Archives

Cent millions d’années et un jour, Jean-Baptiste Andrea

 

Stan est professeur d’université à Paris mais sa carrière n’a jamais décollé. A la cinquantaine, il ne fait pas rêver quand il évoque « nos salaires de misère, nos yeux usés par les lampes blafardes, les conférences que personne n’écoute ». Mais peu importe au fond, c’est parce qu’il aimait les histoires qu’il a choisi d’être paléontologue :

« Si l’on n’est pas capable de croire à une histoire juste parce qu’elle est belle, à quoi bon faire ce métier ? »

Et c’est ce qu’il décide de faire en repensant à ce qu’un vieux concierge italien racontait aux enfants de son immeuble parisien : l’homme disait avoir vu un dragon dont le squelette gisait dans une grotte située au pied d’un glacier et d’où l’on apercevait trois pics. Pas d’autre information, sinon que cela se passait dans les Alpes franco-italiennes. Convaincu de pouvoir faire la découverte qui fera de lui un grand paléontologue, Stan lance une expédition, qui sera aussi l’occasion de retrouver Umberto, un universitaire turinois qui fut son assistant au début de sa carrière.

Les deux hommes sont convenus de se retrouver sur place et Umberto, fidèle au rendez-vous, amène Gio, un guide de montagne originaire des Dolomites. Peter, jeune assistant d’Umberto, se joindra aussi à l’expédition. Les conditions sont bonnes, mais le temps est compté car l’été est court en haute montagne et l’accès difficile par une via ferrata qui gèle très vite leur imposera de redescendre dès les premiers signes de neige.

« Cent millions d’années et un jour » est l’histoire d’une quête, celle d’un homme qui, toute sa vie, a recherché quelque chose qu’il croyait trouver dans les restes fossiles des animaux du passé. Mais au fur et à mesure que le temps s’écoule et que l’urgence s’impose, Stan se penche sur son enfance et nous révèle ce qui lui a toujours manqué. Un très beau roman sur l’amour maternel, sur la violence et sur l’enfance aussi, qui parfois, n’en finit pas de torturer un homme. Sur l’amitié aussi. Sur l’importance de croire à ses rêves surtout.

« Cent millions d’années et un jour » est en outre servi par une belle écriture, poétique et très visuelle qui nous emporte dans cette aventure nostalgique dont le rythme va crescendo pour nous laisser face à une question douloureuse : avons-nous réalisé nos rêves d’enfants ?

« Cent millions d’années et un jour » fait partie des dix excellents romans choisis par 300 blogueurs littéraires pour le troisième Grand Prix des Blogueurs Littéraires qui sera décerné à la mi-décembre. Je lui souhaite bonne chance !

 

Cent millions d’années et un jour, Jean-Baptiste Andrea, Edition L’iconoclaste, août 2019, 309 p.

 

10 ème participation au challenge 1% de la rentrée littéraire chez Sophie.

 

 

 

Dévorer le ciel, Paolo Giordano

 

Décidément, les coups de cœur se suivent et ne se ressemblent pas. Voici toutefois un roman que j’hésite à qualifier de coup de cœur, car je l’ai beaucoup aimé et j’ai eu du mal à le lâcher, mais il m’a aussi un peu dérangée, sans que je puisse vraiment définir pour quelle raison ; peut-être parce qu’il est un peu trop dans l’air du temps. Cependant, il est de ceux qui résonnent longtemps parce qu’ils amènent une réflexion et parce qu’ils bonifient avec le temps dans la mémoire.

De Turin où elle vit avec sa famille, Teresa descend chaque été dans les Pouilles, région dont son père est originaire et où elle retrouve sa grand-mère. Elle y fait la connaissance de trois jeunes qui vivent dans la ferme voisine. C’est une famille un peu différente des autres, qui accueille des enfants en difficulté : elle est composée de trois garçons, des « frères » qui n’en sont pas vraiment, Nicola, Tommaso et Bern. Ils ne sont pas allés à l’école mais ont suivi l’enseignement dispensé par Cesare, le père, très croyant. Ce dernier utilise d’ailleurs la religion pour dominer ses « enfants » -seul Nicola est le fils de Cesare et Floriana-, mais il leur inculque aussi des principes qui les guideront dans leur vie d’adulte.

