Archives

Juin, le mois anglais

 

 

Après le mois belge en avril et le mois italien en mai, voici venu le mois anglais, auquel je participe pour la troisième fois. Un rendez-vous à ne pas rater, organisé par Cryssilda et Lou qui nous proposent un programme très riche, assorti de très jolis logos. Je vous laisse juger par vous-mêmes…

 

 

 

 

Vous pourrez trouver les liens vers les divers blogs participants chez Cryssilda et Lou, ou sur la page Facebook dédiée au mois anglais. En ce qui me concerne, je n’ai pas encore arrêté définitivement mes choix, mais je consacrerai un billet à « Un jour », de David Nicholls, au roman de Ruth Hogan, « Le gardien des choses perdues », au premier tome des aventures d’Agathe Raisin que j’aimerais enfin découvrir et enfin à une relecture d’un roman de Jane Austen ou de Lawrence Durrell, deux auteurs que j’ai beaucoup aimé, il y a déjà bien longtemps… A tout de suite donc, pour ce rendez-vous anglais !

 

 

 

 

 

Mai, le joli mai … en Italie.

Le poème de Guillaume Apollinaire me trotte dans la tête quand il est question de ce mois si important qui marque l’arrivée des beaux jours.

Mai, le joli mois de mai est de retour et il sera italien, puisque Martine a repris le mois italien jusqu’alors organisé par Eimelle, en novembre, et l’a déplacé en mai : de quoi nous donner un très bel avant-goût des vacances !

Comme vous vous en doutez, je ne manquerais pour rien au monde cet évènement sur les blogs et j’espère que vous serez nombreux au rendez-vous.

Voici le programme « richissimo » que Martine nous a concocté, avec de très beaux logos !

J’ai surligné en gras les rendez-vous auxquels je compte participer. Les autres jours, je reprendrai l’un ou l’autre billet d’un blog participant qui m’a particulièrement donné envie de lire le roman présenté. Mes billets relatifs au mois italien seront publiés sur Le livre d’après, exceptés ceux lus en VO et comptant pour le challenge « Leggere in italiano« , qui seront publiés sur Pages italiennes.

Je me permets de vous rappeler que certaines de vos lectures relatives à Venise peuvent également compter pour le challenge vénitien et vous pouvez m’envoyer les liens ICI.

Quant à vos lectures effectuées en VO italienne, Martine et moi avons retenu la date du 28 mai. J’en reprendrai les liens pour le challenge « Leggere in italiano » si vous êtes d’accord.

 

Le programme :

 

Lundi 1er mai : Billet de présentation/lancement du mois italien

Mercredi 3 mai : Zoom sur Erri de Luca

Vendredi 5 mai : film/cinéma/DVD

Samedi 6 mai : un roman écrit par une auteure italienne : LC

Lundi 8 mai : En lien avec la commémoration de l’Armistice du 8 mai 1945, billet lecture d’un roman sur la Seconde Guerre mondiale, côté italien.

Jeudi 11 mai : Billet cuisine : recette à partager ou lecture d’un roman où la cuisine occupe une belle place. En lien avec le challenge « Des livres en cuisine » de Bidib Ma petite médiathèque

Samedi 13 mai : Luigi Natoli « Le bâtard de Palerme » :LC

Dimanche 14 mai : Place au théâtre et/ou à l’Opéra

Mardi 16 mai : Elena Ferrante (saga « L’Amie prodigieuse » ou autre) : LC

Mercredi 17 mai : sur les îles : Sardaigne, Sicile

Samedi 20 et dimanche 21 mai : en lien avec le Festival du Premier roman de Chambéry : lecture d’un premier roman (soit d’un premier roman d’un auteur italien traduit et publié en France en 2017, soit lecture du premier roman d’un auteur italien déjà connu)

Jeudi 25 mai : Place à la littérature jeunesse

Dimanche 28 mai : en lien avec le challenge de « Leggere in italiano » Florence Le livre d’après : une lecture en VO (titre retenu « Il Nuovo Venuto » roman policier de Marco Vichi) ou un roman policier italien Mardi 30 mai : Zoom sur Umberto Eco

Mercredi 31 mai : On termine ce mois italien en chansons, musique, gastronomie… en toute convivialité et l’esprit festif !

