Archives

Maria Vittoria, Elise Valmorbida

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de remporter un jeu-concours organisé par les Editions Préludes, ce qui m’a permis de recevoir le roman d’Elise Valmorbida et de découvrir une auteure, un roman et une maison d’édition que je ne connaissais pas. Une lecture que j’ai beaucoup appréciée !

 

En 1923, dans les Dolomites, les bons partis sont peu nombreux et, tout en brodant leur futur trousseau, les jeunes filles rêvent à un homme qui les protège et leur permette de fonder une famille nombreuse. Alors, quand Maria Vittoria, déjà âgée de vingt-cinq ans, voit son père revenir à la maison en compagnie d’un homme grand, mince et fort, elle sait que le mariage aura lieu et que l’homme sera bon pour elle.

Achille n’est pourtant pas le meilleur des hommes, loin s’en faut, mais Maria Vittoria n’est pas irréprochable non plus et elle faillira d’ailleurs à sa promesse. Mais, malgré les difficultés et les privations dues à la guerre, c’est une belle et grande famille qu’ils construiront tous les deux.

Maria Vittoria écoute parfois ses instincts, mais elle sait aussi se souvenir des préceptes que lui ont enseignés ses parents. « Ne faire confiance à personne », c’est une devise qui lui servira de nombreuses fois lors des moments difficiles. Croyante, Maria Vittoria prie beaucoup ; elle parle même avec la Vierge Marie qui la guide et se fait la voix de sa conscience pour l’amener à assumer ses responsabilités et l’aider à trouver une paix intérieure.

Comme les femmes de son époque, Maria Vittoria vit sous la coupe de son mari, elle est soucieuse du « qu’en dira-t-on » et cherche toujours à faire bonne figure. L’auteure nous fait découvrir le quotidien si rude de ces femmes qui perdaient plusieurs enfants, étaient soumises à leur mari ainsi qu’au jugement de leur fils aîné qui d’ailleurs prenait la relève lorsque le mari était absent ou défaillant. Des comportements qu’elles s’empressaient de transmettre à leurs enfants, et notamment à leurs filles, sans les remettre en question, tout en rêvant pourtant au grand amour, à l’amour véritable, celui qu’elles ne connaîtraient jamais.

L’héroïne n’est donc pas parfaite. Son manque d’éducation la conduit à adopter des comportements erronés. Elle ne fait pas toujours les bons choix, mais c’est une femme courageuse qui ne baisse jamais les bras. Une héroïne humaine au sens premier du terme, et donc très crédible.

« Maria Vittoria » est une saga qui nous ouvre l’intimité d’une famille italienne de paysans devenus petits commerçants. Nous les suivons de 1923 jusqu’au début des années cinquante, vivant avec eux le fascisme de Mussolini, puis la guerre et la période trouble et difficile de la Libération en Italie du Nord. C’est un roman historique, assez réaliste, qui se lit avec plaisir et présente l’intérêt de retracer un aspect de l’histoire italienne qui est peu évoqué dans la littérature contemporaine. Sans dévoiler la fin du roman, qui marque un nouveau départ pour la famille de Maria, je dirai seulement qu’elle appelle une suite que j’espère rapide !

 

Maria Vittoria, Elise Valmorbida, traduit de l’anglais par Claire Desserrey, Editions Préludes, septembre 2018, 444 p.

 

Cinquième participation au challenge de la rentrée littéraire

 

Publicités

Le soleil des rebelles, Luca di Fulvio

 

 

« Jamais autant de sang innocent ne fut versé, sur cette langue de terre connue sous le nom de Raühnvahl, qu’en ce matin du 21 septembre de l’an de grâce 1407. » Et notamment celui du seigneur de ce petit royaume, le prince Marcus Ier de Saxe, assassiné devant son fils de neuf ans, comme toute la famille et les domestiques. Seul rescapé, l’enfant doit la vie à l’intervention d’une petite fille de son âge, Eloïsa, qui est la fille de la sage-femme Agnete.

