Archives de tags | Florence

Florence en VO, Annick Farina

De « l’afa », la chaleur humide qui caractérise Florence en été, aux « viola » de la Fiorentina, l’équipe de foot de la ville, c’est à partir d’une quarantaine de mots-clés qu’Annick Farina nous propose de découvrir la belle cité toscane et sa culture. L’auteure est professeure de langue et traduction françaises à l’Université de Florence, ce qui se ressent dans le choix des entrées de ce petit dictionnaire qui fait la part belle au lexique : on apprendra ainsi, anecdote à l’appui, que le terme « Inglesi » qui désigne les Anglais en italien a pu aussi faire référence aux étrangers en général, voire aux non-catholiques s’agissant du « Cimitero degli Inglesi » (cimetière des Anglais).

Des particularités historiques sont également mises en avant, comme lorsque Florence fut à la tête d’un Grand-Duché ou lorsqu’elle devint capitale de l’Italie peu après l’unification du pays en 1860. En filigranes, c’est donc toute l’histoire de l’Italie qui se dessine : l’apparition du « ghetto », « le mot et la pratique » à Venise, les conflits entre villes rivales qui persistent, comme entre Florence, Sienne et Pise, ou même le « Calcio Storico », né à Florence et ancêtre violent du football actuel.

J’ai aussi découvert avec plaisir le sens de la « métaphore meunière » et le folklore pittoresque de l’Academia della Crusca, laquelle servit de modèle à l’Académie française et dont les italianisants consultent aujourd’hui le site internet pour trouver des références linguistiques et culturelles.

Chacune des entrées est complétée par une référence littéraire à des textes aussi divers que « La science en cuisine et l’art de bien manger » de Pellegrino Artusi, « Morte a Firenze/ Mort à Florence », roman policier de Marco Vicchi qui se déroule dans une Florence dévastée par la grande inondation de 1966 (« l’alluvione ») ou « Cronache dei poveri amanti /Chroniques des pauvres amants » de Vasco Pratolini. On croise aussi des auteurs incontournables tels que Machiavel, Stendhal, Michel-Ange, Bocacce ou même John Keats, car si les extraits proposés sont souvent italiens, ils peuvent également être anglais, portugais, russes, danois… de quoi nous montrer l’universalité de l’intérêt pour la ville de Florence et nous donner de nombreuses idées de lecture.

Florence en VO est un guide thématique pour les amateurs de tourisme citadin mais pas seulement. Il est écrit pour celui qui s’intéresse à Florence, à la Toscane ou plus généralement à l’Italie, à son histoire et sa culture et qui dégustera ce guide petit à petit, une entrée à la fois, même chez lui, loin de ce berceau de la Renaissance, du Ponte Vecchio et des fontaines de Boboli.

 

Florence en VO, Annick Farina, Editions Atlante, 2019, 187 p.

 

Je remercie Babelio et les éditions Atlante de m’avoir permis de découvrir ce guide passionnant qui fait d’ailleurs partie d’une série : les villes en VO.

 

 

 

 

Publicités

Une sale affaire, de Marco Vicchi

une-sale-affaire-marco-vichiAprès avoir découvert il y a quelques mois le commissaire Bordelli dans le roman éponyme de Marco Vichi, j’ai craqué cet été pour le second tome en italien, afin de voir si l’écriture de l’auteur était abordable en VO. C’est tout à fait le cas et j’ai beaucoup apprécié ce second tome qui cette fois développe deux enquêtes que Bordelli mène parallèlement. On se souviendra que le premier volume faisait la part belle aux personnages de sorte que l’enquête était presque secondaire, ce qui n’est plus le cas dans « Une sale affaire ».

Nous sommes à Florence en avril 1964. Le commissaire Bordelli reçoit la visite de Casimiro, un nain qu’il connaît depuis une vingtaine d’années. Celui-ci raconte avoir failli trébucher sur un cadavre alors qu’il se promenait de nuit dans un champ à la lisière de la ville. Quand Bordelli et Casimiro arrivent sur les lieux, il n’y a plus trace du corps. Seule une bouteille de cognac traîne par terre, ce qui amène Bordelli à mettre en doute les dires du nain. Au même moment, un doberman déchaîné fond sur eux et Bordelli a tout juste le temps de sortir son Beretta et de tirer. L’animal tombe raide mort et Casimiro en est quitte pour une grosse frayeur.

Alors qu’ils rejoignent la voiture de Bordelli, ce dernier décide de retourner  inspecter les lieux. Le cadavre du chien n’est déjà plus là et Bordelli entend des bruits qui semblent venir du jardin de la villa voisine. La maison appartient à un certain Baron Von Hauser, un Allemand qui ne vient que de temps en temps. Une gouvernante âgée et revêche veille sur les lieux en son absence. Le commissaire Bordelli n’apprend rien de cette visite et il s’apprête à abandonner l’affaire lorsque Casimiro est découvert assassiné. Très affecté par cette nouvelle, Bordelli décide de mettre les bouchées doubles.

C’est alors qu’une nouvelle affaire vient secouer la ville : le corps d’une petite fille vient d’être retrouvé dans un parc : elle a été étranglée et porte une vilaine morsure sur le ventre. Une seconde victime laisse craindre le pire et Bordelli enrage de ne pas avancer dans son enquête. Il faut à tout prix éviter que la série noire se poursuive… Il n’oublie pas pour autant le meurtre de Casimiro, mais là également, l’enquête piétine.

Cette deuxième aventure de Bordelli comporte, comme la première, de nombreuses références à la seconde guerre mondiale qui a beaucoup marqué le principal protagoniste, ainsi que tous ceux qui l’entourent. Des retrouvailles avec le Docteur Levi, qui appartient à une organisation secrète dont le but est de retrouver d’anciens criminels de guerre nazis, sont l’occasion pour Bordelli d’évoquer cet aspect de l’après-guerre.

Côté sentiments, le commissaire Bordelli n’est pas en reste : s’il n’abandonne pas sa complice, la douce et réconfortante Rosa, il n’en fait pas moins connaissance d’une jeune femme de vingt-cinq ans qui lui rend, pour un temps seulement, une seconde jeunesse !  Le jeune collègue du commissaire tombe quant à lui amoureux de la belle Sonia : un sarde et une sicilienne, voilà qui laisse augurer le pire, selon Bordelli !

« Une sale affaire » confirme le talent de Marco Vichi. L’édition italienne de poche comporte en annexe les photos des lieux fréquentés par Bordelli, complétés par des didascalies de l’auteur. Le troisième volume des enquêtes de Bordelli, publié en  en Italie sous le titre « Il nuovo venuto » (Le nouveau venu) ne devrait pas tarder à sortir en traduction française. Une série à suivre !

Une sale affaire, Marco Vichi, traduit de l’italien par Nathalie Bauer, éditions Philippe Rey, mars 2016, 288 p.

Una brutta faccenda, Marco Vichi, TEA due, Milano, 2014, 261 p.

 

Livre lu dans le cadre du mois italien chez Eimelle, du challenge polars et thrillers chez Sharon, du challenge leggere in italiano ici.

le mois italienlogopolarssharon1logo-challenge-in-italia1