Dès le début, Teresa est captivée par Bern, et quelques années plus tard, lors d’un voyage improvisé dans les Pouilles à l’occasion du décès de sa grand-mère, elle décide de quitter Turin pour s’installer dans la petite communauté qui vit désormais dans la ferme d’à-côté : Nicola, Tommaso et Bern, aidés par Giuliana et Corinne. Ces jeunes exploitent désormais les fruits de la terre. La décision de Teresa, prise au grand dam de ses parents, va l’entraîner sur des chemins très différents de ceux que sa vie d’étudiante laissait présager.

« Dévorer le ciel » est un roman d’apprentissage sur fond de préoccupations écologiques. Très tendance donc, même si la veine n’est pas nouvelle. Le roman m’a en effet rappelé « Deux sur deux », un roman italien également, écrit par Andrea De Carlo en 1989, mais publié en 2018 en français et dans lequel les protagonistes mettent sur pied une petite communauté en Toscane (bien que cela ne constitue pas l’essentiel du roman de De Carlo).

Dans « Dévorer le ciel », de jeunes adultes recherchent aussi un sens à donner à leur vie. Ils refusent les excès du matérialisme ambiant et veulent limiter leur impact sur la nature.  Ils développent donc une petite activité agricole, à partir du potager biologique, le « Food forest », que Cesare avait créé. Ils vivent du fruit de la vente de leurs produits, parfois difficilement. Leur combat prend de temps à autre des formes plus actives, voire extrémistes. L’idéalisme des jeunes se heurte toutefois à la réalité, celle de l’amitié, de l’amour, du temps qui passe et des pressions de la société.

C’est donc une histoire romantique, au sens noble, et idéaliste que l’auteur nous offre. « Dévorer le ciel » est surtout une interrogation sur l’avenir : le roman nous montre le désarroi de jeunes qui peinent à trouver leur place dans le monde. Teresa est une belle héroïne, amoureuse désintéressée, courageuse, fidèle à ses convictions. Bern est quant à lui beaucoup plus complexe, intelligent, fidèle lui aussi à ses idées, jusqu’à l’obstination, ce qui le rend parfois égoïste. Avec Nicola et Tommaso, ils forment un trio intéressant qui malheureusement n’est exploité qu’au début du roman. Tommaso est quant à lui en retrait, mais toujours présent au fil des années, lui dont la sensibilité offre à Teresa un autre éclairage sur Bern.

Quelques longueurs au début, quelques digressions qui ont sans doute pour but de présenter la complexité des personnages, de Bern notamment, en nous éclairant sur certains des choix qu’il fera plus tard, puis le roman nous emporte avec lui dans son flot, avec la puissance d’un fleuve, une tension qui monte, la force d’une écriture pourtant douce et un brin nostalgique, qui nous montre que tout est possible et qu’en même temps, rien ne sera plus jamais pareil. L’histoire de la vie, en somme, qui construit et détruit en même temps…

 

Dévorer le ciel, Paolo Giordano, traduit de l’italien par Nathalie Bauer, Editions du Seuil, Paris, août 2019, 454 p.

 

9  ème participation au challenge 1 % de la rentrée littéraire

 

Encre sympathique, Patrick Modiano

Patrick Modiano est l’un de mes auteurs préférés et donc, pas question de manquer la sortie de son nouveau roman qui s’avère tout à fait « modianesque ». « Encre sympathique » est en effet l’histoire d’un souvenir qui tourmente le narrateur, comme souvent chez Modiano qui, avec ce roman, poursuit son étude des phénomènes de la mémoire et de l’oubli. On retrouve l’atmosphère propre aux livres de l’auteur et ce magnétisme qu’il évoque et qui caractérise d’ailleurs l’effet de son écriture sur beaucoup de ses lecteurs …

« Il y a des blancs dans une vie mais parfois ce qu’on appelle un refrain. Pendant des périodes plus ou moins longues, vous ne l’entendez pas et l’on croirait que vous avez oublié ce refrain. Et puis, un jour, il revient à l’improviste quand vous êtes seul et que rien autour de vous ne peut vous distraire. Il revient, comme les paroles d’une chanson enfantine qui exerce encore son magnétisme ».

