Archives de tags | IIème guerre mondiale

Avant que les ombres s’effacent, de Louis-Philippe Dalembert, sélection Prix meilleur roman Points.

 

Ruben Schwarzberg est né en Pologne, dans une petite ville placée sous administration russe. Il fait partie de l’importante communauté juive de la ville. L’enfant n’a que cinq ans lorsque sa famille décide de franchir la frontière et de s’établir en Allemagne, suite à des brimades de plus en plus fréquentes imposées aux juifs. Ruben trouve rapidement ses repères à Berlin et y entame des études de médecine.

En 1933, le « petit caporal » accède au pouvoir. Quand Ruben s’aperçoit de l’hostilité qui se développe envers les juifs, la situation est déjà inquiétante. C’est la nuit de cristal en 1938 qui pousse la famille à partir une nouvelle fois : toute la tribu Schwarzberg, à l’exception de Ruben et de son oncle Joe, finit par s’exiler, après quelques tergiversations sur l’endroit où aller se réfugier.

A partir de là, l’on suit les tribulations du jeune médecin, en Allemagne d’abord où il est emprisonné à Buchenwald, puis à Paris où il est accueilli par la diaspora haïtienne et enfin en Haïti où il s‘installe définitivement à la faveur d’un décrêt qui accorde alors la naturalisation immédiate à tous les juifs qui le souhaitent.

L’auteur Louis-Philippe Dalembert, originaire d’Haïti, attire ainsi notre attention sur la politique d’accueil qu’a pratiquée la petite république à l’égard des juifs pendant la seconde guerre mondiale. Haïti qui, en 1941, n’avait pas hésité à déclarer la guerre au III ème Reich et à son allié, le Royaume d’Italie !

Le roman se déroule comme une saga familiale qui s’achève en 2010, lorsque le médecin très âgé reçoit sa petite nièce venue en tant que bénévole aider le pays à se remettre du terrible tremblement de terre.  La rencontre est l’occasion pour Ruben de raconter sa longue histoire, ses déménagements successifs et ses enracinements nouveaux, grâce à sa capacité d’intégration et à son ouverture d’esprit -il apprend en effet le créole très rapidement, accepte de se plier à certains rites vaudous pour ne pas froisser ceux qui l’accueillent-, grâce surtout à sa détermination et enfin, à quelque chose de peu rationnel, de l’ordre de l’émotion ou du divin :

« L’intime conviction de se retrouver enfin à la maison, après un long temps d’errance et de péripéties.  La découverte du pays réel lui apporta l’impression que cette terre entrait dans la composition de sa chair, qu’il n’avait vécu jusque là que pour la rencontrer ».

« Avant que les ombres s’effacent » est un roman très intéressant, bien écrit, auquel il a manqué un petit quelque chose, peut-être un peu de naturel, pour que je le retienne parmi mes favoris de cette sélection pour le Prix du Meilleur roman Points. Il reste cependant reste un roman à découvrir, si le sujet vous intéresse.

Avant que les ombres s’effacent, Louis-Philippe Dalembert, Points n°P4770, avril 2018, 283 p.

 

Sélection du Prix du Meilleur roman Points

Publicités

Un certain M.Piekielny, François-Henri Désérable

Si comme moi, vous avez adoré « La promesse de l’aube » de Romain Gary, vous vous plongerez avec délice dans l’enquête passionnante que nous livre François-Henri Désérable sur « Un certain M. Piekielny ». Ce nom ne vous dit sans doute rien, à moins que vous n’ayez une excellente mémoire et que vous vous souveniez du vieux voisin à qui Romain Gary, qui n’était alors que Roman Kacew, avait fait une promesse : parler de lui aux grands de ce monde, lorsqu’il les rencontrerait plus tard. Parce que ce brave M. Piekielny, petit homme gris au museau de souris que rien ne semble distinguer de la masse de ses contemporains, était le seul à croire, -ou du moins à faire semblant de croire- que les vœux de Mina, la mère de Roman, se réaliseraient un jour : l’enfant allait devenir un grand homme, un écrivain, un diplomate, un Français surtout, et il allait donc forcément fréquenter du beau monde…

Fidèle à sa promesse, Romain Gary allait tenir parole, à l’ONU, à l’Elysée, devant la Reine d’Angleterre et tant d’autres encore ; c’est ce qu’il raconte dans « La promesse de l’aube » qui, on le sait, est une autobiographie romancée, voire un roman autobiographique, le tout étant savoir quelle est la dose de romance dans l’histoire… !  Seule certitude, Romain Gary aimait travestir la réalité, pour ne pas dire mentir, et puisque c’est le propre de l’écrivain, on ne peut pas lui en vouloir.