Agnete recueille l’enfant, le renomme Mikael, et le cache dans une cave obscure pendant de nombreuses semaines, avant de mettre au point un stratagème pour le faire passer auprès des villageois pour un enfant acheté au vendeur Raphaël. Dans sa nouvelle famille, le jeune Mikael grandit comme un serf, apprend à manger avec les doigts et à dormir sur une paillasse, à travailler dur et à se battre. Il apprend aussi à devenir un homme, grâce aux enseignements de Raphaël.

« Une dernière chose, gamin, fit Raphaël de sa voix profonde. A partir de maintenant, tu as deux routes devant toi. Tu peux maudire le mauvais sort qui t’a enlevé tes parents, ton royaume, ta richesse, tout ce que tu avais… ou tu peux remercier la chance d’être vivant. » Il le regarda intensément. « Selon le point de vue que tu adopteras, tu deviendras un homme ou un autre, deux hommes complètement différents, avec deux vies différentes. »

Très vite, Mikaël croise l’odieux Ojsternig, qui a ordonné le massacre de sa famille, et subit ses humiliations. Dès lors, le garçon ne va plus suivre qu’un objectif : retrouver la liberté, la sienne et celle des serfs qui composent la petite seigneurie. Pour cela, il doit se venger d’Ojsternig et rétablir la justice qui prévalait lorsque son père dirigeait cette rude terre alpine.

Après « Le gang des rêves » et « Les enfants de Venise », Luca di Fulvio nous livre encore un formidable roman d’aventure au souffle épique. Exaltant les valeurs universelles que sont la justice, la liberté et l’amour, il nous emmène cette fois dans une féodalité toute germanique. Les personnages féminins, Agnete, Eloïsa et Emoke, sont très réussis et, comme dans les deux romans précédents, c’est sur eux principalement que repose le destin du héros. Une mention spéciale pour le personnage d’Agnete, une femme dure et déterminée que la vie n’a pas ménagée et qui cache une tendresse particulière pour ses semblables.

Quant à l’écriture de l’auteur, je la trouve particulièrement visuelle. A la lecture, je voyais les scènes de bataille de dérouler sous mes yeux. « Le soleil des rebelles » est un roman fait pour être adapté au cinéma.

Un premier pavé de l’été dévoré en un rien de temps !

Le soleil des rebelles, Luca di Fulvio, traduit de l’italien par Françoise Brun, Slatkine et cie, mars 2018, 637 p.

 

Cette lecture participe au challenge Destination Pal et au challenge Pavé de l’été.

Eclipses japonaises, Eric Faye

 

Dans le cadre de la sélection pour le Prix du Meilleur Roman points, je poursuis mes lectures avec le très beau roman d’Eric Faye, « Eclipses japonaises ».

 

« Les histoires comme celles-ci sont pareilles au Nil, elles n’ont pas un commencement. Elles en ont une myriade. Et toutes ces sources engendrent des rus qui se jettent, l’un après l’autre, dans le cours principal du récit -le grand fleuve ».

 

C’est ainsi qu’Eric Faye nous emmène dans les années soixante en Asie, au plus fort des tensions entre les deux Corées et le Japon. La grande histoire, celle des relations internationales exacerbées que connaissait cette zone du monde pendant la guerre froide, est aussi faite du tissage des destins de tant d’anonymes qui se sont vus dérober leur vie : dépossédés de leur libre arbitre, privés à tout jamais de leur famille. Ces « Eclipses japonaises », ce sont ces Japonais disparus, « évaporés », car enlevés sans qu’aucune trace ne permette jamais à leurs proches de comprendre ce qu’il s’est passé, ni de faire le deuil.

C’est le cas de Naoko, une jeune japonaise enlevée à l’âge de treize ans, propulsée dans l’univers glacial du totalitarisme nord-coréen et qui devra apprendre le coréen avant de se voir assigner la tâche d’enseigner un japonais parfait, verbal et non-verbal, jusqu’aux comptines enfantines, à des futurs espions de Corée du Nord.