Et ce refrain qui revient, ce sont les éléments d’une enquête menée par le narrateur il y a bien longtemps. Lorsqu’il n’avait que vingt ans, le narrateur a travaillé pour une agence qui ressemble fort à celle d’un détective privé. Le patron lui avait alors confié quelques recherches à effectuer sur la disparition d’une certaine Noëlle Lefebvre. Le jeune homme disposait alors de peu d’éléments sur cette femme : son adresse, celle d’un café qu’elle fréquentait régulièrement, ainsi qu’une poste restante au bureau des PTT de son quartier, et enfin le nom de l’homme qui s’était étonné de sa disparition.

Le narrateur se lance alors dans l’enquête avec toute la motivation de son jeune âge, en prenant bien soin d’appliquer les consignes de son patron pour ne pas effrayer les personnes qu’il interroge. C’est ainsi qu’il entre peu à peu dans la vie de Noëlle, même si les découvertes qu’il fait sont infimes. L’enquête se prolonge dans le temps, elle ne dure pas mais réapparaît à différents moments de la vie du narrateur : c’est en réalité une recherche sur lui-même que mène le narrateur. On découvre des décors chers à Patrick Modiano, comme l’Avenue d’Albiny de « Villa triste ».

Dans « Encre sympathique », il est donc question principalement de souvenirs, de mémoire et d’oubli. Mais aussi de mensonges qui parfois deviennent réalité. Car il s’agit d’une réalité oubliée, que notre inconscient a en quelque sorte recyclée et qui subsiste dans notre mémoire comme un mensonge. Peu à peu, les mots de Modiano remontent à la surface des pages comme autant de souvenirs. Ce nouveau roman est comme ceint d’une aura de mystère, l’atmosphère que l’auteur crée avec des mots simples est empreinte de poésie.

Au fur et à mesure que la recherche avance, les éléments deviennent plus flous, plus troubles. Une nouvelle fois, Modiano explore les thèmes qui lui sont chers : la difficulté à savoir qui l’on est vraiment, qui sont les autres, parce que les mensonges, les omissions, les oublis involontaires brouillent les pistes. L’auteur nous promène dans des décors désormais familiers, Paris, Annecy, mais il nous surprend aussi avec un final qui se déroule à Rome. On n’a qu’un regret, que le roman se termine et que s’arrête la musique douce et nostalgique de l’écriture de Modiano.

Coup de cœur 2019 !

Encre sympathique, Patrick Modiano, Gallimard, Paris, octobre 2019, 137 p.

 

8 ème participation au challenge 1% de la rentrée littéraire

 

 

 

La panthère des neiges, Sylvain Tesson

 

Sylvain Tesson, qui « tient l’immobilité pour une répétition générale de la mort », n’a pas hésité à bousculer ses certitudes lorsque son ami photographe, Vincent Munier, lui a proposé de l’accompagner pour une nuit d’observation en forêt, à l’affût des blaireaux qu’il voulait photographier. Ce fut pour Tesson une véritable révélation, qui le conduisit à accepter la proposition de Munier de se rendre avec lui au Tibet afin de traquer -pour la photographier- la rarissime panthère des neiges.

Et c’est le récit de ce voyage que Sylvain Tesson publie aujourd’hui, un très joli texte qui exalte « la science de l’affût », long exercice fait d’attente et de patience. Au cours de ces journées glacées, dans un paysage lunaire que l’auteur sait si bien décrire pour nous transporter loin de nos habitudes, Sylvain Tesson s’est construit peu à peu une philosophie de l’attente qui est une « antidote à l’épilepsie de (notre) époque » et qui devient un véritable hymne à la diversité animale et à la nature dans son ensemble. Géographe consacré, il s’était jusqu’alors peu intéressé aux animaux ; le voilà conquis :

« La terre avait été un musée sublime. Par malheur, l’homme n’était pas conservateur. »

Outre la réflexion, le récit de Tesson ne manque pas de poésie, comme lorsqu’il évoque le Mékong et ses cinq mille kilomètres de la source sur les hauts plateaux gelés du Tibet jusqu’au delta du fleuve mythique. Tesson nous fait aussi découvrir le travail de Vincent Munier qu’il considère comme « le plus grand photographe animalier de tous les temps ».

