Prière d’achever, de John Connolly

prière d'acheverM.Berger est un modeste fonctionnaire anglais, célibataire et sans âge, qui mène une vie solitaire en apparence très ennuyeuse, ce qui pourtant ne lui pèse pas le moins du monde. L’heure quotidienne qu’il consacre à la lecture, attablé au pub local ou assis le long de la voie ferrée en été, suffit en effet pleinement à son bonheur.

C’est d’ailleurs lors d’une promenade près de cette voie de chemin de fer que M. Berger assiste à une scène qui le bouleverse : il aperçoit en effet une jeune femme vêtue de noir et portant un petit sac rouge, et la voit nettement se jeter sous l’express. Arrivé sur les lieux, l’homme ne trouve aucune trace du suicide. Il appelle la police qui passe les lieux au peigne fin puis contacte le conducteur du train qui n’a rien vu et dont la locomotive ne porte aucune trace de l’accident. Il faut bien se rendre à l’évidence, comme le lui suggère la police : Monsieur Berger a dû se tromper…

Mais Monsieur Berger est bouleversé et ne trouve pas le sommeil. Le lendemain, il cherche d’où lui vient cette impression familière. Le suicide auquel il a assisté la veille lui rappelle une scène de roman, mais laquelle précisément ? Le petit sac rouge est un élément important, il le sent, et il décide d’orienter ses recherches parmi les nombreux livres en attente de rangement, depuis qu’il s’est installé dans le petit cottage que lui a laissé sa mère.

Monsieur Berger extirpe instinctivement d’une pile un exemplaire d’ « Anna Karénine » dont il relit le chapitre 31 : aucun doute, l’extrait qu’il découvre est le compte-rendu parfait de la scène à laquelle il a assisté la veille. Monsieur Berger a vécu, en direct, la scène du suicide de l’héroïne de Tolstoï !

John Connolly nous emmène dans un délicieux roman qui ravira les amoureux des livres et de la littérature. Il y met une touche de roman policier, un brin de fantastique, même s’il considère, comme il le précise dans l’interview annexée au roman, que « Prière d’achever » est loin d’être une histoire fantastique.

« C’est une histoire sur les livres et les lecteurs, qui me permet d’assouvir la fascination que j’ai toujours eue dans mon travail pour l’idée que les livres sont des objets changeants, et non pas fixes. Qu’ils trouvent leur sens dans les expériences personnelles que chaque lecteur apporte avec lui. Pour ses propres raisons, M. Berger lit Anna Karénine d’une certaine manière : c’est ce qui le pousse à agir comme il le fait dans l’histoire. Un autre lecteur se serait peut-être contenté de la fin du roman, mais ce n’est pas le cas de M. Berger, notamment parce qu’il a personnellement rencontré Anna. »

Et j’ajouterai, parce que M Berger, qui communique peu avec ses semblables, est un grand lecteur qui se sent proche des personnages et qui vit sa vie avec eux, tout simplement parce que les livres font partie intégrante de sa vie, parce qu’ils sont même toute sa vie.

Un court roman qui a obtenu le Prix Edgar Allan Poe 2014, et que je vous recommande tout particulièrement !

 

Prière d’achever, John Connolly, traduit de l’anglais (Irlande) par Pierre Brévignon, Editions Ombres noires, 158p.

 

Livre lu dans le cadre du mois anglais chez Lou et Cryssilda

750935377

 

 

Publicités

5 réflexions sur “Prière d’achever, de John Connolly

  1. J’avais lu la maison au miroir de cet auteur, où on retrouve policier et fantastique. Je note celui-là parce que les romans où on parle de lecteurs et d electure, je trouve cela toujours fascinant…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s