Archives de tags | science

Eléphant, Martin Suter

 

Voir un éléphant de la taille d’une peluche, d’une belle couleur rose, et surtout vivant, ne peut être que le fait d’une hallucination ou des divagations d’un alcoolique invétéré ! Justement, Schoch en est bien un, et le jour où le sans-abri découvre, au fond de la grotte où il a élu domicile, un éléphant rose nain qui brille dans le noir, il se dit d’abord qu’il est grand temps d’arrêter de boire… Il lui faut ensuite un long moment pour comprendre qu’il s’agit bien de la réalité.

Ne sachant pas comment nourrir cet animal étrange, le SDF cueille de grandes herbes parsemées de boutons d’or sur les berges de la rivière voisine. Les fleurs, toxiques, rendent l’éléphanteau malade. Schoch le cache dans un grand sac et l’emmène chez Valérie, une vétérinaire habituée à soigner les chiens des marginaux. Schoch est alors loin de se douter que sa vie est sur le point de basculer ; des hommes sont déjà sur ses traces, à la recherche de l’animal mystérieux qui est le fruit de manipulations génétiques et d’un concours de circonstances.

En effet, la couleur et la luminescence de l’éléphanteau sont l’œuvre de Roux, un généticien d’abord motivé par l’innovation scientifique. Quant à la petite taille de l’animal, elle est due au hasard, et Roux comprend vite qu’un éléphant rose minuscule est un jouet qui pourrait avoir des retombées commerciales considérables. Mais le birman Kaung, soigneur d’éléphants du cirque Pellegrini qui a fourni la mère porteuse, considère que l’animal est sacré et avec l’aide du Dr. Reber, vétérinaire du cirque, il décide de cacher l’animal avant même sa naissance, en faisant croire à sa mort in utero. Il ne faut en aucun cas que Roux entre en possession des cellules de l’éléphanteau qui lui permettraient de réaliser des clonages.

C’est le début d’une course poursuite qui nous entraîne de l’univers, par ailleurs très bien décrit, des marginaux de Zurich jusqu’à un camp birman dédié à la sauvegarde des éléphants. Un roman très prenant aux chapitres courts que la quatrième de couverture nous présente comme un « conte aussi fantastique que réaliste » et que je qualifierai en ce qui me concerne de tout à fait réaliste, puisque la technologie génétique évoquée existe déjà depuis plus d’une décennie. « Eléphant » est un thriller original et reposant, dans lequel l’auteur suisse germanophone Martin Suter nous propose une belle histoire, tout en nous amenant à réfléchir sur les dérives du progrès technologique et plus particulièrement des manipulations génétiques. A découvrir !

Eléphant, Martin Suter, traduit de l’allemand par Olivier Mannoni, Christian Bourgois éditeur, août 2017, 356p.

 

4ème participation au challenge 1% de la rentrée littéraire 2017.

Publicités

Pandemia, de Franck Thilliez

pandemiaQuelques jours après sa sortie, le 4 juin, le nouveau thriller de Franck Thilliez était déjà en tête des romans et en septième position du top 20 GFK/Livres hebdo) des livres vendus en France. Je n’ai pas résisté à la tentation, non pas pour moi, mais pour un proche qui, depuis quelques années, ne manque jamais le nouveau Thilliez. Et tant qu’à faire, autant le lire aussi… Mais attention à l’addiction, « Pandemia » est sans conteste un  « page turner » ! Je vous recommande donc d’avoir un peu de temps devant vous.

« Pandemia » est le deuxième « polar scientifique » de Thilliez que je lis après « Puzzle », paru en 2013, et je n’ai pas été déçue. Comme le premier, je n’ai pas pu le lâcher et je lui ai fait un sort en deux (très longues) soirées. D’entrée de jeu, on fait la connaissance d’une jeune microbiologiste de l’Institut Pasteur de Paris. Amandine Guérin a un look assez particulier, avec des cheveux roux longs de … quelques millimètres, quand ils ne sont pas carrément rasés. Elle partage sa vie, et son appartement (partagé au sens physique du terme puisqu’une baie vitrée de plexiglas le coupe littéralement en deux), avec son mari Phong, scientifique lui-aussi, et obligé de rester à la maison sous atmosphère protectrice depuis qu’une méchante maladie l’a privé de défenses immunitaires, rendant dangereux tout contact avec l’extérieur.

D’entrée de jeu, Amandine est appelée à se rendre dans le parc ornithologique du Marquenterre, en raison d’une alerte sanitaire lancée suite à la découverte de cadavres d’oiseaux migrateurs. En même temps, les effectifs du 36, quai des Orfèvres, où l’on retrouve Franck Sharko et son épouse Lucie, se voient rapidement réduits en raison d’une épidémie de grippe… Juste au moment où un homme et son chien sont retrouvés odieusement mutilés en forêt de Meudon. Il faut trouver du renfort, et même Camille, la petite amie de Nicolas, l’un des collègues de Sharko, vient du service comptabilité pour grossir les rangs de la police judiciaire.

Pas de temps mort dans cette nouvelle aventure de Franck Sharko et Lucie Hennebelle, secondés par Amandine et les scientifiques de l’Institut Pasteur, et qui nous entraîne dans l’univers angoissant du bioterrorisme, nouveau visage de l’enfer de Dante. De quel type de microbe s’agit-t-il ? L’épidémie atteindra-t-elle le stade de la pandémie ? Qui se trouve derrière tout cela, comment un homme a-t-il pu en arriver à ce degré de noirceur, d’horreur ?

Le personnage d’Amandine, scientifique à la limite de la paranoïa par amour, m’a tout particulièrement plu. Séverine également, qui illustre bien la faiblesse de la frontière qui sépare le Bien du Mal. Dans « Pandemia » Franck Thilliez maîtrise parfaitement la narration, allant et venant entre l’enquête officielle conduite par Sharko et son équipe, et celle que mène la microbiologiste de l’Institut Pasteur. L’auteur nous donne des sueurs froides, à notre plus grand plaisir, si l’on aime se faire peur, mais nous conduit aussi à réfléchir à ni plus ni moins que l’avenir de l’espèce humaine. Du grand art pour les amateurs du genre !

 

Pandemia, Franck Thilliez, Fleuve Editions, collection fleuve noir, Paris, juin 2015, 645 p.