Voilà donc une lecture qui éclairera nos sombres journées d’hiver, qui se dégustera lentement, et qui nous incitera au consentement face au monde et à sa préservation. Mieux que toutes les leçons médiatiques sur l’écologie !

 

Coup de cœur 2019 !

 

La panthère des neiges, Sylvain Tesson, Gallimard, septembre 2019, 168 p.

 

 

7 ème participation au challenge 1% de la rentrée littéraire 2019

 

De pierre et d’os, Bérengère Cournut

Lorsqu’une douleur lui déchire le ventre, l’obligeant à sortir de l’igloo familial et à découvrir le sang qui lui coule entre les jambes, Uqsuralik ne se doute pas que sa vie est en jeu. Au même moment en effet, un grondement marque l’apparition d’une faille dans la banquise, dont les bords s’écartent irrémédiablement, isolant la jeune fille du reste de sa famille. Réveillé par le sinistre craquement, le père a le temps de lancer à Uqsuralik une amulette et une peau d’ours enroulée autour d’un harpon qui malheureusement se casse en retombant aux pieds de la jeune fille.

Habituée à chasser avec son père, et armée d’un courage qui force l’admiration, Uqsuralik utilise ses maigres ressources pour survivre. Elle parvient à rejoindre la terre ferme et à se faire accepter dans un groupe de trois familles qui se partagent une « maison d’hiver ». La lutte pour la survie ne s’arrête pas pour autant : Uqsuralik doit participer à la vie de la communauté dont l’activité principale tourne autour de la chasse.

Le roman de Berengère Cournut nous emmène à la découverte du peuple inuit, tel qu’il vivait il y a encore quelques décennies. La démarche de l’auteur est très intéressante car après de nombreuses lectures, puis des recherches longues et approfondies à la bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Paris, elle a opté pour la forme romanesque afin de nous faire découvrir le mode de vie traditionnel de ce peuple de chasseurs nomades du Grand Nord. Captivés par l’intrigue, nous sommes admiratifs devant le courage de l’héroïne qui ne cesse d’apprendre à survivre, dans toutes les circonstances de la vie. Et elles sont particulièrement rudes, froid extrême, famines, travail, naissances difficiles… De bonheur, il n’en est pas question, du moins celle-ci ne se pose pas. Ce qui compte c’est la survie, et parfois, grâce à la pratique du chamanisme, l’atteinte d’une certaine harmonie.

Le chamanisme étant très important pour les Inuits, Berengère Cornut a parsemé son roman de différents chants traditionnels en lien avec l’intrigue romanesque. Curieusement, alors qu’ils sont parfaitement intégrés dans le récit, cela m’a dérangée parce que j’ai ressenti à chaque fois une coupure dans le rythme de la narration. Les chants, forcément traduits, ne m’ont pas paru poétiques dans leur forme et ils venaient rompre la musique du roman qui se déroulait dans ma tête.

A ce détail près pour moi (car je n’aime généralement pas les chansons ou poèmes intégrés dans des romans), « De pierre et d’os » est un très beau roman qui nous immerge dans un quotidien inconnu et dépaysant. Davantage que proche de la nature et des animaux, l’homme en fait partie intégrante, il est ce maillon qui garantit l’équilibre de la nature, au même titre que les autres prédateurs, et il la préserve donc. Pour autant, la vie est d’une rudesse extrême, notamment pour les femmes qui pourtant montrent un courage peu ordinaire, comme l’héroïne du roman. Le livre en lui-même est très beau, et l’auteur nous offre en outre un cahier de photographies qui en fait un bel objet à s’offrir et à offrir.