 

 

 

 

 

 

Challenge vénitien : le récapitulatif

Logo challenge vénitien

Comme les bonnes résolutions ne sont pas encore complètement oubliées, je vais en tenir une tout de suite (ouf, au moins une cette année !) : dresser un petit récapitulatif du challenge vénitien. Le Carnaval de Venise a commencé le week-end dernier et il se terminera le 28 février prochain : l’occasion est donc parfaite pour faire un petit bilan et relancer ce challenge vénitien, associé au challenge italien de Martine.

Je vous rappelle les principes du challenge vénitien :  lire au moins un livre consacré, de près ou de loin, à la Sérénissime. Tout est accepté, qu’il s’agisse de romans, nouvelles, pièces de théâtre, romans historiques, policiers, récits de voyage, livres d’art et d’histoire, bandes dessinées et mangas et même, guides de voyages et reportages sur vos séjours vénitiens !

Pour celles et ceux qui désirent aller un peu plus loin, il existe trois catégories : Ballade sur la lagune (3 livres), Carnaval vénitien (5 livres), Acqua Alta ( 7 livres) et  La Sérénissime (10 livres et plus).

Le challenge est illimité, et je ferai désormais un petit récapitulatif chaque année, après le Carnaval de Venise. Vous pouvez déposer vos liens et commentaires sur ce billet ou sur l’article de présentation du challenge (« Challenges » et « challenge vénitien ») de mon blog. Si vous avez oublié de me transmettre des liens au cours de cette dernière année, n’hésitez pas à me les envoyer en commentaire ci-dessous, afin que je les rajoute tout de suite.

J’indiquerai également vos liens sur la page challenge vénitien de mon  blog « Pages italiennes ».

Vous trouverez quelques indications bibliographiques ici.

 

RECAPITULATIF

Claudia Lucia, Ma librairie :

-Humeur noire à Venise, Olivier Barde-Cabuçon.

-Venise, le chapiteau sculpté du Palais des Doges, promenade avec Tiziano Scarpa.

Venise, instants parfaits

Théophile Gautier : variations sur le Carnaval de Venise, poésie, peinture et musique.

De quelques peintres vénitiens et de quelques romans qui parlent d’eux.

 

Eimelle, Les carnets d’Eimelle :

Le garçon qui ne parlait pas, Donna Leon.

-Entre les lignes, Donna Leon

Ghetto de Venise, Donatella Calabi

-Presagio, Andrea Molesini

-Arlequin ou les oreilles de Venise, Hubert Ben Kemoun et Mayalen Goust.

 

Florence, Le livre d’après :

La reine vénitienne, Silvia Alberti de Mazzeri.

-Seule Venise, Claudie Gallay

-Péchés mortels, Donna Leon

-Brunetti en trois actes, Donna Leon.

-Ô mon George, ma belle maîtresse, Alfred de Musset et George Sand.

 

Jennifer, blog Taralli e Zaletti :

Mille jours à Venise, Marlena de Blasi.

-La fraga, de Danièle Sallenave.

-La mort à Venise, Thomas Mann.

-Le Campiello, Carlo Goldoni.

Quitter Venise, d’Anne Révah.

 

Martine, Les lectures de Martine :

-Curiosités vénitiennes, Donna Leon.

 

Xavier:

http://monsieurdec.blogspot.fr/search/label/Venise

http://sillagedecorto.blogspot.fr/search?q=venise

http://mesdefislitteraires.blogspot.fr/search?q=venise

 

Josepha Anh

La voleuse de livres

Parthénia, blog Bric-à-brac.

 

A bientôt, pour de nouvelles lectures vénitiennes !

 

 

 

 

 

Avril, le mois belge, avec Anne et Mina

 

Pour la troisième année consécutive, Anne, du blog Des mots et des notes, et Mina, du blog Mon Salon littéraire, nous convient à participer au mois belge. L’occasion de découvrir ou approfondir une littérature d’une grande richesse qui n’est pas assez  souvent mise à l’honneur. Le patrimoine culturel de la Belgique sera également mis en valeur, puisque les billets culturels seront acceptés.

 

Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

 

 

Anne et Mina nous ont concocté quelques rendez-vous :

  • Mardi 5 : un recueil de nouvelles ou une nouvelle.
  • Vendredi 8 : un classique (publié avant 1960).
  • Mardi 12 : un livre jeunesse.
  • Vendredi 15 : une bande dessinée.
  • Mardi 19 : lecture commune autour de Guy Goffette.
  • Vendredi 22 : un auteur flamand.
  • Mardi 26 : un roman policier

En ce qui me concerne, j’ai choisi cette année de me fixer un thème en particulier : pour la plupart, mes lectures auront en commun le fait d’évoquer un autre art, la peinture.  On connaît les rapports étroits qu’entretiennent la littérature et la peinture et c’est le cas bien sûr pour la littérature belge.

