce trio danois, particulièrement intéressant !

 

Promesse, Jussi Adler-Olsen, traduit du danois par Caroline Berg, Albin Michel, janvier 2016, 650 p.

 

Livre lu dans le cadre du challenge scandinave chez Marjorie, du challenge polars et thrillers chez Sharon et du challenge objectif PAL 2017 chez Antigone.

challenge-nordique-edition-scandinavie-saison-2-copie-copielogopolarssharon1logo_objpal

Publicités

Les mouettes, Sandor Marai

les-mouettes-sandor-maraiNous sommes à Budapest à la fin des années trente. Un haut fonctionnaire hongrois vient de rédiger un texte hautement confidentiel qui lui pèse sur la conscience. Certes, il n’a fait qu’exécuter un ordre, mais il sait déjà les conséquences qu’auront ces quelques mots sur des millions de personnes, ses concitoyens. Il a ce triste privilège de savoir avant les autres. Il pourrait en tirer parti, mais il préfère affronter son destin, qui n’est autre que la guerre. Une pensée l’attriste plus que tout : à la fin de la guerre, il aura perdu sa jeunesse et basculera de l’autre côté.

L’homme est perdu dans ses réflexions lorsqu’une jeune femme arrive. Il est pris d’une espèce de folie intérieure lorsqu’il l’aperçoit. Il ne montre rien et reçoit la jeune femme qui est le sosie parfait d’une femme qu’il a aimée et qui s’est suicidée. La visiteuse est finlandaise et s’appelle Aino Laine. Elle est professeur et espère travailler en Hongrie, pays ami, pays parent, -de par la proximité linguistique notamment -, de sa patrie.

Aino Laine a besoin d’un permis de travail et elle espère que le fonctionnaire pourra l’aider. Une conversation s’engage. L’homme pense un moment qu’il s’agit de son ancienne compagne, puis il comprend que ce n’est qu’une coïncidence et il fait connaissance avec celle dont le nom, en hongrois, signifie « unique vague ». Il cherche en quoi le sosie de la femme aimée représente un signe du destin.

Le roman retrace la longue conversation qui emmène les deux protagonistes jusqu’au bout de la nuit. De nombreuses coïncidences surgissent, qui relient l’homme et la jeune femme. Les destins personnels et collectifs des habitants d’une Europe au bord de la guerre s’entrecroisent dans une atmosphère crépusculaire. Bientôt, la Mittel Europa mythique ne sera plus et les deux personnages sont conscients de cette disparition imminente. Ils évoquent tour à tour des questions aussi diverses que l’amour et le couple, la guerre, l’identité, les migrations, et les liens qui existent entre leurs deux pays, Finlande et Hongrie.

Le texte que nous livre Sandor Marai est au premier abord très mystérieux. Il est exigeant et ne se laisse pas appréhender tout de suite, même si l’on peut se contenter de la musique qui émane de cette conversation onirique. « Les mouettes » est un beau roman envoûtant, certes moins passionné et enthousiasmant que « Les braises », puisqu’il évoque la fin d’un monde, mais dans lequel on retrouve la très belle écriture du grand écrivain hongrois.

 

Les mouettes, Sandor Marai, traduit du hongrois par Catherine Fay, Le livre de poche, Paris, mars 2015, 214 p.

Livre lu dans le cadre du challenge Objectif Pal 2017 chez Antigone.

logo_objpal

Celle qui fuit et celle qui reste, Elena Ferrante

celle-qui-fuit-et-celle-qui-restePour commencer l’année en beauté, je ne pouvais pas faire autrement que d’évoquer le troisième tome de la saga napolitaine d’Elena Ferrante enfin sorti en français. Les fans se sont en effet précipités dès le 3 janvier en librairie pour renouer avec cette lecture passionnante !

Pour rappel, nous avons fait connaissance avec les deux héroïnes, Elena et Lila, dans « L’amie prodigieuse », puis suivi leur adolescence et le début de leur vie d’adulte dans « Le nouveau nom ». Dans « Celle qui fuit et celle qui reste », on retrouve les deux amies, jeunes adultes, avec leur conjoint respectif et leurs enfants.

