Mauprat, de George Sand

 

 

Quand j’ai acheté ce Folio en librairie, il y a plusieurs années déjà, le titre ne me rappelait rien. « La mare au diable », « La petite Fadette » ou encore « Consuelo« , oui bien sûr, mais « Mauprat », il me semble bien ne jamais l’avoir entendu auparavant. Et c’est une agréable découverte car « Mauprat » est un roman tout à la fois captivant, émouvant et enrichissant. Mauprat est le nom de la famille qui est au centre de ce roman. Il s’agit, comme les décrit la quatrième de couverture, « de petits seigneurs berrichons, incultes et cruels, qui ne seraient pas déplacés dans un roman de Sade et perpétuent au dix-neuvième siècle les pires usages du monde féodal ».

La famille Mauprat est en réalité divisée en deux branches : les Coupe-Jarret , la branche aînée qui, c’est un euphémisme de le dire, a mal tourné, et les Casse-tête, sages et justes, disciples de l’esprit des Lumières. Le narrateur, Bernard Mauprat, dernier héritier des Coupe-Jarret, est un homme âgé qui revient sur sa vie, longue et agitée. L’histoire débute alors qu’il a dix-sept ans et vit avec ses horribles oncles, les Mauprat Coupe-Jarret, depuis qu’il a perdu ses parents à l’âge de sept ans. Son oncle Hubert Mauprat, de la branche cadette des Casse-tête, avait essayé de le recueillir quelques années avant, afin de l’enlever des mains de ces infâmes bandits, mais en vain.

Nous sommes dans le Berry, dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, peu avant la révolution française. La fille d’Hubert Mauprat, enlevée par ses infâmes oncles, est amenée par ceux-ci à Bernard Mauprat, afin qu’il fasse preuve de sa virilité. Mais Bernard, bien qu’élevé par ses oncles, ne partage pas leur penchant pour la violence, les exactions et autres crimes qu’ils commettent régulièrement, et tombe amoureux d’Edmée. Il s’évade avec elle de l’affreuse demeure de la Roche-Mauprat, après lui avoir fait promettre qu’elle n’appartiendrait jamais à aucun autre que lui-même. Bernard ramène Edmée chez son père, qui installe Bernard chez lui et l’adopte enfin.

Commence alors une longue période pendant laquelle Bernard vit aux côtés d’Edmée. Celle-ci exige que Bernard s’instruise, ce qu’il fait avec l’abbé Aubert, ami de la famille. Edmée promet à Bernard de l’épouser lorsqu’il sera devenu un gentilhomme cultivé et apte à vivre en société, c’est-à-dire tout d’abord, à s’y comporter de façon mesurée. Mais les doutes assaillent Bernard. Il s’impatiente et craint qu’Edmée ne change d’avis ou ne soit pas sincère, d’autant que celle-ci est depuis longtemps promise à M. de la Marche. Bernard s’ouvre parfois à Edmée, ce qui est l’occasion d’échanges passionnés mettant à l’épreuve les sentiments exacerbés des deux cousins. C’est d’ailleurs suite à l’un de ces épisodes qui représentent pour lui une torture, que Bernard décide de s’engager auprès du Marquis de La Fayette, et de partir combattre pour l’indépendance de l’Amérique. Bernard ne rentrera que six ans plus tard en France. Et c’est alors qu’un événement grave viendra tout remettre en question, au moment même où tout se présentait pour le mieux, Edmée ayant en effet attendu Bernard pendant ces longues années.

Je ne vous en dirai pas plus pour préserver la fin de l’intrigue, dont on suit les rebondissements avec intérêt. En effet, je me suis très vite attachée aux personnages de Bernard et Edmée, comme à Patience, Hubert et Marcasse. « Mauprat » est un roman très riche, aux multiples facettes, que J.P Lacassagne caractérise ainsi dans sa préface : « un roman indéfinissable, dense et captivant que l’on a pu lire comme un roman d’aventures, un roman d’éducation, un roman d’amour, le premier des grands romans champêtres ou des grands romans sociaux » .

En effet, le roman se veut parfois romantique, -et c’est là que se situent à mon avis les quelques longueurs, avant le voyage en Amérique notamment-, parfois aventurier, avec un château effrayant, une évasion,des poursuites à cheval et des moines peu recommandables qui fréquentent une auberge sordide. C’est aussi un roman social, lorsque Edmée devise avec ses amis proches et refait le monde, ou lorsque Patience développe des idées égalitaristes. On y retrouve d’ailleurs l’influence de Jean-Jacques Rousseau, que George Sand cite à plusieurs reprises, puisque le philosophe est particulièrement admiré d’Edmée. Celle-ci a d’ailleurs beaucoup apprécié « La nouvelle Héloïse » et s’emploie à développer les qualités que Rousseau aime chez une femme : « elle aimait à reconnaître avec lui que le plus grand charme d’une femme est dans l’attention intelligente et modeste qu’elle donne aux discours graves ». Enfin, c’est un roman d’éducation qui comporte de très belles pages sur l’intérêt de la culture, comme lors de l’initiation de Patience à la poésie.

Vous l’aurez compris, une très belle lecture que je vous conseille, et qui donne envie de se replonger plus souvent dans les classiques.

Mauprat, George Sand, Folio classique n°1311, Paris, 1981, 476 p.

 

Participation au challenge Objectif Pal chez Antigone

17 réflexions sur “Mauprat, de George Sand

    • Il est vraiment très intéressant mais je ne sais pas s’il est révélateur de l’oeuvre de G.Sand et sil est bien de commencer par celui-là. Tu devrais peut-être demander conseil à des spécialistes (je pense à George :Les livres de George).

      J'aime

  1. J’ai beaucoup moins aimé que toi. Et cela m’étonne car j’aime beaucoup George Sand habituellement. Mais la relation amoureuse/maternelle entre Edmée et Bernard m’a insupporté, je dois dire. Il faut dire que le mythe de Pygmalion n’est pas vraiment mon truc, encore moins l’histoire d’un Pygmalion en jupons. Mais j’ai l’impression d’être passé à côté de quelque chose. Peut-être tenterai-je un jour de le relire.

    J'aime

    • Je comprends que l’on puisse ne pas aimer. J’imagine que le roman peut être agaçant, parce qu’il est plein de contrastes notamment. Ou ce n’était peut-être simplement pas le moment… mais comme tu sembles avoir bien identifié les raisons, est-ce la peine de le relire ? C’est toujours la question entre ce que l’on aimerait relire (parce que l’on a aimé ou pas d’ailleurs), et tout ce qui s’offre à nous de nouveau : cruel manque de temps pour le lecteur…

      J'aime

  2. Pingback: Objectif pal de février ~ le bilan – Les lectures d'Antigone

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s