Quand sort la recluse, Fred Vargas

Un nouveau Fred Vargas est toujours un événement pour ses lecteurs qui se délectent à l’avance. J’ai un peu différé la lecture de ce nouvel épisode des aventures du commissaire Adamsberg paru avant l’été, et le plaisir n’en n’a été que plus grand. Il me fallait en effet un peu de temps devant moi, car un Vargas doit se savourer, même si l’envie est grande de le lire d’une traite.

Cette fois, l’auteur nous emmène d’abord sur la piste de l’assassin d’une jeune femme : s’agit-il du mari ou de l’amant ? Adamsberg expédie l’affaire en quelques jours, là où ses collègues avaient échoué au point d’estimer nécessaire de le faire rentrer d’Islande. L’intuition et surtout l’expérience permettent au commissaire de trouver l’élément déterminant dans cette enquête. Une simple routine pour Adamsberg, qui a pourtant la tête ailleurs : trois morts par accident, -à cause de la piqûre d’une araignée, la recluse-, attirent en effet son attention.

Les morts sont des hommes âgés. Le phénomène est rare mais rien n’a été constaté d’anormal : l’âge avancé des victimes suffit à expliquer l’issue fatale. Pour autant, cela ne satisfait pas Adamsberg qui décide de mener des recherches, bien que la majorité de la brigade refuse d’abord de le suivre. L’enquête est en effet officieuse, ce qui n’empêche pas Adamberg de s’y lancer tête baissée.

Fred Vargas nous entraîne à sa suite dans l’enfance d’une bande d’orphelins qui, plusieurs décennies auparavant, a fait régner la terreur : s’agirait-il de la vengeance d’une des victimes de cette bande perverse et cruelle ?  L’auteur multiplie les pistes, à partir des deux acceptions du terme « recluse » : la recluse est une araignée originaire du continent américain, qui est présente depuis peu dans le sud de la France. Sa morsure est parfois douloureuse et dangereuse. La « recluse », c’est aussi une pénitente qui, au Moyen Âge, s’emmurait dans un reclusoir, dans lequel elle survivait parfois très longtemps, grâce à la nourriture déposée dans un petit orifice, au gré de la charité publique. On apprend toujours beaucoup dans les polars de Vargas, même lorsque Danglard, le flic érudit de la brigade passe au second plan, ce qui est le cas dans cet épisode.

L’enquête d’Adamsberg évolue au gré des « bulles gazeuses » qui se croisent dans le cerveau du commissaire. Autant de « proto-pensées » indéfinissables, proches de l’intuition, qui finissent par devenir de véritables pensées et aboutissent à des avancées remarquables dans l’enquête. Tout n’est pas crédible et l’intrigue devient parfois tortueuse, voire alambiquée ou nébuleuse -Adamberg n’est-il pas « dans les brumes » ? -mais c’est là tout le charme du roman : Fred Vargas excelle dans l’usage des mots et des concepts avec lesquels elle joue comme une virtuose jusqu’à fournir à ses lecteurs un vrai plaisir intellectuel. Et c’est cela qui compte, comme dans les autres romans de Fred Vargas : l’enquête n’est qu’un prétexte, même si on la dévore, et c’est aussi pour tout le reste que l’on aime Fred Vargas : les personnages, notamment Adamsberg et ses méthodes peu cartésiennes mais si efficaces, l’atmosphère poétique, la qualité de l’écriture, les références historiques…tout ce qui fait de « Quand sort la recluse » non seulement un excellent polar, mais surtout un excellent roman !

Quand sort la recluse, Fred Vargas, Flammarion, Paris, mai 2017, 478 p.

 

Challenge Polars et thrillers chez Sharon, et challenge Femmes de lettres chez George.

Publicités

6 réflexions sur “Quand sort la recluse, Fred Vargas

  1. Pingback: Bilan n°4 du challenge Thriller et polar | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s