Archives de tags | roman

De pierre et d’os, Bérengère Cournut

Lorsqu’une douleur lui déchire le ventre, l’obligeant à sortir de l’igloo familial et à découvrir le sang qui lui coule entre les jambes, Uqsuralik ne se doute pas que sa vie est en jeu. Au même moment en effet, un grondement marque l’apparition d’une faille dans la banquise, dont les bords s’écartent irrémédiablement, isolant la jeune fille du reste de sa famille. Réveillé par le sinistre craquement, le père a le temps de lancer à Uqsuralik une amulette et une peau d’ours enroulée autour d’un harpon qui malheureusement se casse en retombant aux pieds de la jeune fille.

Habituée à chasser avec son père, et armée d’un courage qui force l’admiration, Uqsuralik utilise ses maigres ressources pour survivre. Elle parvient à rejoindre la terre ferme et à se faire accepter dans un groupe de trois familles qui se partagent une « maison d’hiver ». La lutte pour la survie ne s’arrête pas pour autant : Uqsuralik doit participer à la vie de la communauté dont l’activité principale tourne autour de la chasse.

Le roman de Berengère Cournut nous emmène à la découverte du peuple inuit, tel qu’il vivait il y a encore quelques décennies. La démarche de l’auteur est très intéressante car après de nombreuses lectures, puis des recherches longues et approfondies à la bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Paris, elle a opté pour la forme romanesque afin de nous faire découvrir le mode de vie traditionnel de ce peuple de chasseurs nomades du Grand Nord. Captivés par l’intrigue, nous sommes admiratifs devant le courage de l’héroïne qui ne cesse d’apprendre à survivre, dans toutes les circonstances de la vie. Et elles sont particulièrement rudes, froid extrême, famines, travail, naissances difficiles… De bonheur, il n’en est pas question, du moins celle-ci ne se pose pas. Ce qui compte c’est la survie, et parfois, grâce à la pratique du chamanisme, l’atteinte d’une certaine harmonie.

Le chamanisme étant très important pour les Inuits, Berengère Cornut a parsemé son roman de différents chants traditionnels en lien avec l’intrigue romanesque. Curieusement, alors qu’ils sont parfaitement intégrés dans le récit, cela m’a dérangée parce que j’ai ressenti à chaque fois une coupure dans le rythme de la narration. Les chants, forcément traduits, ne m’ont pas paru poétiques dans leur forme et ils venaient rompre la musique du roman qui se déroulait dans ma tête.

A ce détail près pour moi (car je n’aime généralement pas les chansons ou poèmes intégrés dans des romans), « De pierre et d’os » est un très beau roman qui nous immerge dans un quotidien inconnu et dépaysant. Davantage que proche de la nature et des animaux, l’homme en fait partie intégrante, il est ce maillon qui garantit l’équilibre de la nature, au même titre que les autres prédateurs, et il la préserve donc. Pour autant, la vie est d’une rudesse extrême, notamment pour les femmes qui pourtant montrent un courage peu ordinaire, comme l’héroïne du roman. Le livre en lui-même est très beau, et l’auteur nous offre en outre un cahier de photographies qui en fait un bel objet à s’offrir et à offrir.

« De pierre et d’os » a reçu le prix du roman FNAC 2019 et ne devrait pas s’arrêter là…

 

De pierre et d’os, Berengère Cournut, Edition Le Tripode, août 2019, 219 p.

 

6ème participation au challenge 1% de la rentrée littéraire chez Sophie

Publicités

Une bête au Paradis, Cécile Coulon

La vie au Paradis est rude : d’abord parce que c’est une ferme et que le travail y est difficile, même si Emilienne, Blanche et Louis ne s’en rendent pas compte. Mais c’est surtout parce que ce qui aurait pu être un petit paradis sur terre, avec une nature riante et un étang dans lequel la famille se baignait autrefois, n’est plus qu’un lieu où les fantômes se rappellent en trop grand nombre aux vivants.