 

J’ai donc choisi de lire :

 

 

Excusez les fautes du copiste grégoire polet

 

 

La plage d'Ostende

 

 

Elle par bonheur et toujours nue

 

 

La vierge de bruges

 

 

Hubert

 

 

Il y aura également, en dehors de ce thème, un classique de Marie Gevers, La comtesse des digues,

La contesse des digues

 

et un billet sur un auteur et éditeur belge que j’aime beaucoup, Francis Dannemark.

 

La véritable vie amoureuse de mes amies...

 

 

A très bientôt donc pour le mois belge !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un mois italien très riche

le mois italien

Le mois italien organisé par Eimelle en octobre vient de se terminer et ce fut un grand succès. Les participants ont publié de nombreux billets et nous avons échangé sur des auteurs italiens de toutes sortes, mais pas seulement : chansons, poésie, films, reportages photos, cuisine et j’en oublie…

Certains billets concernant mes lectures italiennes ont été publiés uniquement sur mon blog Pages italiennes. Voici donc un récapitulatif des titres que j’ai chroniqués, avec leur lien :

 

Les livres :

Une fois, un jour, Erri de Luca

Histoire des lieux de légende, Umberto Eco.

-La concession du téléphone, Andrea Camilleri

-La fille du pape, Dario Fo.

-Je n’ai pas peur, Niccolo Ammaniti

-La fête du siècle, Niccolo Ammaniti.

-Roma enigma, Gilda Piersanti.

Nessuno sa di noi, Simona Sparaco (lu en VO)

-Plus haut que la mer, Francesca Melandri

Pinocchio, Carlo Collodi (lu en VO)

Caos calmo, Sandro Veronesi (lu en VO)

 

Les films :

Benvenuti al Sud.

La meglio gioventù.

Habemus papam.

 

Les promenades photographiques:

Lerici et le Golfe des poètes.

Torre del lago Puccini

Lucca

Le Cinque Terre.

 

Chez les autres participants, vous trouverez également des tas d’idées de lecture. Voici donc le lien vers le billet récapitulatif d’Eimelle. En ce qui me concerne, je retiendrai pour mes prochaines lectures italiennes :

  • Eva dort, de Francesca Melandri
  • Et je t’emmène, de Niccolo Ammaniti
  • Montedidio, de Erri de Luca

Tout cela bien sûr, lorsque j’aurai terminé la grande saga d’Elena Ferrante, dont je ne suis pour l’instant qu’au premier tome « L’amica geniale » (sur 4 tomes).

 

challenge italie

 

Un mois italien très riche, donc, mais comme l’a très bien dit Eimelle, pas de nostalgie, puisque le challenge Il viaggio se poursuit toute l’année sur son blog, avec comme nouveauté quelques rendez-vous particuliers, ou « focus ». Et l’on commence tout de suite avec Venise, au cours du mois de novembre. Vos lectures sur Venise peuvent d’ailleurs être jumelées avec le challenge vénitien que vous pouvez trouver ici.

 

Logo challenge vénitien

 

J’ai quant à moi renoncé à participer au mois québécois, malgré tout l’intérêt que je porte à la littérature du Québec, tout simplement par manque de temps. L’année prochaine, j’espère… En attendant, cap sur Venise, et sur d’autres littératures bien sûr. Au programme de ce mois de novembre, une monographie inédite de Stefan Zweig sur Verlaine, un récit de voyage  de Lausanne à Pékin en passant par Moscou, le dernier Astérix, un manga, « Cesare« , qui m’a été conseillé par Eve, une lecture commune avec Bianca sur « Le carrefour des écrasés«  de Claude Izner, de la littérature islandaise avec « D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds« , et un premier roman de l’irlandais David Lynch, « La déchirure de l’eau« .

 

 

Challenge Destination PAL : atterrissage, ma PAL d’arrivée

Le challenge Destination PAL organisé par Lili Galipette  est arrivé à son terme, tout comme les vacances, le 1er septembre. Il est temps de faire un petit bilan et voici donc, parmi ma PAL de départ, les livres lus (barrés) :

Destination PAL

 

-Prenez soin du chien, J.M Erre.

