Rentrée littéraire : Les liens, Domenico Starnone.

Enfin un excellent roman de l’italien Domenico Starnone traduit en français ! Cet auteur prolifique, qui publie depuis la fin des années quatre-vingt, n’a vu que deux de ses romans précédents traduits en français, sous les titres « Rage de dents » et « Via Gemito ». Ce dernier a d’ailleurs obtenu le Prix Strega qui est le plus prestigieux prix littéraire en Italie. Quant au roman « Les liens » que je vous propose de découvrir aujourd’hui, il a été publié en Italie en 2014 où il a remporté un grand succès puis il a été adapté au théâtre en 2018.

« Les liens» est un court roman qui évoque la vie d’un couple napolitain qui s’est séparé dans les années soixante-dix, suite à l’infidélité d’Aldo, parti vivre à Rome avec une jeune femme. Quatre ans plus tard, le couple se reforme, comme si de rien n’était. Mais Vanda n’a jamais pardonné la trahison de son mari.

Le livre premier est constitué d’un petit recueil des lettres que Vanda a écrites à son mari pendant les quatre années de leur séparation.  Sur un ton ironique et amer, Vanda reproche à Aldo de l’avoir trompée, puis de les avoir abandonnées, elle et leurs deux enfants, Sandro et Anna. Pour eux, elle s’humilie en lui enjoignant de revenir. Dans une autre lettre, elle lui explique les changements que son départ a provoqués dans sa vie et dans celle de leurs enfants, ainsi que la souffrance qui en a découlé. Quatre ans après, Vanda accepte sa demande de revoir les enfants, qu’il a négligés jusqu’alors, tout en le priant de ne pas leur faire de mal, puisqu’ils ont retrouvé un certain équilibre. On comprendra plus tard que Vanda a fini par accepter le retour d’Aldo et la recomposition de la famille.

Le livre second opère un saut temporel et un changement de narrateur : on retrouve Aldo, soixante-quatorze ans, retraité, qui part en vacances à la mer avec Vanda. Tout semble normal jusqu’à leur retour, lorsque Vanda découvre la porte de l’appartement entrouverte : tout est sens-dessus-dessous et le chat a disparu. Après avoir porté plainte et recherché leur chat en vain, le couple s’installe dans l’appartement. Pendant que Vanda dort, Aldo met un peu d’ordre et, parmi les affaires éparpillées, il retrouve des photos, ainsi que les lettres que Vanda lui avait écrites quarante ans plus tôt : il plonge dans l’introspection et s’aperçoit que ces quatre années de séparation ont été les seules heureuses. Marié trop tôt, il a fait des choix trop rapides et conformistes.

Dans un troisième livre, Anna, la fille du couple, expose le point de vue des enfants. La fin s’avère glaçante. Elle nous enseigne qu’Aldo, bien que fautif, n’est pas le seul coupable dans cette histoire banale et pourtant extraordinaire. En acceptant son retour mais en lui refusant son pardon, Vanda a condamné le couple, ainsi que la famille toute entière. Elle finira d’ailleurs par le payer très cher…

« Les liens » est un roman percutant et bouleversant sur les liens familiaux, qui évoque à la fois la difficulté que l’on a à les nouer et l’impossibilité de s’en libérer. L’auteur explore toute une gamme de sentiments négatifs avec un très grand talent. L’ironie et le sarcasme sont partout, comme le nom du chat, Labes, diminutif de « la bestia » (la bête), mais qui en latin signifie « effondrement » !  Les deux protagonistes, Aldo et Vanda, m’ont paru condamnables tour à tour, chacun ayant sa responsabilité dans ce naufrage, mais il ne faut pas oublier de replacer la crise du couple dans le contexte italien des années soixante-dix, où l’on ne divorçait pas et où la femme qui ne travaillait pas ne pouvait subvenir à ses besoins.

J’ai beaucoup apprécié ce roman que j’ai d’abord lu en italien afin de découvrir l’écriture de Domenico Starnone, qui est fortement soupçonné de se cacher derrière le pseudonyme d’Elena Ferrante (lui et sa femme peut-être, Anita Raja, dans un éventuel duo à quatre mains). Une enquête littéraire poussée en Italie a en effet mis en exergue de nombreuses similitudes stylistiques. Et il y a bien de fortes ressemblances dans certains thèmes, des indices, des correspondances entre ce roman et l’oeuvre d’Elena Ferrante.

Quoi qu’il en soit, « Les liens » est un excellent roman que je vous conseille vivement de découvrir ! C’est mon premier coup de coeur de cette rentrée littéraire.

Les liens, Domenico Starnone, Fayard, Paris, août 2019, 180p.

 

3ème participation au challenge 1% de la rentré littéraire, participation au challenge Il viaggio.

3 réflexions sur “Rentrée littéraire : Les liens, Domenico Starnone.

  1. Je découvre ta chronique et cet auteur par la même occasion. Je lis actuellement un premier livre en italien, et en cherche d’autres. Je pense que celui-ci pourrait être le prochain, s’il est facilement achetable en numérique… Je n’étais pas du tout au courant du mystère « Elena Ferrante » mais tu as éveillé ma curiosité. Je pense que j’ai trouvé mes prochaines lectures italiennes. Merci beaucoup !

    J'aime

Répondre à Eve-Yeshé Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s