Naoko croisera une autre japonaise, Setsuko, de quelques années plus âgée, enlevée en même temps que sa mère dont elle est sans nouvelles, à qui elle devra également enseigner le coréen. Et puis, il y a ce soldat américain, le caporal Selkirk, qui surveille la ligne d’armistice depuis un poste d’observation Sud-coréen, et dont l’angoisse grandit face aux rumeurs concernant l’envoi probable de sa compagnie au Vietnam.

Enfin, parce que les victimes sont aussi à l’intérieur, Sae-Jin, « Perle de l’univers », jeune nord-coréenne, étudiante brillante parlant un excellent japonais, est enrôlée pour servir son pays, en devenant agent secret et, au gré des missions qui lui seront imposées, rien moins que terroriste.

Les faits sont romancés mais historiques. Derrière une couverture et un titre énigmatique, Eric Faye nous propose une enquête sur les traces de ces oubliés de l’histoire dont on commence à parler depuis quelques années. Mais il s’agit bien d’un roman, qui allie à une belle écriture toute en retenue, l’expression d’une empathie envers ses personnages. L’auteur ne se contente pas de révéler les faits, il explore les sentiments qu’éprouvent ces « eclipsés » tout au long de leur vie, les difficultés qu’ils ont eu à s’habituer à la vie qui leur a été imposée, mais aussi celles qu’ils éprouveront, pour certains, à retrouver ou découvrir un jour leurs origines.

Une lecture passionnante qui donne envie d’en savoir plus sur cette période de l’histoire et cette partie du monde, mais aussi un roman émouvant, à ne pas manquer !

 

Eclipses japonaises, Eric Faye, Points seuil n°P4620, septembre 2017, 225 p.

Les enfants de Venise, Luca di Fulvio

Rome 1515. Shimon Baruch, un marchand juif, se fait agresser et voler une bourse remplie de pièces d’or, fruit d’une bonne affaire qu’il vient de conclure. Voulant se venger, il tue l’un de ses jeunes agresseurs, un attardé mental prénommé Ercole. Lui-même grièvement blessé à la gorge par Mercurio qui le laisse pour mort sur les pavés, Shimon Baruch se remet mais perd définitivement l’usage de la parole. Une fois la peur oubliée, sa volonté de vengeance est décuplée et il part à la recherche de Mercurio.  Ce dernier ne sait pas que Baruch a survécu et se croyant coupable d’un assassinat, il décide de s’enfuir.

Comme Mercurio, ses complices Zolfo et Benedetta ne voulaient pas donner la mort mais seulement voler pour manger. Livrés à eux-mêmes, n’ayant aucun endroit où aller, ils accompagnent Mercurio sur les routes du Nord en direction de Venise. En chemin, ils rencontrent par hasard Isacco, un escroc juif qui se fait passer pour un médecin, et sa fille Guidetta.

Le courant semble passer entre Mercurio et Giudetta, mais leurs routes se séparent peu avant Venise. Mercurio choisit en effet de ne pas abandonner Zolfo qui préfère suivre un moine fanatique prêchant la haine des juifs. Il faut dire que le jeune Zolfo a été traumatisé par la mort d’Ercole dont il rend responsable le marchand juif. Quelques temps plus tard, après avoir été recueilli par une veuve de Mestre qui deviendra sa mère d’adoption, Mercurio se rend à Venise, bien décidé à retrouver la belle Giudetta.

