Archives de tags | Espagne

Origine, Dan Brown

La recette de Dan Brown tient apparemment à peu de choses : un secret sur le point d’être révélé, des personnes prêtes à tout pour empêcher cette divulgation, un peu d’histoire, d’art, de philosophie et de sciences, le tout parfumé d’un bouquet d’ésotérisme, de forces occultes ou, en l’occurrence, de religion. Ajoutez à cela une course-poursuite-jeu de piste en compagnie d’une jeune femme, quelques voyages rapides et une fin à l’américaine où tout est bien qui finit bien !

Evidemment, il faut que la sauce prenne et pour cela, une bonne dose de talent de conteur est nécessaire : Dan Brown n’en manque pas, dans « Origine » comme dans les précédents opus, même si l’on commence à connaître les procédés de l’auteur et à s’en lasser… L’avantage de ce genre de thriller est qu’il suffit de se laisser porter ; c’est parfait si c’est ce que l’on recherche et c’était précisément le cas le week-end dernier, qui était particulièrement hivernal. Les aventures du professeur Langdon m’ont permis de me reposer en m’assignant au canapé pour plusieurs heures !

Cette fois, c’est à Bilbao que l’on retrouve ce cher professeur Langdon, invité par l’un de ses anciens étudiants qui a brillamment réussi en tant que futurologue (?!) : Edmond Kirsch est sur le point de révéler à des invités triés sur le volet, mais aussi en direct via les réseaux sociaux, la découverte scientifique révolutionnaire qu’il a faite en menant des recherches sur les deux grandes questions existentialistes encore sans réponse : d’où venons-nous ? Où allons-nous ? Le problème est que cette découverte risque de bouleverser les adeptes des religions. Edmond Kirsch avait d’ailleurs pris soin de rencontrer trois représentants des grandes religions afin, disait-il, de connaître et évaluer leur réaction. Ils ne sont donc que quatre au monde à être au courant…

La cérémonie est réglée comme du papier à musique car Edmond ne laisse jamais rien au hasard. Ainsi, les trois religieux pensent que le secret ne sera divulgué que trois semaines plus tard. Qui donc pourrait empêcher la révélation au monde ? C’est après plus de cinq cents pages que vous le saurez, après avoir visité le musée Guggenheim de Bilbao, la Sagrada Familia et différents quartiers de Barcelone, et être passé par le Palais Royal de Madrid et l’Escorial, entre autres.

Les aventures de Robert Langdon amènent finalement le lecteur à entrevoir une découverte scientifique qui n’a rien de « révolutionnaire » à mon avis : je vous conseille donc de ne pas vous attendre à quelque chose d’exceptionnel. En revanche, la lecture devient enrichissante si l’on mène quelques recherches, ne serait-ce qu’en s’intéressant aux lieux visités par le tandem Robert Langdon-Ambra Vidal et par quelques personnages secondaires, ou aux théories scientifiques évoquées, ainsi qu’à l’église palmarienne, qui existe vraiment et qui possède en effet son propre pape.

Vous pouvez d’ailleurs consulter le site « Guide Origine », qui se veut le guide illustré du dernier livre de Dan Brown, et a été crée par deux fans de l’auteur. Photos des lieux, d’œuvres d’art, morceaux de musique cités… de quoi prolonger intelligemment le divertissement !

Origine, Dan Brown, traduit de l’anglais par Dominique Defert et Carole Delporte, JC Lattès, Paris, octobre 2017, 566 p.  

 

Lu dans le cadre du Challenge Polars et thrillers chez Sharon et du Challenge 1% de la rentrée littéraire (14 ème participation).

 

 

 

Publicités

« L’échange des princesses » en collection de poche

Aux nouveautés de la rentrée littéraire, s’ajoutent en septembre de nombreuses parutions en poche des succès de l’automne dernier. Parmi ceux-ci, à ne pas rater,  L’échange des princesses, de Chantal Thomas :

L'échange des princesses

En 1721, Philippe d’Orléans, qui est alors régent de France, se trouve confronté à deux défis : il lui faut contenir l’Espagne qui a renoncé depuis peu au trône de France mais recherche toujours à étendre son influence à l’étranger. Et afin de prolonger sa régence, il doit retarder le plus possible le moment où le roi Louis XV, qui est âgé de onze ans, pourra se marier et avoir un héritier. Le régent espère ainsi que Louis XV, de santé fragile, mourra avant d’avoir un fils, et que la couronne lui reviendra.

Philippe d’Orléans conçoit alors l’idée d’un double mariage entre les familles de France et d’Espagne : il suggère alors à Philippe V, roi d’Espagne, de donner sa jeune infante, Anna Maria Victoria de Bourbon, à marier à Louis XV. Celle-ci n’a que quatre ans et est donc bien loin de pouvoir enfanter. En échange, le régent donnera sa fille, Louise Elisabeth de Montpensier, au Prince des Asturies, héritier de la couronne d’Espagne, et pourra ainsi exercer un certain contrôle sur la politique extérieure espagnole.

La Cour d’Espagne accepte le marché avec empressement et Philippe d’Orléans voit arriver la fin de ses tourments. Provisoirement seulement car, si les deux princesses sont échangées sans encombre, sur une petite ile du fleuve qui sépare les deux pays, la suite ne se déroulera pas aussi facilement que prévu. Je ne vous en dis pas davantage afin de préserver la suite de l’histoire.

L’échange des princesses retrace un épisode particulier de ce qui fondait l’essentiel des relations internationales de cette époque, la politique des mariages. La plupart du temps malheureux, ceux-ci étaient d’une importance capitale sur le plan diplomatique et l’amour était toujours à l’arrière-plan, sauf lorsque les goûts et les impératifs politiques concordaient, par le plus grand des hasards.

Le roman de Chantal Thomas constitue une lecture intéressante, qui explique par la petite histoire quatre années de relations entre deux des plus grands pays d’Europe de l’époque. Il est bien écrit, d’un style travaillé qui correspond bien au sujet. Néanmoins, quelque chose d’indéfinissable m’a empêché de plonger totalement dans l’histoire. Il m’a semblé que l’auteur hésitait parfois entre le récit historique très bien documenté (certaines des lettres des principaux protagonistes sont inédites), et un roman faisant la part belle au ressenti des personnages. Comme si les deux ingrédients, portant bien présents, ne se mariaient pas totalement. Cette petite restriction n’enlève pas son intérêt au livre, qui reste un très bon roman historique.

L’échange des princesses, Chantal Thomas, collection Grands romans, Editions Points, septembre 2014, 336 p.

Livre lu dans le cadre du challenge Histoire

 

Challengehistoireessai1