Alors, Romain Gary a-t-il vraiment fait cette promesse à M.Piekielny ? L’a-t-il accomplie ? Monsieur Piekielny a-t-il seulement existé ?  C’est à toutes ces questions que François-Henri Désérable essaie de répondre, en se lançant sur les traces de son écrivain préféré (là c’est moi qui interprète, il ne me semble pas qu’il le dise aussi clairement, mais je ne suis sans doute pas très loin de la vérité en l’affirmant…).

Toujours est-il que l’auteur nous emmène à Wilno -l’ancienne Vilnius-, au n°16 de la rue Grande-Pohulanka, à la recherche de M. Piekielny. Il se lance dans une enquête approfondie et tente de démêler le vrai du faux, le probable du possible… Des années plus tard, on retrouve Romain Gary, à Paris, sur le plateau de l’émission « Apostrophes », tremblant de peur que son imposture ne soit révélée. Il a menti en créant Emile Ajar, et F.H Désérable a compris les leçons du maître…

Et pourtant « Un certain M.Piekielny » n’est pas un récit, ni un documentaire ; c’est bien un roman. Jouant sur ses points communs avec le grand homme, comme le fait d’avoir une mère qui a tendance à décider pour lui (toutes proportions gardées), François-Henri Désérable brode à partir de quelques mots, de quelques phrases, d’une seule scène du chapitre VII de « La Promesse de l’aube », et au passage, il nous parle de lui aussi, de son amour pour la littérature, du rôle qu’elle joue dans la vie des hommes. Le tout avec passion et humour, inventivité et inspiration.

Que M.Piekielny ait ou non existé, vous le découvrirez (peut-être ?) en lisant ce roman, mais cela a au fond peu d’importance. Nous serons certes un peu déçus si nous apprenons que le visage désormais familier de l’homme gris au museau de souris n’a pas existé. Nous serons également soulagés car, comme le souligne l’auteur, si M.Piekielny n’a pas existé, au moins il n’a pas pris cette balle allemande dans la tête… mais grâce à Romain Gary, on aura parlé de lui, cet inconnu parmi les inconnus, morts sous les balles allemandes et dans les chambres à gaz. Et avoir tenu cette promesse, c’est déjà tellement !

Coup de cœur 2017 !

 

Un certain M. Piekielny, François-Henri Désérable, Gallimard, Paris, juin 2017, 259 p.

 

11 ème participation au challenge 1% de la rentrée littéraire

 

Hier ou jamais, Elisabeth Herrmann

hier-ou-jamais-elisabeth-herrmannElisabeth Herrmann est une auteure allemande de polars qui rencontre beaucoup de succès en Allemagne et à l’étranger. Seuls ses romans les plus récents sont traduits en français et les Editions Slatkine nous proposent aujourd’hui de découvrir «Hier ou jamais», publié en 2005 en Allemagne et qui vient d’être traduit en français pour la première fois.

«Hier ou jamais» est le premier volume d’une série qui en comporte cinq et qui met en scène les enquêtes d’un jeune avocat, Joachim Vernau.  Celui-ci travaille pour le Cabinet Zernikow où il est encore en période d’essai avant de, peut-être, devenir associé. Joachim Vernau est également « à l’essai » dans la famille von Zernikow, puisqu’il habite dans la villa de Utz von Zernikow, et vit avec sa fille, Sigrun, future sénatrice en campagne électorale. Il y a également la grand-mère, Irene von Zernikow, une nonagénaire indigne au caractère plus que bien trempé !

Jusqu’ici, le suspense pour Joachim concerne surtout ses relations avec Sigrun. Happée par sa campagne électorale, celle-ci en oublie son conjoint qui s’interroge sur leur avenir commun. Mais l’ouverture d’un testament va bouleverser la vie de la famille et du cabinet; autant que l’intrusion mystérieuse dans le jardin de la villa d’une vieille femme russe, fait d’abord jugé anodin mais qui prendra toute son ampleur lorsque celle-ci sera retrouvée morte.

Le titre allemand, «Das Kindermädchen», que l’on peut traduire par « la nounou/la nourrice », fait référence à la question des travailleuses forcées pendant la seconde guerre mondiale. Comme l’explique l’auteure dans sa postface, « de très jeunes filles, déportées vers l’Allemagne nazie depuis des régions occupées, avaient gardé et soigné avec affection des enfants allemands ». Beaucoup de ces nounous, qui avaient été de véritables esclaves en Allemagne pendant la guerre, attendaient encore une indemnisation à l’aube des années 2000. Emue par cette situation, l’auteure a choisi de l’évoquer dans son premier polar.