Le premier regard qu’ils échangent confirme ce que tous deux pressentaient : ils sont follement amoureux ! Peu importe, Isaaco n’entend pas donner sa fille à un petit voyou; il l’a amenée à Venise précisément pour qu’elle connaisse une autre vie que celle de l’escroc qu’il a toujours été lui-même. Et puis surtout, Mercurio est chrétien, tandis que Giudetta est juive… Pendant ce temps, Shimon Baruch, toujours assoiffé de vengeance, arrive à Venise et progresse dans ses recherches…

Venise au XVIème siècle, on s’y croirait ! Les remugles des murs rongés par l’humidité, l’eau croupie, la violence, le sang et la pauvreté qui plongent le plus grand nombre dans la déchéance, les manipulations du pouvoir qui décrète en 1516 l’enferment des juifs dans le Ghetto, de grands nobles qui ne sont que de mesquins personnages (mais pas tous, loin de là), les procès de l’Inquisition et leur lot d’injustices : Luca di Fulvio nous emmène dans un monde, le nôtre, où la vérité n’existe pas : elle est seulement celle que veulent et écrivent les puissants…

« Les enfants de Venise » est un formidable roman d’aventures, avec pour fil conducteur une histoire d’amour qui unit deux êtres épris de liberté. Mercurio est brillant : voleur d’une grande habileté, son imagination débordante et sa capacité à endosser tous les rôles l’amènent à adopter des déguisements plus vrais que nature. Giudetta est déterminée, courageuse, et n’hésite pas à braver les interdits quand elle sait que son combat est juste. Mercurio et Giudetta s’aimeront, s’épauleront, se sauveront.

Voilà donc une histoire romanesque comme on les aime, sur fond historique, avec une foule de personnages attachants qui ne livrent pas tout de suite leur vérité. Un roman qui se lit d’une traite et dont les 800 pages ne doivent pas vous effrayer !

Je remercie les éditions Slatkine et Cie de m’avoir fait découvrir ce roman et cet auteur.

 

Les enfants de Venise, Luca di Fulvio, traduit de l’italien par Françoise Brun, Editions Slatkine et Cie, avril 2017, 798 p.

 

Livre lu dans le cadre du mois italien chez Martine, et du challenge vénitien.

 

 

Le problème Spinoza, Irvin Yalom

le-probleme-spinozaJuifs émigrés du Portugal, les frères Spinoza n’ont hérité de la génération précédente, alors prospère dans le commerce de gros, que d’un petit magasin de détail à Amsterdam. Mais l’aîné, Bento Spinoza, ne s’en préoccupe guère; ni de la Torah et du Talmud d’ailleurs, qu’il a pourtant étudiés pendant de longues années, ce qui aurait pu l’amener à devenir le nouveau grand rabbin d’Amsterdam. En effet, Spinoza a beaucoup réfléchi, jusqu’à remettre en cause l’origine divine de la Torah ainsi que les nombreuses interprétations qui en sont faites par les rabbins, et jusqu’à réfuter l’existence d’un Dieu qui soit à l’image de l’homme. Une réflexion qui s’est affinée après la rencontre avec celui qui deviendra son maître pendant plusieurs années, Franciscus Van den Enden, professeur de latin et de lettres classiques.

Le problème Spinoza s’ouvre sur  l’ étrange visite de deux cousins qui, envoyés par le rabbin, sont venus chercher chez  Spinoza l’explication, voire l’étincelle qui aidera le plus jeune à recouvrer la foi. Or, Spinoza est certes un sage, mais il n’est pas le plus orthodoxe des juifs de la petite communauté d’Amsterdam, bien au contraire.

Dès le second chapitre, l’auteur nous emmène en Estonie en 1910, où nous faisons connaissance avec Alfred Rosenberg, jeune Allemand des Etats baltes, futur idéologue du parti nazi allemand, aux prises avec le principal de son lycée parce qu’il a harangué ses camarades de classe sur le thème de la pureté de la race allemande. Le jeune homme veut en effet préserver les aryens du mélange avec des races qu’il considère inférieures. Comme punition, Rosenberg se voit contraint de lire certains chapitres de l’autobiographie de Goethe et d’y relever tous les passages où le grand écrivain évoque Spinoza, le philosophe juif qu’il admirait. Goethe n’a pas été choisi par hasard par les professeurs de Rosenberg : ceux-ci savaient que le jeune garçon avait pour héros Goethe, qu’il considérait comme le représentant par excellence du génie allemand. Chez Rosenberg, le paradoxe sera toujours sous-jacent : comment est-il possible, lorsque l’on voue une haine infinie aux juifs, d’admirer un génie qui lui-même s’inspirait du philosophe juif Spinoza ?