Pour ne pas entamer le suspense, je resterai très évasive et je ne vous livrerai ici que quelques observations générales qui, je l’espère, vous donneront envie de lire ce troisième tome, ou de vous plonger dans cette belle saga, si vous ne la connaissez pas encore.

A partir du titre, « Celle qui fuit et celle qui reste », on comprendra vite qu’Elena, qui a quitté son quartier napolitain, n’y reviendra pas. Installée à Milan à la fin du second tome, après des études effectuées à la prestigieuse Ecole Normale de Pise, Elena publie son premier roman, avant de déménager à Florence. Quant à Lila, « celle qui reste », elle s’établit dans le quartier napolitain plus aéré de San Giovanni a Teduccio,

Malgré l’éloignement, les deux amies restent en contact. Selon les périodes de leur vie, les liens qu’elles entretiennent sont à géométrie variable : tantôt étroits, tantôt distendus, voire sporadiques. Comme par le passé, leur amitié est parfois sincère, parfois ambigüe. Elle peut également se limiter à échanger des nouvelles des habitants du Rione, dont le lecteur suit ainsi l’évolution de loin. Un autre élément reste présent tout au long du roman, tantôt en filigrane, tantôt comme acteur à part entière de l’intrigue : le beau Nino, qu’Elena rencontre à Milan où elle est conviée à une soirée de promotion de son livre, et que l’on retrouvera également à la fin de ce troisième volume.

La situation politique et les questions sociales, déjà bien présentes dans les deux premiers volets de la saga, occupent maintenant une place essentielle. Nous suivons ainsi l’évolution de la politique italienne, marquée par les violences répétées des années soixante-dix. Lila travaille désormais dans une charcuterie industrielle et elle subit un harcèlement qui était alors le lot de beaucoup de femmes de son milieu. Ses conditions de travail sont très difficiles, voire abrutissantes, et elle n’hésite pas à les critiquer au risque de perdre un emploi pourtant vital.

Elena s’emploie à dénoncer les mêmes abus, par le biais d’articles qu’elle commence à écrire pour le quotidien communiste « L’Unità ». Elle continue également à étudier, car elle veut en savoir plus dans ces domaines où elle estime disposer de peu de connaissances. Comme toujours, c’est par l’étude qu’Elena comble ses lacunes, alors qu’au même moment, Lila apprend en multipliant les expériences.

La condition de la femme se trouve également au centre des préoccupations d’Elena. Celle-ci éprouve des difficultés dans la vie quotidienne. Elle découvre la vie de famille et se rend compte qu’il est difficile de continuer à écrire et à publier tout en élevant de jeunes enfants. Elena se trouve aussi confrontée à la difficulté de s’extraire véritablement de son milieu. Elle s’interroge, elle perd souvent confiance car elle estime n’avoir pas les mêmes armes que ses proches, notamment sa belle-famille, dont les membres sont issus d’un milieu cultivé.

Comme dans les deux premiers tomes, Elena se pose bien sûr beaucoup de questions sur son amitié avec Lila qu’elle peine d’ailleurs à définir. En même temps, elle ne peut s’en passer et s’en trouve malheureuse. Quant à Lila, elle continue à faire preuve d’une méchanceté que l’on devine motivée par autre chose que de la simple jalousie. Dans ce domaine, le suspense est intact à l’issue du troisième tome : qui d’Elena ou de Lila est « l’amie prodigieuse » de l’autre ?

De quoi attendre le quatrième et dernier tome de la saga d’Elena Ferrante avec toujours autant d’impatience !

Nouveau coup de coeur !

Celle qui fuit et celle qui reste, Elena Ferrante, traduit de l’italien par Elsa Damien, collection Du monde entier, Gallimard, Paris, janvier 2017.

 

Livre lu dans le cadre du challenge Il viaggio chez Martine, du challenge Leggere in italiano et du challenge femmes de lettres, chez George.

ob_a973cf_mon-logologo-challenge-in-italia1dames de lettres