Cela a commencé par un banal accident de voiture dans lequel les parents de Blanche et Gabriel ont laissé la vie. Gabriel est un enfant fragile, que sa grand-mère Emilienne laisse pleurer dehors pour qu’il évacue sa peine. Sa sœur Blanche, plus énergique, reprendra le dessus, cela ne fait aucun doute pour Emilienne qui porte la lourde tâche de guérir ses petits-enfants du malheur qui leur arrive, de les éduquer et de les aider à trouver une place dans la vie.

Emilienne possède le bon sens des terriens : « Il ne faut pas laisser la mélancolie s’installer. C’est une mauvaise coucheuse ». Elle punit sévèrement Blanche lorsque celle-ci frappe son petit frère : « Ne fais jamais de mal à un plus petit que toi. Jamais. Ou tu souffriras par un plus fort ». Elle ne s’épanche jamais, pourtant elle n’est pas dénuée de sentiments, c’est juste qu’elle ne les exprime pas. Emilienne est une femme solide, pudique, discrète et au fond, tellement bienveillante ! C’est aussi grâce à elle que Louis, battu dans sa famille, trouve un nouveau foyer et un travail au Paradis.

Blanche grandit, elle réussit à l’école. Elle y rencontre Alexandre, son premier et grand amour. Mais Alexandre est ambitieux, et sa réussite future passe forcément par la ville. Blanche « abandonnée » une première fois dans son enfance, supportera-t-elle la trahison ? Comment ces êtres qui ont tous souffert, Blanche, Gabriel, Emilienne, Louis, vont-ils exprimer leur douleur ?

« Une bête au Paradis » ne représente pas pour moi le coup de cœur de « Trois saisons d’orage », roman avec lequel j’ai découvert la fabuleuse Cécile Coulon. Mais j’y ai retrouvé la même force dans les personnages, la même écriture précise et directe qui colle si bien au récit. La tension est présente dès les premières pages avec la scène d’amour qui intervient alors que l’on saigne le cochon dans la cour de la ferme : c’est le quotidien de Blanche, un spectacle auquel elle est habituée, rien d’exceptionnel donc, alors pourquoi ne pas utiliser ce moment où l’attention de tous sera détournée ? Une entrée en matière qui annonce pour le lecteur quelque chose de sauvage, d’animal dans la relation naissante de Blanche et Alexandre.

Derrière la tragédie que vit la petite communauté du « Paradis », il y a aussi un questionnement, celui de l’attachement profond à la terre : un enracinement qui ne va pas de soi car les identités ne se construisent pas toutes de la même façon, à la campagne comme ailleurs. Quand il est là, cet attachement se traduit par la volonté de transmission, malgré les difficultés et l’isolement, et son accomplissement demande alors un grand sacrifice de soi. Jusqu’à la folie parfois.  Au bout du compte, ces héros vivent ce que tout homme connaît, amour, trahison, vengeance :  c’est finalement une histoire universelle que Cécile Coulon nous raconte et c’est sans doute pour cela qu’elle nous plait tant !

 

Une bête au paradis, Cécile Coulon, Editions L’iconoclaste, Paris, août 2019, 346 p.

 

5ème participation au challenge 1% de la rentrée littéraire.

Les prisonniers de la liberté, Luca di Fulvio

 

En 1912, le vieux continent est cruel pour beaucoup de ses enfants. En Sicile, Rosetta Tricarico tient tête au baron local à qui elle refuse de vendre sa terre qu’elle cultive seule depuis la mort de son père. Jolie, courageuse et seule, c’est en trop pour les hommes du village qui la traitent constamment de « bottana », et qui un jour, l’agressent et la violent. Quant au baron, lorsqu’il essaie à son tour de lui ravir son honneur, Rosetta se défend et le laisse pour mort : elle n’a plus qu’à fuir.

Fuir, c’est également ce que décide Rocco, sicilien lui-aussi. Ce fils d’un mafieux, mort quand il avait treize ans, traîne un héritage pesant, un destin tout tracé. Mais il refuse de devenir un assassin comme son père et se jure de tout faire pour échapper à la mafia.