C’est ce lien entre Spinoza et Rosenberg, et le fait que Rosenberg ait confisqué la bibliothèque de Spinoza en 1941, qui permet à Irvin Yalom de construire ce roman sous la forme de deux biographies entrecroisées, à trois siècles de distance. L’auteur nous plonge ainsi tout à la fois dans la vie de Spinoza, dans les Pays-Bas du XVII ème siècle, au sein de la communauté juive dont il sera d’ailleurs exclu en raison de ses opinions, et dans celle d’Alfred Rosenberg, qui devient journaliste à Munich en 1919 et que nous suivons pendant toute la montée du nazisme, aux côtés d’Hitler, jusqu’à la chute de celui-ci, puis au procès de Nuremberg.

L’originalité du roman vient aussi du fait que l’auteur explore la vie intérieure des deux personnages. Celle-ci est imaginaire, mais l’auteur l’a extrapolée, en essayant de rester le plus vraisemblable possible. Il faut dire qu’ Irvin Yalom, avant d’être écrivain,  est d’abord psychothérapeute. Rôle que rempliront les deux personnages qu’il a crées, Franco Benitez, juif fraichement arrivé du Portugal, qui trahira d’abord Spinoza, avant de devenir son ami et unique confident, et Friedrich Pfister, médecin psychanaliste, ami du frère de Rosenberg et qui gagnera pour quelques temps la confiance d’Alfred Rosenberg, avant d’échouer malheureusement.

Spinoza et Rosenberg sont deux personnalités profondément différentes : la première est tournée vers le bien, tandis que l’autre est l’incarnation du mal. Reste que les deux hommes ont en commun d’être allés jusqu’au bout de leurs idées. Pour le pire en ce qui concerne Rosenberg ! Leur évolution parallèle, mais en deux directions opposées, est aussi l’illustration de la théorie des causes naturelles qu’évoque Spinoza et selon laquelle, tout a une cause qui s’explique par la nature, ainsi que par l’expérience de chacun.

Le problème Spinoza constitue une très bonne introduction à la philosophie de Spinoza, ainsi qu’à la psychanalyse. Les thèmes évoqués sont d’une grande richesse : l’apport de la philosophie, le rôle négatif des passions, l’ataraxie que les épicuriens recherchaient, la religion et les superstitions, la psychanalyse et le dilemme qu’éprouve le thérapeute quand il se trouve confronté à quelqu’un comme Rosenberg. L’ouvrage est véritablement érudit, tout en étant facile à lire et particulièrement captivant.

Comme il le précise dans les notes annexées au livre, l’auteur a voulu écrire un roman d’idées, afin de rendre hommage à la pensée de Spinoza qui, écrit-il, « a ouvert la voie aux Lumières ». Il y parvient tout à fait, en ajoutant aux éléments biographiques connus sur les deux protagonistes, une bonne dose de fiction, notamment en ce qui concerne les réactions émotionnelles de ceux-ci. Irvin Yalom fait ainsi du problème Spinoza un livre que l’on dévore et que l’on regrette de voir se terminer. Il s’agit donc pour moi d’un vrai coup de cœur !

Coup de coeur !

 Le problème Spinoza, Irvin Yalom, Le livre de Poche, Paris, Janvier 2014, 552 p.

 

 

 

Belgravia, de Julian Fellowes

belgravia-julian-fellowesLe roman s’ouvre à Bruxelles en 1815 sur le grand bal donné par la duchesse de Richmonds. Il s’agit pour elle de réunir la haute société anglaise, et notamment les nombreux réservistes basés à Bruxelles pour protéger la ville face à une possible invasion de Napoléon Bonaparte. La famille de Richmonds s’était elle-même établie à Bruxelles pour montrer sa solidarité avec le duc de Wellington qui y avait installé son QG, mais aussi pour faire des économies, loin des tentations londoniennes. Les temps étaient en effet difficiles, mais pas assez cependant pour renoncer à ce genre de festivités !

