Je suis Pilgrim, Terry Hayes

 

Pilgrim est le nom de code d’un des meilleurs agents secrets des Etats-Unis. Malgré sa grande expérience et son expertise unique, Pilgrim est jeune. A l’aube de la trentaine, il aimerait changer de vie avant qu’il ne lui arrive quelque chose. Réfugié dans l’anonymat, il écrit un livre qui devient une référence en matière de criminologie et de médecine légale, pour aider ceux qui, comme lui, œuvrent à la défense du pays. Ce qu’il n’avait pas prévu, est que ce livre aiderait aussi de futurs criminels, et lui remettrait également le pied à l’étrier lorsque le pays se trouverait devant une menace inédite et terrifiante.

Et nous voilà partis, suite à un meurtre commis dans un petit hôtel de Manhattan sur une jeune femme impossible à identifier parce que plongée dans une baignoire d’acide, en Turquie à Bodrum, puis dans les montagnes de l’Afghanistan, sur les traces du Sarrasin, jeune saoudien traumatisé par l’exécution de son père, dans une course folle pour empêcher ce qui constituerait un véritable crime contre l’humanité.

Sans révéler de quoi il s’agit exactement, je ne peux cacher qu’il est question d’un virus modifié pour que le vaccin existant soit rendu inopérant. Pas l’idéal donc pour se changer les idées ! Et pourtant, c’est grâce à ce thriller -et au challenge Pavévasion de Brizes qui m’a donné l’idée de tirer ce roman de ma Pal- que je me suis remise à lire : « Je suis Pilgrim » est très efficace, addictif, avec des rebondissements, des retours en arrière et un personnage principal assez intéressant. Sans compter une jeune new-yorkaise auteur d’un double crime presque parfait, une flic turque antipathique, un garçon trisomique attendrissant, un hacker obèse qui rêve d’amour et d’enfants, un flic de la police criminelle qui cache son héroïsme…

Vous l’avez compris, « Je suis Pilgrim » a tout du film d’espionnage; l’auteur est d’ailleurs scénariste pour le cinéma. Rien de littéraire donc, et quelques invraisemblances mais après tout, James Bond aussi se tire tout seul de situations épouvantables ! Et c’est ainsi que les 900 pages s’écoulent à toute vitesse… Très divertissant !

 

Je suis Pilgrim, Terry Hayes, traduit de l’anglais (américain), par Sophie Bastide-Folz, Le livre de poche n°33697, 2015, 906 p.

 

Livre lu dans le cadre du challenge « Pavévasion » chez Brizes, du challenge « Objectif Pal » chez Antigone, et du challenge « Polars et thrillers » chez Sharon.

 

6 réflexions sur “Je suis Pilgrim, Terry Hayes

  1. Pingback: Objectif pal d’avril ~ le bilan – Les lectures d'Antigone

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s