« De pierre et d’os » a reçu le prix du roman FNAC 2019 et ne devrait pas s’arrêter là…

 

De pierre et d’os, Berengère Cournut, Edition Le Tripode, août 2019, 219 p.

 

6ème participation au challenge 1% de la rentrée littéraire chez Sophie

Une bête au Paradis, Cécile Coulon

La vie au Paradis est rude : d’abord parce que c’est une ferme et que le travail y est difficile, même si Emilienne, Blanche et Louis ne s’en rendent pas compte. Mais c’est surtout parce que ce qui aurait pu être un petit paradis sur terre, avec une nature riante et un étang dans lequel la famille se baignait autrefois, n’est plus qu’un lieu où les fantômes se rappellent en trop grand nombre aux vivants.

Cela a commencé par un banal accident de voiture dans lequel les parents de Blanche et Gabriel ont laissé la vie. Gabriel est un enfant fragile, que sa grand-mère Emilienne laisse pleurer dehors pour qu’il évacue sa peine. Sa sœur Blanche, plus énergique, reprendra le dessus, cela ne fait aucun doute pour Emilienne qui porte la lourde tâche de guérir ses petits-enfants du malheur qui leur arrive, de les éduquer et de les aider à trouver une place dans la vie.

Emilienne possède le bon sens des terriens : « Il ne faut pas laisser la mélancolie s’installer. C’est une mauvaise coucheuse ». Elle punit sévèrement Blanche lorsque celle-ci frappe son petit frère : « Ne fais jamais de mal à un plus petit que toi. Jamais. Ou tu souffriras par un plus fort ». Elle ne s’épanche jamais, pourtant elle n’est pas dénuée de sentiments, c’est juste qu’elle ne les exprime pas. Emilienne est une femme solide, pudique, discrète et au fond, tellement bienveillante ! C’est aussi grâce à elle que Louis, battu dans sa famille, trouve un nouveau foyer et un travail au Paradis.

Blanche grandit, elle réussit à l’école. Elle y rencontre Alexandre, son premier et grand amour. Mais Alexandre est ambitieux, et sa réussite future passe forcément par la ville. Blanche « abandonnée » une première fois dans son enfance, supportera-t-elle la trahison ? Comment ces êtres qui ont tous souffert, Blanche, Gabriel, Emilienne, Louis, vont-ils exprimer leur douleur ?

« Une bête au Paradis » ne représente pas pour moi le coup de cœur de « Trois saisons d’orage », roman avec lequel j’ai découvert la fabuleuse Cécile Coulon. Mais j’y ai retrouvé la même force dans les personnages, la même écriture précise et directe qui colle si bien au récit. La tension est présente dès les premières pages avec la scène d’amour qui intervient alors que l’on saigne le cochon dans la cour de la ferme : c’est le quotidien de Blanche, un spectacle auquel elle est habituée, rien d’exceptionnel donc, alors pourquoi ne pas utiliser ce moment où l’attention de tous sera détournée ? Une entrée en matière qui annonce pour le lecteur quelque chose de sauvage, d’animal dans la relation naissante de Blanche et Alexandre.

Derrière la tragédie que vit la petite communauté du « Paradis », il y a aussi un questionnement, celui de l’attachement profond à la terre : un enracinement qui ne va pas de soi car les identités ne se construisent pas toutes de la même façon, à la campagne comme ailleurs. Quand il est là, cet attachement se traduit par la volonté de transmission, malgré les difficultés et l’isolement, et son accomplissement demande alors un grand sacrifice de soi. Jusqu’à la folie parfois.  Au bout du compte, ces héros vivent ce que tout homme connaît, amour, trahison, vengeance :  c’est finalement une histoire universelle que Cécile Coulon nous raconte et c’est sans doute pour cela qu’elle nous plait tant !

 

Une bête au paradis, Cécile Coulon, Editions L’iconoclaste, Paris, août 2019, 346 p.

 

5ème participation au challenge 1% de la rentrée littéraire.

