Archives de tags | Londres

Juin, le mois anglais

 

 

Après le mois belge en avril et le mois italien en mai, voici venu le mois anglais, auquel je participe pour la troisième fois. Un rendez-vous à ne pas rater, organisé par Cryssilda et Lou qui nous proposent un programme très riche, assorti de très jolis logos. Je vous laisse juger par vous-mêmes…

 

 

 

 

Vous pourrez trouver les liens vers les divers blogs participants chez Cryssilda et Lou, ou sur la page Facebook dédiée au mois anglais. En ce qui me concerne, je n’ai pas encore arrêté définitivement mes choix, mais je consacrerai un billet à « Un jour », de David Nicholls, au roman de Ruth Hogan, « Le gardien des choses perdues », au premier tome des aventures d’Agathe Raisin que j’aimerais enfin découvrir et enfin à une relecture d’un roman de Jane Austen ou de Lawrence Durrell, deux auteurs que j’ai beaucoup aimé, il y a déjà bien longtemps… A tout de suite donc, pour ce rendez-vous anglais !

 

 

 

 

 

Black-out, de John Lawton

black-out LawtonLe lieutenant Frederick Troy est inspecteur à Scotland Yard. Sous les ordres du commissaire Onions et aidé de l’agent Jack Wildeve, il doit résoudre une énigme peu courante : un chien a apporté à des enfants qui jouaient dans les décombres d’un quartier de Londres, une étrange et sordide proie : un avant-bras et une main, encore emballés dans la manche de veste de son malheureux propriétaire ! Pour en savoir plus, Troy utilise des méthodes pragmatiques mais parfois douteuses : il lance les enfants à la recherche d’indices.

Je vous passe les détails car, de la première partie, je n’ai que peu de souvenirs, tant ma lecture fut laborieuse et détachée. Je n’arrivais pas du tout à entrer dans l’histoire, ni à me concentrer plus que le temps de quelques pages. C’est finalement lorsque Troy se retrouve avec trois cadavres sur les bras que l’enquête démarre tout à coup : enfin, l’intrigue prend son envol et l’on se retrouve dans un vrai roman d’espionnage comportant tous les ingrédients du genre : des espions infiltrés, des américains -ils préparent le jour J-, deux très jolies complices (espionnes, criminelles ?) et donc un peu de sexe, des passages à tabac et de nombreux rebondissements.

J’ai donc pris goût à l’intrigue, malgré, sur la fin, la présence de quelques éléments redondants, voire excessifs, notamment lorsque le héros est blessé une nouvelle fois, et fidèle à lui-même, échappe aux médecins pour continuer son enquête, alors qu’il se trouve dans un état … proche de l’agonie !

Le grand point positif de ce roman est le contexte historique : nous sommes à Londres pendant la seconde guerre mondiale et nous découvrons les souffrances des habitants qui, après avoir supporté les énormes dégâts causés par le Blitz, se sont engagés dans une guerre longue, sans jamais perdre espoir : le titre « Black-out » fait référence au couvre-feu et à la nécessité pour les londoniens, une fois la nuit venue, de cacher toute source de lumière pour rendre plus difficiles les bombardements par les avions allemands. D’où les rideaux occultants dits « de black-out », installés aux fenêtres et aux portes des pubs, magasins ou habitations qui ont eu la chance de rester debout.

En fait, je crois que mon problème est venu du fait que les personnages ne sont pas présentés au début et que j’ai eu beaucoup de mal à les situer. Il y a bien une liste des personnages, mais aucune description. C’est finalement déjà loin dans le roman que l’on parvient à faire connaissance avec eux. De même, il est beaucoup question des différents quartiers de Londres, une ville que je connais peu, et c’est sans doute pour cela que j’ai eu beaucoup de mal à suivre les premiers chapitres.

Bref, si je n’avais pas dû lire ce roman pour le blogoclub, je crois que j’aurais abandonné après quelques dizaines de pages. Heureusement, j’ai poursuivi et découvert quelque chose de très intéressant. Donc, je n’exclus pas de lire éventuellement le second de la série, principalement pour le contexte historique international dans lequel l’auteur semble aimer situer ses romans.

 

Black-out, John Lawton, traduit de l’anglais par Anne-Marie Carrière, 10/18, collection Grands Détectives, 2015, 464 p.

 

Livre lu dans le cadre du mois anglais et du Blogoclub de Sylire.

Vous pouvez découvrir les avis des autres participants ici:

-Sylire, Titine, Anne,

blogoclub

mois anglais 3

 

[FB1]