Quant à Raechel, c’est une jeune juive russe misérable à qui la vie n’a pas fait de cadeau, si ce n’est un père bienveillant qui lui avait appris à lire. Lorsque celui-ci meurt lors d’une attaque contre sa communauté, Raechel décide de quitter un pays qui ne veut pas d’elle et de rejoindre des jeunes filles juives qu’une « association de bienfaisance » se charge d’emmener en Argentine pour qu’elles y deviennent domestiques dans de riches familles. Cette association, qui a réellement existé, exploitait en réalité de nombreux bordels en Argentine.

Rosetta, Rocco et Raequel prennent le même bateau pour le « nouveau monde ». Rosetta et Rocco font connaissance pendant le voyage, mais à l’arrivée, la jeune fille est arrêtée et Rocco se jure de tout faire pour la retrouver. Ces trois jeunes gens n’auraient jamais dû se rencontrer mais l’enfer de Buenos Aires va leur donner un destin commun…

Luca di Fulvio reprend les ingrédients qui ont fait le succès de ses trois romans précédents publiés en français chez Slatkine : une toile de fond historique qui développe un épisode de l’histoire du peuple italien, -ici l’émigration en Argentine au début du vingtième siècle-, et des héros courageux qui défendent un idéal, l’émancipation des femmes et la lutte contre les violences qu’elles subissent. Le tout est agrémenté de nombreux rebondissements : de la violence, énormément, des obstacles toujours plus difficiles à franchir, et quelques personnages abjects comme Amos, le baron et la princesse, mais aussi de l’amitié, de la solidarité, sans oublier une histoire d’amour.

Alors, si l’effet de surprise n’est plus là pour les désormais fidèles lecteurs de Luca Di Fulvio, « Les prisonniers de la liberté » se lit d’une traite comme « Les enfants de Venise », « Le gang des rêves » et « Le soleil des rebelles ». Il nous emporte dans un flot d’aventures très visuelles, dans un film écrit qui se déroule sous nos yeux : il faut dire que l’auteur, talentueux, est également scénariste.

Les héros des « prisonniers de la liberté » rêvent d’un monde nouveau et ils quittent tout pour se rendre compte que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Puisant des forces dans leur volonté, faisant preuve d’une énergie sans mesure, ils comprennent que c’est à eux qu’il revient de construire une nouvelle société en combattant les injustices les unes après les autres.

Par ce roman, l’auteur a souhaité, comme il l’explique dans la postface, dénoncer l’exploitation sexuelle des femmes et s’élever contre le sort réservé, sur les trottoirs européens, aux esclaves venues d’Europe de l’Est et d’Afrique. Parce que, même si nous n’en sommes plus aux bordels de Buenos Aires, il reste encore beaucoup à faire.

 

Les prisonniers de la liberté, Luca di Fulvio, traduit de l’italien par Elsa Damien, Slatkine et Cie, 12 septembre 2019, 654 p.

 

Je remercie Marion, des Editions Slatkine et Cie, de m’avoir donné l’opportunité de lire ce roman. 

4ème participation au challenge de la rentrée littéraire chez Sophie, Challenge « Il viaggio » chez Martine et 2ème participation au challenge « Pavé de l’été« .

 

 

Une journée d’automne, Wallace Stegner

 

Margaret enterre son mari. Cette femme de quarante-sept ans, vieillie prématurément, porte les traces de l’amertume qui gouverne sa vie depuis tant d’années. Elspeth, sa sœur cadette, admet que la tristesse ne la quittera plus. Quant à Malcom, il cache son chagrin dans sa chambre.

Flasback, dix-huit-ans plus tôt : Margaret rayonne de bonheur lorsqu’au bras d’Alec, son mari, elle se rend à la gare pour accueillir sa jeune sœur Elspeth qui arrive d’Ecosse ; celle-ci vient s’installer dans la ferme de sa sœur et son beau-frère, dans l’Iowa.

