Le cœur du pélican, Cécile Coulon

Assez peu présent dans la littérature, le sport est au centre du roman de Cécile Coulon, « Le cœur du pélican ». Pour autant, il n’est pas le sujet principal du roman, qui vise beaucoup plus haut, s’attachant à des questions aussi essentielles que le sens de la vie et notre incapacité à choisir notre vie. Un roman d’une grande richesse qui mériterait une longue analyse…

Anthime est un sportif raté : sa carrière, fulgurante, a été stoppée par une vilaine blessure. Celui qui avait tout donné pour le huit cent mètres, pris dans les filets d’un entraîneur qui rêve de réparer ses propres échecs, est devenu un homme sans rêves, qui se morfond aux côtés d’une épouse qu’il n’a pas vraiment choisie, au fond d’un lotissement sans âme qu’il déteste.

Anthime est en colère, même s’il ne le sait pas encore, et les moqueries de quelques camarades vont servir de déclencheur et libérer les frustrations accumulées au cours d’années d’entraînement et de renoncement. Celui qui n’avait jamais pris de décisions a laissé aux autres le soin de mener sa vie, notamment à sa sœur Héléna, qu’il adore, et à sa femme Joanna, qu’il méprise. Il accepte cette situation comme la punition de son échec sportif.

Voici le deuxième roman que je lis de la jeune Cécile Coulon, après le magnifique « Trois saisons d’orage » et je retrouve son écriture précise, rapide mais fluide et encore une fois, si cohérente avec le fond qu’elle épouse littéralement : un style qui me plait décidément beaucoup. On retrouve ici le thème de l’amour fusionnel entre frère et sœur, presque incestueux, et celui de l’échec d’une vie, bâclée parce que fondée sur une erreur, sur une absence de choix réel et tournée vers un but qui n’était pas celui d’Anthime. Pourtant Anthime aimait Béatrice, mais comme Dante avec sa muse, il a préféré s’en emplir l’esprit « de rêves, d’images (…) par centaines », l’aimer d’un amour platonique, l’idéaliser, pour ne pas avoir à choisir, pour ne pas risquer de la perdre.

« Le cœur du pélican » est un roman bouleversant qui nous fait ressentir la solitude du sportif de haut niveau qui, sans vraiment en prendre conscience, sacrifie sa jeunesse à un excès d’exigences pour une carrière dont la fragilité n’a d’égale que la brièveté. Celui qui, parfois, est la victime du rêve des autres, et dont la seule faute était de posséder ce talent et de rechercher l’amour et la fierté dans les yeux de ses proches.

« Je n’ai pas choisi mon camp, je suis né dedans. J’ai marché à l’avant du troupeau pendant dix ans, je vous ai donné mon corps, ma vie, ma famille, ma nana. » C’est l’amer constat d’Anthime, victime de l’ambition des autres et de sa propre incapacité à s’affirmer. Une erreur dont il paiera le prix fort !

 

Le cœur du pélican, Cécile Coulon, Points P4355, juin 2016, 261 p.

 

Livre lu dans le cadre du challenge d’Antigone, Objectif PAL 2017.

Publicités

17 réflexions sur “Le cœur du pélican, Cécile Coulon

  1. J’ai lu le tout premier roman de Cécile Coulon (déjà encensée par les libraires à l’époque) et j’ai eu l’impression de ne rien comprendre à son univers ! C’était un brin frustrant mais je n’ai plus jamais eu envie de renouer. J’ai peut-être tort ?? 😉

    J'aime

    • Non, tu n’as sans doute pas tort Anne, il faut suivre ses instincts en matière de lecture. C’est tellement subjectif ! J’ai vécu cela avec « Confiteor » que j’ai détesté sans vraiment comprendre pourquoi, alors que tout le monde adorait… Si les diverses chroniques que tu lis ne te donnent pas envie, alors n’insiste pas. Ou alors essaie quelques pages, lorsque tu es en bibli…

      J'aime

  2. Pingback: Objectif Pal d’août et premier bilan – Les lectures d'Antigone

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s