Au début du bal, la duchesse est interloquée de voir qu’elle a invité, par l’entremise de son neveu, M. James Trenchard, principal fournisseur de Wellington, qui n’est pour elle qu’un simple « épicier ». Lord Edmund Bellasis, le neveu de la duchesse de Richmonds, n’avait en réalité d’yeux que pour la fille de Trenchard, la belle Sophia, à qui il avait fourni trois invitations, pour elle et ses parents.

Le bal se déroule sans autre déconvenue pour la duchesse, jusqu’au moment où l’on apprend que Napoléon approche dangereusement de Bruxelles. Wellington se prépare à partir pour arrêter les Français du côté de Waterloo, tout comme les nombreux officiers présents au bal, qui commencent à faire leurs adieux à leurs proches. M. et Mme Trenchard retrouvent leur fille Sophia pleurant à chaudes larmes dans les bras du jeune Edmund qui doit lui aussi participer à la bataille désormais inévitable.

Dès le deuxième chapitre, l’auteur nous emmène en 1941, à Londres. La famille Trenchard est devenue très riche et participe à certains « thés d’après-midi » de l’aristocratie. Elle est en effet reçue dans de « grandes maisons » mais n’est pas considérée comme leur égale. Au cours d’une de ces réceptions, Anne Trenchard  rencontre  la vieille duchesse Richmonds, organisatrice du bal de Bruxelles devenu légendaire, et lui apprend que sa fille Sophia est décédée peu de temps après le neveu de la duchesse Lord Edmund Bellasis, tué dans la bataille. La duchesse laisse échapper que sa famille était inquiète d’une possible relation entre Edmund et Sophia, alors impossible à envisager en raison des origines sociales différentes des amoureux. La mère de Lord Edmund, Lady Brockenhurst est présente également, et Anne Trenchard fait sa connaissance. Les deux mères auront bientôt beaucoup à se dire, notamment à propos de Charles Pope, le brillant fils d’un révérend de la campagne, monté à Londres pour faire fortune à la City.

Le bandeau de couverture de « Belgravia » nous rappelle que Julian Fellowes est l’auteur de « Downton Abbey » : de quoi attirer les fans de la série dont je fais partie. Mais en commençant « Belgravia », je pensais surtout retrouver les ingrédients du précédent roman de Julian Fellowes,  « Passé imparfait », appliqués à une autre période de l’histoire.

« Belgravia » tient sans doute davantage de « Downton Abbey » que de « Passé imparfait ». En effet, comme dans la série, l’auteur s’intéresse ici principalement à la vie privée des personnages et à l’exploration de leurs sentiments, même si dans « Belgravia », il est beaucoup moins question de la vie des domestiques que dans « Downton Abbey». Au contraire, dans « Belgravia », ce sont les relations difficiles entre une famille aristocrate et une famille de nouveaux riches qui a réussi dans le commerce, et les amours contrariées qui en découlent, qui sont au centre de l’intrigue.

Ce qui m’a manqué ici, c’est un peu de la profondeur qui existait dans  le roman « Passé imparfait » : on se souvient que Julian Fellowes s’interrogeait sur les souvenirs, leur subjectivité, sur le temps qui passe et la nostalgie qui l’accompagne. « Belgravia » est donc un roman agréable à lire, mais pas indispensable. L’auteur se cantonne-t-il à appliquer une recette qui marche à une autre période ? On a en tout cas l’impression qu’il a moins à dire sur le sujet et s’en tient à une simple histoire très romanesque. Je ne regrette donc pas d’avoir emprunté ce roman en bibliothèque et d’avoir préféré, pour mes achats, d’autres romans de la rentrée littéraire. Je vous conseille de faire de même, ou d’attendre sa sortie en poche…

Belgravia, Julian Fellowes, Traduit de l’anglais par Valérie Rosier et Carole Delporte, JC Lattès,  juin 2016, 476 p.