La jeune fille de vingt-deux ans découvre une magnifique propriété dotée du confort moderne et elle apporte son enthousiasme communicatif aux habitants de la ferme, Margaret et Alec, mais aussi Minnie la gouvernante, Ahlquist, l’ancien fermier devenu ouvrier agricole, qui travaille pour rejoindre femme et enfants en Norvège, son pays natal. Elspeth se sent proche d’Ahlquist, dont elle comprend la nostalgie et la solitude. Mais Margaret conseille à sa jeune sœur de ne pas trop se montrer en compagnie de l’ouvrier agricole, car elle doit tenir son rang et cela pourrait faire jaser…

« Une journée d’automne » est un court roman inédit en français de Wallace Stegner. Il s’agit pourtant de la première œuvre que le grand écrivain américain a publiée, en 1937, et dans laquelle il fait preuve d’une maîtrise remarquable. Ce roman est l’histoire banale d’un drame conjugal qui bouleverse plusieurs vies. Le puritanisme de l’époque empêche les protagonistes de communiquer. Margaret n’envisage jamais le pardon qui seul, permettrait à la vie de reprendre son cours : des vies gâchées par une rigidité d’esprit et une petitesse qui n’ont d’autre source que la peur du regard des autres et qui conduit à rejeter la vie-même, à condition de préserver l’apparence de la décence.

L’écriture est très évocatrice, qu’il s’agisse des paysages de l’Iowa et de la description de la ferme, -terres fertiles, paysages riants apportant bien-être et sérénité, malgré la menace subtile des sables mouvants-, ou des sentiments des personnages qui petit à petit basculent dans la colère, la tristesse puis l’amertume. Des personnages qui se trouvent à la fin physiquement marqués par la vie qu’ils ont menée, parce qu’ils ont accepté leur malheur et s’y sont complus, tandis qu’à l’extérieur, la nature est toujours aussi belle.

Une belle lecture, très émouvante.

 

Une journée d’automne, Wallace Stegner, traduit de l’américain par Françoise Torchiana, éditions Gallmeister n°114, septembre 2018, 150 p.

 

Lu dans le cadre du mois américain chez Martine, du challenge Objectif Pal chez Antigone.

 

Rentrée littéraire : La grande escapade, Jean-Philippe Blondel

 

Le nouveau roman de Jean-Philippe Blondel ne se raconte pas : la trame est simple, puisque l’on assiste à une année de la vie de quelques personnes qui habitent sur le site du groupe scolaire Denis-Diderot, dans une ville de province de l’Est de la France. Nous sommes en 1975, et les institutrices et instituteurs bénéficient encore de logements de fonction. Ils sont donc quelques couples, avec leurs enfants, à vivre dans le même bâtiment, sur leur lieu de travail. L’auteur nous fait entrer dans le quotidien de chacun, nous faisant assister aux préoccupations, aux commérages mesquins ainsi qu’aux jeux de séduction qu’implique cette promiscuité.

Au-delà de la vie des personnages, c’est un monde en pleine mutation que Jean-Philippe Blondel pointe du doigt. Quelques années après mai 68, les tendances qui vont sous-tendre notre société pendant plusieurs décennies se dessinent, entre les tenants du progressisme et les conservateurs : la querelle entre les anciens et les modernes s’affirme sous nos yeux et le petit groupe scolaire composé d’une école maternelle et d’une école primaire en ressent les premiers effets.

C’est aussi le début de la mixité à l’école, de la grande consommation et des vacances de masse et enfin de l’émancipation des femmes. Les personnages féminins en sont conscients et leurs conjoints ne sont pas tous favorables à ces changements. D’ailleurs, chacun des personnages le répète, avec une connotation plus ou moins positive : « le monde est en train de changer ». La fin abrupte n’a finalement pas d’importance, si ce n’est de nous rappeler que l’essentiel est de « se précipiter sur ceux qui nous entourent encore pour les assurer de notre amour ».