C’est cet aspect de l’histoire allemande qui m’a le plus intéressée dans ce roman policier, comme le contexte historique ainsi que le regard allemand posé sur la question. J’ai également apprécié le personnage de Joachim Vernau, jeune avocat promis à un bel avenir, mais soucieux d’honnêteté, notamment dans ses sentiments. Aidé par Marie-Luise, une avocate un peu sèche mais au cœur tendre, et par Kevin, un étudiant stagiaire de prime abord très paresseux, mais qui révèle tout son talent lorsque l’occasion lui en est donnée et qui s’illustrera certainement dans les volumes suivants.

Je remercie les éditions Slatkine de m’avoir fait découvrir cette auteure que je ne manquerai pas de suivre à l’avenir.

Hier ou jamais, Elisabeth Herrmann, traduit de l’allemand par Céline Maurice, Slatkine et Cie, octobre 2016, 509 p.

 

Livre lu dans le cadre du challenge Polars et thrillers chez Sharon et du challenge femmes de lettres chez George.logopolarssharon1dames de lettres

Le bout du monde, Edith Reffet

le bout du monde edith reffetVoici un roman qui ne figurait pas dans ma liste de lectures pour les vacances, mais qui représente une belle découverte faite en juillet dans une petite librairie de montagne : « Le Bout du Monde, nos plus belles années », éditée par une maison d’édition varoise « Parole Editions ». Ce roman d’Edith Reffet (1923-2008) a été publié à titre posthume par sa fille en 2008. Edith Reffet avait déjà publié quelques romans sous son nom d’épouse, Edith Kespi, notamment chez Flammarion en 1956. Elle est également l’auteur de livres pour enfants.

Edith Reffet était institutrice, une carrière qu’elle a commencée dans un village perdu au fond d’une vallée du Beaufortain, à une dizaine de kilomètres d’Albertville. C’est de cette première expérience qu’elle a tiré ce beau roman qui n’est qu’en partie autobiographique.

Après trois ans passés à l’Ecole Normale à Chambéry, Suzanne, la narratrice, obtient son premier poste d’institutrice en octobre 1943, dans un village au nom évocateur : « Le Bout du Monde ». C’est d’ailleurs un chemin à mulet qui permet d’accéder à l’école, située en lisière d’une magnifique forêt. Suzanne s’installe dans l’appartement de fonction au-dessus de l’école, seule. Elle n‘a que vingt ans. Orpheline, elle a été élevée par son oncle, et aidée par d’anciens amis de ses parents, propriétaires du bel hôtel Magnin à Albertville. Ce sont les parents d’Hélène, une jeune fille de son âge dont elle est très proche. Mais sa meilleure amie est Jo, rencontrée à l’Ecole Normale, une fille très belle, pleine de vie, trop parfois.

Suzanne vit ce premier hiver au Bout du Monde dans le plus grand isolement. Heureusement, elle trouve souvent refuge chez une vieille voisine presque aveugle, Mémé Mollard, qui est toujours là pour la rassurer. Les nuits d’hiver sont longues et noires au Bout du Monde, et les veillées chez Mémé Mollard sont l’occasion de rencontrer Roger, dont Suzanne tombe éperdument amoureuse. Mais Roger est aussi le Capitaine Vial, chef des maquisards de la région.

Montée au Bout du monde pour rendre visite à son amie Suzanne, Hélène y rencontre le Capitaine Vial et entre dans la Résistance à ses côtés. Deviendra-t-elle une rivale pour Suzanne, qui s’applique à faire taire sa jalousie ? Pendant de temps, Jo, nommée aux Fougères, un autre village de la région, descend régulièrement à Albertville où elle mène une vie dissolue. Elle finit par s’éprendre de Freidrich, un officier allemand qu’elle espère épouser après la guerre.

Dans ce roman tiré de son journal, l’auteure évoque avec justesse et sensibilité l’isolement vécu pendant ses années de jeunesse, la force de l’amitié et la naissance de l’amour. Le ton d’Edith Reffet est parfois grave mais jamais pesant et il est servi par une belle écriture.

On y rencontre des personnages attachants, comme la narratrice Suzanne, jeune fille d’une grande maturité, amie fidèle et sincère, amoureuse déçue qui a conscience de perdre les plus belles années de sa vie. Il y a aussi Hélène, jeune fille gâtée par la vie, droite et entière, secrète et farouche. Et surtout Jo, au caractère rebelle, qui aime passionnément la vie, ce qui lui fait commettre des erreurs fatales, jusqu’à la plus terrible de toutes.

Je vous recommande ce roman qui nous plonge dans l’atmosphère particulière des années de guerre en montagne, où les sentiments paraissent comme amplifiés par l’isolement et l’éloignement. Une auteure dont j’aimerais découvrir d’autres livres…

Le Bout du Monde, nos plus belles années, Edith Reffet, collection main de femme, Editions parole, Bauduen (département du Var), décembre 2010, 320 p.