 

Livre lu dans le cadre du challenge 1% de la Rentrée littéraire 2016

challenge12016br

La part des flammes, Gaëlle Nohant

La part des flammesCréé en 1885 à Paris, le Bazar de la Charité était une vente de bienfaisance qui rassemblait de nombreuses femmes de l’aristocratie. Lors de sa troisième édition, en mai 1887, un dramatique incendie a embrasé le hangar qui hébergeait cette manifestation. L’ensemble est parti en fumée en un quart d’heure seulement, laissant sous les décombres près de cent-trente victimes, sans compter les survivants atrocement brûlés.

C’est cet épisode de l’histoire que Gaëlle Nohant a pris pour cadre de son roman historique « La part des flammes », dans lequel elle invente une intrigue romanesque autour de trois très belles figures féminines, la comtesse de Raezal, et la jeune Constance d’Estingel, personnages fictifs qui se rencontrent dans le roman par l’intermédiaire de Sophie-Charlotte, duchesse d’Alençon, qui n’était autre que la sœur cadette de l’impératrice Sissi.

La première, Violaine de Raezal, est veuve depuis peu et traîne une réputation sulfureuse, en partie due à ses beaux-enfants qui n’ont jamais accepté que leur père, Gabriel de Raezal, se remarie avec une jeune femme qu’ils soupçonnaient d’être intéressée par l’héritage. Cette défiance s’avère totalement infondée puisque Violaine aimait profondément son mari. Celui-ci, alors qu’il sentait la mort approcher, espérait d’ailleurs que sa jeune épouse trouverait sa place au sein de la haute société.

C’est donc en pensant aux dernières volontés de son mari que la comtesse de Raezal se présente à la marquise de Fontenilles, espérant obtenir une place au Bazar de la Charité où elle pourrait œuvrer pour les plus démunis. Mais les places sont très chères, le Bazar de la Charité étant devenu l’endroit où, à côté d’âmes sincères qui désirent faire le bien des plus pauvres, beaucoup en revanche se pressent dans le seul but d’être vues. C’est le cas de l’odieuse marquise de Fontenilles qui refuse avec arrogance ce privilège à Mme de Raezal, l’envoyant d’abord faire ses preuves auprès de la duchesse d’Alençon qui rend chaque jour visite aux tuberculeux dans leur taudis.

C’est avec humilité que la comtesse de Raezal accompagne la duchesse d’Alençon dans ses visites caritatives. Cette dernière, appréciant Violaine à sa juste valeur, la prend sous son aile et l’accueille dans le stand qu’elle tient au sein du Bazar de la Charité. Violaine y fait la connaissance de la jeune et jolie Constance d’Estingel qui vient de rompre ses fiançailles avec le beau journaliste Lazlo de Nérac, un jeune aristocrate profondément honnête qui ne veut devoir sa réussite qu’à la qualité de sa plume et non aux privilèges de sa naissance. Malheureusement, dès le jour d’ouverture du bazar, l’incendie se déclare. La panique s’empare de tous. Violaine, Constance et la duchesse d’Alençon se perdent de vue dans la cohue qui s’ensuit. Mais leur destin se trouve désormais lié par ce tragique événement…

Gaëlle Nohant signe avec « La part des flammes » une histoire romanesque à souhait qui nous plonge dans l’atmosphère mondaine parisienne de la Belle Epoque. Outre le contexte historique, nous découvrons la vie sociale des femmes issues de la haute bourgeoisie et de l’aristocratie de cette fin du XIXème siècle. Les détails sont d’une grande précision, il y a du suspense, des moments bouleversants et des descriptions poignantes, mais aussi de l’amour, de l’amitié et de la solidarité. Un grand roman historique donc, très bien documenté, et servi par une très belle écriture.

Un de mes coups de cœur 2016 !

 

La part des flammes, Gaëlle Nohant, Le livre de poche, mars 2016, 545 p.

 

Livre lu dans le cadre du challenge « Où sont les femmes ?  » chez George.

dames de lettres