Comme dans « Un hiver à Paris » du même auteur, j’ai trouvé que dans « La grande escapade », les parties étaient de qualité assez inégale. C’est clairement dans la quatrième partie que je suis vraiment entrée dans le roman et que je me suis attachée aux personnages. Et c’est sûrement pour cela que j’ai trouvé la fin un peu brutale et que j’aurais aimé continuer encore un peu.

Ceci dit, j’ai beaucoup aimé l’évocation de l’ambiance des années soixante-dix qui m’a semblé très juste. Enfin, pour finir par le meilleur, j’ai énormément apprécié l’humour, fin et léger qui émaille l’ensemble du récit. Est-ce dû au style indirect libre et à la distanciation qu’il introduit, comme un œil ironique qui contemple tout ce petit monde ?  Une lecture que je recommande aux nostalgiques de ces années-là, et qui pourra aussi intéresser les moins de cinquante ans, d’autant que les thèmes évoqués dans le roman sont toujours très actuels.

Je remercie Netgalley pour sa confiance, ainsi que les Editions Buchet-Chastel.

#LaGrandeEscapade #NetGalleyFrance

 

La grande escapade, Jean-Philippe Blondel, Editions Buchet-Chastel, Paris, 15 août 2019, 272 p.

 

1ère participation au challenge 1% de la rentrée littéraire chez Sophie.

 

 

Un bon samaritain, Matthieu Falcone

Pierre Saintonge est un homme qui, à première vue, n’attire pas la sympathie. Il est prompt à la critique en toutes circonstances. Il détonne dans le milieu universitaire où il est professeur, parce qu’il n’hésite jamais à dire ce qu’il pense. Il déteste plus que tout le politiquement correct, non pas par esprit de contradiction mais parce qu’à la différence de nombre de ses contemporains, il aime réfléchir, aller au fond des choses et mettre en évidence toutes les nuances d’une idée.

C’est aussi un grand amateur de femmes, qui célèbre la beauté et l’élégance des parisiennes, même s’il a du mal à comprendre les paradoxes des « filles d’aujourd’hui ».  Son meilleur ami, qui est le narrateur, le décrit comme un homme qui a abandonné les « complications intérieures » en même temps que son aspiration à être un intellectuel, pour davantage de pragmatisme. S’il n’est pas d’accord avec lui sur certains points, notamment en politique, le narrateur reste l’ami de Saintonge par fidélité à leur passé et parce qu’il aime son charisme.

Le roman s’ouvre sur une exposition d’art contemporain que visitent les deux amis. Saintonge critique les « nippes de migrants » utilisées par l’artiste pour attirer les bobos. Il fustige ceux qui ne voient pas à long terme ce que la politique d’accueil envers et contre tout pourrait avoir comme conséquences. Pourtant, quand il rentre chez lui et butte sur trois migrants allongés par terre dans le froid, il n’écoute que son cœur et les fait monter chez lui. Le lendemain, Mylène, sa femme, découvre stupéfaite les trois hommes endormis dans son salon. Saintonge va rapidement forcer l’admiration de ses amis qui prônaient l’accueil à tout va sans jamais être capables de mettre leurs paroles en pratique. Mais cela ne va pas être du goût de tout le monde…

Voilà un roman tour à tour grinçant et drôle, qui affronte le politiquement correct et dénonce les paradoxes et l’hypocrisie de notre temps : Matthieu Falcone introduit des nuances, nous conduisant à réfléchir au-delà de l’idéologie commune, ce qui est intéressant intellectuellement. Il est très bien écrit, avec des subjonctifs passé et des termes peu usités, ce qui peut sembler pédant mais sied finalement à la pensée du personnage principal.

Bref, un premier roman décoiffant, un peu à la Houellebecq, dont on parle trop peu.

 

Un bon samaritain, Matthieu Falcone, Gallimard, collection Blanche, novembre 2018.

