Archives de tags | écrivain-voyageur

Une très légère oscillation, Sylvain Tesson

 

Après avoir rassemblé et relu ses carnets, Sylvain Tesson a publié son journal intime concernant les années 2014 à 2017.  Moins universel que le recueil de textes que l’on avait découvert dans « Géographie de l’instant », ce journal aborde néanmoins de nombreux sujets de la vie quotidienne, qu’il s’agisse de politique, de philosophie, de géographie, de sujets de société, bref, d’observations très variées sur notre monde et ses défauts…

Pêle-mêle, Sylvain Tesson fustige la liturgie moderne des photos à tout-va et s’inquiète de l’avenir des récits de voyage. Il dénonce l’émotion permanente, à défaut de réflexion, qui nous est servie par les médias. Il nous invite, comme Karen Blixen, à nous inventer une devise en trois termes. Il nous rappelle le sort des chrétiens d’Orient, des Yazédis oubliés et le combat des Kurdes contre l’Islam radical. Il pointe le ridicule de certaines théories à la mode : celle du genre : et pourquoi pas celle du nombre ?

Marqué par son accident, Sylvain Tesson nous livre aussi sa philosophie face à la maladie ou l’accident, et la nécessité de « mépriser la souffrance, la considérer avec désinvolture, si l’on veut guérir ». Il se moque également de « l’art oratoire » moderne des euphémismes et l’applique avec humour à de grands épisodes de l’histoire. Il annonce la fin du monde rural : faite à l’été 2015, son analyse des problèmes de la ruralité en France, témoigne de sa sagacité.

Que dire de plus que ce que j’ai déjà souligné lors de mes lectures des ouvrages de Sylvain Tesson ? Je ne suis jamais déçue, j’aime à y retrouver son érudition et sa perspicacité nourrie de réflexion sur le monde et ses habitants, son style vif et sans détours, ainsi que son humour, parfois teinté de nostalgie ou de cynisme. Tesson est un idéaliste qui n’en peut plus de constater les imperfections du monde et la bêtise des hommes. L’écriture est pour lui une « bouée de sauvetage ». Ses textes sont pour nous un grand plaisir, une consolation et, comme « Géographie de l’instant », « Une très légère oscillation » est un recueil auquel se référer régulièrement.

 

Une très légère oscillation, Sylvain Tesson, Journal 2014-2017, Pocket, Paris, août 2018, 216 p.

 

Participation au Challenge objectif Pal chez Antigone.

 

Blogoclub : le rendez-vous du 1er décembre

Il y a ceux qui parcourent le monde en stop, ceux qui arpentent le Grand Nord, ceux qui marchent encore et toujours jusqu’à traverser des continents entiers, ceux qui préfèrent le vélo, ceux qui bourlinguent autour du monde et ceux qui se contentent de cheminer le long des sentiers français… et puis il y a ceux qui privilégient les rencontres, ceux qui s’intéressent aux animaux, ceux qui n’aiment que la neige et le froid …

Il y a ceux qui nous parlent du GR20, de l’Appalachian Trail, du chemin de Saint Jacques, de la route de la soie, du lac Baïkal, de l’Alaska… je pourrais continuer très longtemps, tant est riche la palette de tous ces aventuriers qui ont en commun l’écriture et les livres dont ils nous enchantent parce qu’ils nous emmènent sur leurs traces.

Vous l’avez deviné, le thème du prochain rendez-vous du Blogoclub sera les écrivains-voyageurs, pour prolonger les vacances jusqu’au début de l’hiver. Il y en a pour tous les goûts, et nous vous proposons, Amandine et moi, de nous envoyer vos suggestions de lecture. Nous ferons une liste des livres qui reviennent le plus souvent et vous n’aurez plus qu’à voter.

Nous attendons vos suggestions avec impatience ! Je rappelle que pour participer, il faut vous inscrire au Blogoclub via l’adresse mail ci-dessous. Si vous êtes déjà inscrit (e), vous venez de recevoir un mail et vous pouvez donc nous adresser vos suggestions par retour de mail.

A bientôt,

Amandine et Florence.

 

Si vous êtes inscrit (e) au Blogoclub, vous recevrez cette info par mail. Fonctionnement du Blogoclub, voir ici.

L’adresse mail du Blogoclub : lecturecommune@yahoo.fr