-Long week-end, Joyce Maynard.

Tar Baby, Toni Morisson.

-Fragonard, l’invention du bonheur, Sophie Chauveau.

-Les falsificateurs, Antoine Bello.

-Intrigue à l’anglaise, Adrien Goetz.

-Intrigue à Versailles, Adrien Goetz.

-Intrigue à Venise, Adrien Goetz.

-Un tour de passe-passe, Marco Malvaldi.

-Marie-Antoinette, de Stephen Zweig.

-Ruy-Blas, de Victor Hugo.

-Indiana, George Sand.

 

Bilan :   8 livres lus sur 12 prévus, mais je n’ai pas pu résister à quelques achats en librairie pendant mes vacances et j’ai lu en plus :

 

-Le bout du monde, Edith Reffet, dont la chronique suivra aujourd’hui.

-Anna de Noailles au bord du Léman, Marie-Victoire Nantet.

Le Paris de Modiano, Béatrice Commengé.

Sang dessus dessous, Claude Izner

-Marple, Poirot, Pyne et les autres, Agatha Christie

-La concession du téléphone, Andrea Camilleri.

Hiver noir, Cecilia Eckbäk.

 

Pour conclure, il a été difficile pour moi de me contraindre à respecter totalement mon premier choix : d’abord parce que j’aime suivre mes envies quand je lis, et celles-ci sont dictées par toutes sortes de considérations, comme mon humeur bien sûr, mais aussi la météo, et surtout le choix que je découvre en librairie sur mes lieux de vacances. Néanmoins, ce fut une bonne méthode pour préparer mes bagages, car elle n’autorisait plus de tergiversations de dernière minute !

 

 

Sang dessus dessous, le premier polar de Claude Izner

 

sang dessus dessous claude iznerPublié pour la première fois en 1999, ce premier roman policier de Claude Izner (pseudonyme des sœurs Liliane Korb et Laurence Lefèvre) a été réédité en 2013 par les Editions 10/18. Ce polar, qui se déroule à Paris en 1998, ne fait pas partie de la série des enquêtes de Victor Legris, mais il en annonce la couleur avec talent.

Dans « Sang dessus dessous », Milo Jassy est bouquiniste sur le quai des Grands-Augustins à Paris. Tandis qu’il s’absente pour prendre un café, une inconnue coiffée d’un bonnet-chat -une cagoule- dépose à son attention un paquet à sa voisine de stand, qui vend des souvenirs pour touristes. De retour, Milo, stupéfait, découvre trois livres emballés dans du papier journal, trois feuilles identiques de la même édition récente comportant un article relatant la découverte d’un libraire, assassiné dans sa boutique du XIème arrondissement.

Il s’agit de Roland Fresnel, un ami que Milo n’a pas revu depuis deux ans. Roland était aussi le frère de Nelly, ancienne petite amie de Milo. Ce dernier prend aussitôt contact avec Nelly et se rend chez elle. Nelly, qui était brouillée avec son frère, n’en sait pas davantage. Seul indice près du corps, des livres tailladés de Jules Verne, de la collection Hetzel, que la victime collectionnait.

Un deuxième meurtre est commis. Milo comprend rapidement qu’il doit résoudre cette énigme s’il ne veut pas connaître le même sort. Peu à peu, l’étau se resserre, poussant Milo, qui ne se connaît pas d’ennemis, à se pencher sur ses souvenirs, ses amours et amitiés anciennes.

« Sang dessus dessous » est un excellent policier. J’ai beaucoup aimé le personnage de Milo, cet érudit autodidacte qui a tout appris dans les bouquins qu’il lit, plus qu’il ne les vend. Personnage pourtant loin d’être extraverti, manquant de confiance en lui, Milo a toujours un bon mot littéraire. Il  partage avec Victor Legris, héros des autres enquêtes de Claude Izner, son amour des livres bien sûr, mais aussi « de la tendresse, un certain humour, une désinvolture évidente », comme le précise l’auteur dans son avant-propos. Autant d’ingrédients qui en font un séducteur auquel on s’attache bien vite. Je n’ai qu’un regret : que ce personnage ne soit pas devenu récurrent dans les romans de Claude Izner !

 

Sang dessus dessous, Claude Izner, collection Grands détectives n°4637, 10/18, Département d’Univers Poche, Paris, 2013, 255 p.

 

Lu dans le cadre du Challenge polars et thrillers de Sharon

thrillerpolar-pativore1