Poupée volée, Elena Ferrante

Leda se réveille à l’hôpital. Elle a perdu le contrôle de sa voiture. Elle a eu beaucoup de chance : sa seule blessure est sans gravité, mais c’est une « lésion inexplicable ». Pour comprendre, elle déroule le fil de ses souvenirs : se sentant libérée de son devoir maternel parce que ses deux filles étaient parties rejoindre leur père et travailler au Canada, Leda est partie en vacances dans les Pouilles. Elle s’est installée dans un appartement de location pour tout l’été et se réjouissait à l’idée d’avoir tout son temps pour travailler, lire et écrire. Sur la plage, elle rencontra une famille napolitaine et se trouva fascinée par une jeune femme, Nina, mère d’une petite fille Elena.

Cette rencontre fut l’occasion pour elle se s’interroger sur son rapport à la famille. Leda voulait se raconter à ses filles, leur expliquer ce qu’elle avait du mal à comprendre elle-même : pourquoi, alors qu’elles étaient petites, elle les avait abandonnées à leur père pendant plusieurs années ? Leda voulait aussi approcher Nina, la jeune mère napolitaine, pour en faire une sorte de « fille extérieure » :

« Quelle sottise de croire que l’on peut se raconter à ses enfants avant qu’ils aient au moins cinquante ans ! Prétendre qu’ils nous voient comme une personne et non comme une fonction. Leur dire : je suis votre histoire, c’est avec moi que vous commencez, écoutez-moi, cela pourrait vous servir. Nina, en revanche, je ne suis pas son histoire, Nina pourrait même me voir comme un futur. Me choisir comme compagnie une fille qui me serait extérieure. La chercher, l’approcher. »

Mais sans savoir pourquoi, sur la plage, la narratrice vola la poupée de la petite Elena. Elle pouvait encore s’en sortir en ramenant le jouet le lendemain, et en expliquant avoir continué ses recherches dans la soirée, pour aider Nina, dont la petite fille pleurait la perte de la poupée. Mais le voulait-elle vraiment …?

« Poupée volée » a été publié en 2006 et contient la plupart des thèmes qui seront développés quelques années plus tard dans la saga d’Elena Ferrante, « L’amie prodigieuse ».  La poupée volée, centrale dans ce roman, sera une anecdote dans L’amie prodigieuse. Mais une anecdote sur laquelle l’auteure insistera pourtant. La lecture de « Poupée volée » éclaire donc – ou interroge du moins- certains épisodes de « L’amie prodigieuse » : quel souvenir douloureux est donc lié à la perte de la poupée ? Et dans « Poupée volée », quel acte Leda est-elle obligée d’expier malgré elle, pourquoi cette culpabilité ? Pourquoi Leda ne comprend-elle pas certains de ses actes ? En revient-on toujours au thème de l’abandon ?

Parmi les autres thèmes, on retrouve également celui de la maternité et de ses difficultés, notamment face à la vie professionnelle, mais aussi le poids qu’exerce la famille napolitaine populaire sur ses membres, et le rôle du dialecte qui est ici encore, comme dans « L’amour harcelant », négatif parce que violent et révélateur de la culture familiale. Et enfin, la difficulté à évoluer dans un milieu cultivé, lorsque l’on est issu d’un quartier défavorisé, malgré des études universitaires réussies.

J’ai préféré ce roman à celui de « L’amour harcelant », parce qu’il est moins cru et moins dur. Il n’en reste pas moins dérangeant, notamment parce qu’il soulève beaucoup de questions qui restent sans réponses. Et parce que l’on s’interroge inévitablement sur la récurrence des thèmes et anecdotes que l’auteure aborde dans chacun de ses romans et sur leur genèse.  Quant à l’héroïne, Leda, elle ressemble beaucoup à Lenu, et elle m’a paru touchante dans son incapacité à mener une vie normale et dans sa souffrance face au fait d’avoir été une mauvaise mère. Elena Ferrante, quant à elle, continue de m’intriguer, très favorablement d’ailleurs, et je terminerai donc bientôt la découverte de ses romans avec « Les jours de mon abandon »…

Poupée volée, Elena Ferrante, traduit de l’italien par Elsa Damien, Folio n°6351, 196 p.

 

Livre lu dans le cadre du mois italien chez Martine, et du challenge Objectif Pal chez Antigone.