Archives de tags | Prix du meilleur roman Points

Une bouche sans personne, de Gilles Marchand, meilleur roman Points 2018 !

 

 

C’est officiel : le prix du Meilleur roman Points 2018 a été décerné au roman « Une bouche sans personne » de Gilles Marchand.

 

Je suis ravie, car c’était mon coup de coeur de cette sélection 2018 que vous pouvez retrouver ci-dessous. J’ai donc voté pour lui, après quelques hésitations toutefois avec « Eclipses japonaises » d’Eric Faye que j’ai également beaucoup aimé, mais qui est très différent. J’ai fait le choix de l’imagination, de la poésie pour ce roman plein de charme, mais également bouleversant.

 

Vous pouvez retrouver ma chronique ici.

 

Les autres titres de la sélection 2018 :

Histoire du lion Personne, Stéphane Audéguy.

-Eclipses japonaises, Eric Faye.

Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud.

Six degrés de liberté, Nicolas Dickner.

Nous dormirons quand nous serons vieux, Pino Corrias.

Pékin pirate, Xu Zechen.

-Avant que les ombres s’effacent, Louis-Philippe Dalembert.

-Derniers feux sur Sunset boulevard, Stewart O’Nan.

 

 

Publicités

Pékin pirate, Xu Zechen, sélection Prix Meilleur Roman Points.

Dun Huang sort de prison en pleine tempête de sable. Il ne sait pas où aller dans ce Pékin qu’il connaît si mal. Lorsqu’il rencontre une jeune femme qui vend des DVD, il saisit sa chance et accepte d’aller au restaurant avec elle mais il tient à l’inviter, même s’il a très peu d’argent. Xia n’est pas dupe et comprend vite que Dun Huang a besoin d’aide.

Bientôt celui-ci s’installe chez elle. Avant, Dun Huang vendait des faux papiers. Son chef, Bao Ding, se trouve toujours en prison et Dun Huang décide d’essayer de rassembler l’argent nécessaire pour payer la caution de Bao Ding. Dun Huang, bandit loyal, est en effet reconnaissant à Bao Ding d’avoir endossé les responsabilités. Dun Huang demande alors à Xia s’il peut vendre le stock de DVD pornos que celle-ci cache sous son lit.  Mais le copain de Xia, l’énigmatique Kuang, semble devoir rentrer à la maison et Dun Huang doit donc partir à la recherche d’un nouveau toit, dans un Pékin à nouveau balayé par l’ouragan…

C’est un récit apparemment très réaliste que Xu Zechen nous livre dans « Pékin pirate », celui d’un pays en pleine mutation, la Chine des années 2000. Les laissés pour compte du capitalisme à la chinoise rejoignent la capitale où ils vivent d’expédients, sans perdre de vue leurs rêves modestes, avoir un toit et fonder une famille.

Les phrases courtes qui se succèdent souvent sans connecteurs logiques donnent au roman un rythme saccadé qui empêche, en ce qui me concerne, la fluidité de la lecture, mais qui colle finalement très bien au fond. L’auteur s’en tient en effet au factuel, ne s’embarrassant pas de descriptions psychologiques. Les personnages se parlent mais ils communiquent finalement peu entre eux.

Cette petite incursion dans la littérature chinoise contemporaine est certes intéressante, mais ne me laissera pas de grands souvenirs. Et cette avant-dernière lecture pour le Prix du Meilleur Roman Points ne reviendra pas remettre en cause mon choix de vote, à moins que le roman de Louis-Philippe Dalembert ne me fasse changer d’avis !

Pékin pirate, Xu Zechen, traduit du chinois par Hélène Arthus, Points P4742, février 2018, 186 p.

 

 

 

Nous dormirons quand nous serons vieux, Pino Corrias.

 

D’entrée de jeu, Pino Corrias nous présente les trois personnages de son roman : Oscar Martello, producteur de cinéma prêt à tout -vraiment tout-, Andrea Serrano, scénariste un peu naïf et timide qui déguise sa lâcheté en élégance, et Jacaranda Rizzi, actrice très jolie qui a beaucoup souffert pour, peut-être un jour, réaliser son rêve…

Le pitch ? Oscar Martello a produit un film auquel il ne croit pas. Pour éviter la faillite qui le menace, il invente un stratagème destiné à doper les entrées dès que le film sera à l’affiche. Car Oscar Martello ne peut renoncer à son rêve, acheter Cinecittà et en refaire le temple du cinéma d’antan, rien que cela ! Il organise donc la disparition de l’actrice principale du film et l’envoie en compagnie d’Andrea à Paris dans un appartement qu’il vient d’acquérir. L’opération lui permettra, par la même occasion, de transférer discrètement de l’argent à l’étranger.

Mais l’intrigue peine à démarrer, l’auteur préférant nous présenter le « Supermonde », celui du cinéma, de la Jet set, qui se résume à une succession de soirées où règnent en maîtres le luxe, l’alcool et les drogues : une vie frénétique sans but, si ce n’est l’avidité, où chacun est prêt à se vendre pour une photo dans un magazine, pour un rôle dans un film. C’est une « Dolceroma » bien amère qu’il nous présente, symbole de l’ère post-berlusconienne et capitale d’un pays à la dérive.

Si l’on pense très vite au superbe film de Paolo Sorrentino, « La grande bellezza », on évitera de comparer pour ne pas rester sur notre faim. « Nous dormirons quand nous serons vieux » est la chronique amère du lancement d’un film qui nous décrit le cinéma italien contemporain comme un monde décadent et agonisant.  Et c’est à peu près tout. Pendant tout le roman, on attend quelque chose qui n’arrivera jamais : tout est prévisible, rien d’original, pas de rebondissements, les personnages correspondent à l’idée que l’on se fait d’eux. Journaliste, producteur pour la télévision, scénariste, Pino Corrias connait bien le milieu qu’il décrit. Peut-être trop ? En tout cas, le roman apporte peu au lecteur, et sera loin de figurer parmi mes favoris de cette sélection !

 

Nous dormirons quand nous serons vieux, Pino Corrias, traduit de l’italien par Jacques Barbéri, Points Seuil n°P4743, février 2018, 323 p.

 

Sélection pour le Prix du Meilleur roman Points