Archives

Hubert, de Ben Gijsemans

Hubert

Pour le rendez-vous de la bande dessinée, et pour rester dans le thème que je me suis fixé cette année pour le mois belge, la peinture, j’ai choisi de vous parler de « Hubert », de Ben Gijsemans, un jeune auteur flamand très prometteur né à Lier en 1989 et qui a suivi des études à la School of Arts de Gand, puis à l’Institut supérieur Saint-Luc de Bruxelles.

Monsieur Hubert est un homme taciturne qui s’est installé à Bruxelles et s’y habitue difficilement. Introverti, il a du mal à établir des relations personnelles et il est très solitaire. Il passe donc ses week-ends à visiter les Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles, où il admire des œuvres d’art qui l’apaisent.

Nous le suivons dans sa contemplation au sein du musée qui représente pour lui un havre de paix au sein d’une ville qui lui paraît compliquée. Monsieur Hubert se rend également de temps en temps à Paris et notamment au Musée d’Orsay où il apprécie tout particulièrement l’Olympia de Manet.

Copiste à ses moments perdus, il reproduit des portraits de femme à partir de photographies d’œuvres sur son ordinateur. Au cours de ces séances, il jette de temps à autre un coup d’œil dans la cour de son immeuble, en direction de la fenêtre du dessous, où apparaît parfois une jolie jeune femme. Malheureusement, celle-ci croit être épiée et ferme définitivement les rideaux.

Un rendez-vous presque forcé avec une autre voisine lui ouvre les yeux et il décide de se lancer. Mais l’art reste pour lui sa seule passion …

 

Hubert planche 2

 

Hubert planche

 

Ben Gijsemans nous offre un roman graphique sensible à l’atmosphère triste et monotone, mais pourtant très prenant. Son personnage, Monsieur Hubert, est un homme sans âge, peu amène, qui heureusement a une passion artistique qui lui permet d’oublier sa condition. Avec très peu de mots, et des silences qui en disent long, beaucoup de lenteur, des vignettes apparemment semblables dans lesquelles le personnage bouge d’un rien, l’auteur évoque la vie solitaire d’un homme ordinaire qui a pourtant sa sensibilité, son amour des portraits féminins, et donc une vraie richesse intérieure : de quoi donner tort aux apparences !

 

 

Hubert, Ben Gijsemans, Dargaud, 2016, 88p.

 

Livre lu dans le cadre du mois belge d’Anne et Mina

Logo Khnopff Bocklin 40 ombre grise

Publicités

Les gardiens du Louvre, Jirô Taniguchi

gardiens du louvreJ’ai découvert « Les gardiens du Louvre » par hasard, et je n’ai pas regretté cet achat un peu atypique pour moi. En effet, je lis peu de BD, non pas parce que je ne les aime pas mais par manque de temps, et encore moins des mangas dont je ne connais absolument pas l’univers. Il est vrai que l’auteur des « gardiens du Louvre », d’après les quelques informations que j’ai glanées ici et là, ne semble pas représentatif des mangas japonais et serait plutôt influencé par la BD occidentale.

Quoi qu’il en soit, et même si la lecture de droite à gauche et en commençant par la fin du volume m’a un peu gênée au début, j’ai beaucoup aimé cet album que je recommande tout particulièrement aux lecteurs qui aiment l’art et la rêverie, et qu’une atmosphère onirique ne rebute pas.

Le héros est un jeune homme japonais  qui se trouve à Paris pour un court séjour qu’il a prévu de dédier à la visite des musées, et principalement du Louvre. Malheureusement, une mauvaise grippe le cloue au lit, brûlant de fièvre, et il se sent désemparé face à cette maladie qui lui arrive sur une terre étrangère dont il ne parle pas la langue.

Le lendemain, il va un peu mieux et décide de se rendre au Louvre. Une fois dans le musée, le malaise le reprend et l’emporte dans un univers fantasmagorique où il rencontre des formes qui ne sont autres que les gardiens du Louvre, les esprits des grandes œuvres du musée, qui peuplent un monde imaginaire…

L’album est une suite de promenades dans l’univers de quelques artistes, parmi lesquels Corot et Van Gogh, et dans le temps à la découverte de quelques épisodes de l’histoire du musée. Le scénario est mince, mais l’atmosphère entraîne le lecteur dans un rêve éveillé qui m’a beaucoup plu.

 

Les gardiens du Louvre, Jirô Taniguchi, Louvre éditions et Futuropolis, novembre 2014.

La biographie de Victor Hugo en BD

Victor HugoJe lis peu de BD, principalement par manque de temps et par méconnaissance de cet art. Mais l’une d’entre elles a retenu mon attention : c’est un magnifique album d’une centaine de planches que nous offre Bernard Swysen, auteur bruxellois de bandes dessinées : la somme de deux années de travail, sobrement intitulée Victor Hugo. L’album retrace la biographie du grand homme, en n’oubliant aucun des aspects de sa vie : écrivain avant tout, mais aussi homme politique, défenseur des droits de l’homme, père et grand-père attentif, mari attaché à son épouse, même s’il était volage et a vécu une double vie avec Juliette Drouet, et tant d’autres …

La BD de Swysen est donc très complète, et s’appuie sur un cadre historique qui retrace parfaitement les soubresauts qu’a connus le XVIIIème siècle français, entre le Ier Empire et la Restauration, les Trois Glorieuses de juillet 1830, la Révolution de 1848, les seconde et troisième Républiques, puis le Second Empire jusqu’à la Commune en 1870.

Un siècle agité politiquement et bien sûr, très riche en ce qui concerne la littérature, avec la naissance des Romantiques, la bataille contre le classicisme, les relations entre Hugo et Châteaubriand, Sainte-Beuve, Alexandre Dumas entre autres hommes de lettres.

Les périodes d’exil de Victor Hugo sont également mises en avant, notamment en Belgique, et l’on retrouve Hugo dans différents lieux de Bruxelles, ainsi qu’à Waterloo. À cette souffrance de l’éloignement, se sont ajoutés des drames, notamment la perte de plusieurs de ses enfants ou petits-enfants, la folie qui a touché certains de ses proches. Hugo n’a pourtant jamais baissé les bras, en homme passionné qu’il était.

L’album Victor Hugo de Bernard Swysen a reçu la caution du biographe hugolien, Jean-Marc Hovasse, directeur de recherche au CNRS, ainsi que de Robert Badinter et Jean d’Ormesson. Le texte, enrichi de nombreuses citations extraites des œuvres de Victor Hugo, fait aussi de cet album une BD de référence sur l’homme de lettre et l’intellectuel engagé.

Victor Hugo, Bernard Swysen, Joker éditions, Bruxelles, 2014, 97p.

 

Album lu dans le cadre du challenge Histoire, chez Lynnae et du challenge romantique, chez Claudia Lucia

Challengehistoireessai1

Challenge romantique