Les prisonniers de la liberté, Luca di Fulvio

 

En 1912, le vieux continent est cruel pour beaucoup de ses enfants. En Sicile, Rosetta Tricarico tient tête au baron local à qui elle refuse de vendre sa terre qu’elle cultive seule depuis la mort de son père. Jolie, courageuse et seule, c’est en trop pour les hommes du village qui la traitent constamment de « bottana », et qui un jour, l’agressent et la violent. Quant au baron, lorsqu’il essaie à son tour de lui ravir son honneur, Rosetta se défend et le laisse pour mort : elle n’a plus qu’à fuir.

Fuir, c’est également ce que décide Rocco, sicilien lui-aussi. Ce fils d’un mafieux, mort quand il avait treize ans, traîne un héritage pesant, un destin tout tracé. Mais il refuse de devenir un assassin comme son père et se jure de tout faire pour échapper à la mafia.

Quant à Raechel, c’est une jeune juive russe misérable à qui la vie n’a pas fait de cadeau, si ce n’est un père bienveillant qui lui avait appris à lire. Lorsque celui-ci meurt lors d’une attaque contre sa communauté, Raechel décide de quitter un pays qui ne veut pas d’elle et de rejoindre des jeunes filles juives qu’une « association de bienfaisance » se charge d’emmener en Argentine pour qu’elles y deviennent domestiques dans de riches familles. Cette association, qui a réellement existé, exploitait en réalité de nombreux bordels en Argentine.

Rosetta, Rocco et Raequel prennent le même bateau pour le « nouveau monde ». Rosetta et Rocco font connaissance pendant le voyage, mais à l’arrivée, la jeune fille est arrêtée et Rocco se jure de tout faire pour la retrouver. Ces trois jeunes gens n’auraient jamais dû se rencontrer mais l’enfer de Buenos Aires va leur donner un destin commun…

Luca di Fulvio reprend les ingrédients qui ont fait le succès de ses trois romans précédents publiés en français chez Slatkine : une toile de fond historique qui développe un épisode de l’histoire du peuple italien, -ici l’émigration en Argentine au début du vingtième siècle-, et des héros courageux qui défendent un idéal, l’émancipation des femmes et la lutte contre les violences qu’elles subissent. Le tout est agrémenté de nombreux rebondissements : de la violence, énormément, des obstacles toujours plus difficiles à franchir, et quelques personnages abjects comme Amos, le baron et la princesse, mais aussi de l’amitié, de la solidarité, sans oublier une histoire d’amour.

Alors, si l’effet de surprise n’est plus là pour les désormais fidèles lecteurs de Luca Di Fulvio, « Les prisonniers de la liberté » se lit d’une traite comme « Les enfants de Venise », « Le gang des rêves » et « Le soleil des rebelles ». Il nous emporte dans un flot d’aventures très visuelles, dans un film écrit qui se déroule sous nos yeux : il faut dire que l’auteur, talentueux, est également scénariste.

Les héros des « prisonniers de la liberté » rêvent d’un monde nouveau et ils quittent tout pour se rendre compte que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Puisant des forces dans leur volonté, faisant preuve d’une énergie sans mesure, ils comprennent que c’est à eux qu’il revient de construire une nouvelle société en combattant les injustices les unes après les autres.

Par ce roman, l’auteur a souhaité, comme il l’explique dans la postface, dénoncer l’exploitation sexuelle des femmes et s’élever contre le sort réservé, sur les trottoirs européens, aux esclaves venues d’Europe de l’Est et d’Afrique. Parce que, même si nous n’en sommes plus aux bordels de Buenos Aires, il reste encore beaucoup à faire.

 

Les prisonniers de la liberté, Luca di Fulvio, traduit de l’italien par Elsa Damien, Slatkine et Cie, 12 septembre 2019, 654 p.

 

Je remercie Marion, des Editions Slatkine et Cie, de m’avoir donné l’opportunité de lire ce roman. 

4ème participation au challenge de la rentrée littéraire chez Sophie, Challenge « Il viaggio » chez Martine et 2ème participation au challenge « Pavé de l’été« .