Archives

Avant que les ombres s’effacent, de Louis-Philippe Dalembert, sélection Prix meilleur roman Points.

 

Ruben Schwarzberg est né en Pologne, dans une petite ville placée sous administration russe. Il fait partie de l’importante communauté juive de la ville. L’enfant n’a que cinq ans lorsque sa famille décide de franchir la frontière et de s’établir en Allemagne, suite à des brimades de plus en plus fréquentes imposées aux juifs. Ruben trouve rapidement ses repères à Berlin et y entame des études de médecine.

En 1933, le « petit caporal » accède au pouvoir. Quand Ruben s’aperçoit de l’hostilité qui se développe envers les juifs, la situation est déjà inquiétante. C’est la nuit de cristal en 1938 qui pousse la famille à partir une nouvelle fois : toute la tribu Schwarzberg, à l’exception de Ruben et de son oncle Joe, finit par s’exiler, après quelques tergiversations sur l’endroit où aller se réfugier.

A partir de là, l’on suit les tribulations du jeune médecin, en Allemagne d’abord où il est emprisonné à Buchenwald, puis à Paris où il est accueilli par la diaspora haïtienne et enfin en Haïti où il s‘installe définitivement à la faveur d’un décrêt qui accorde alors la naturalisation immédiate à tous les juifs qui le souhaitent.

L’auteur Louis-Philippe Dalembert, originaire d’Haïti, attire ainsi notre attention sur la politique d’accueil qu’a pratiquée la petite république à l’égard des juifs pendant la seconde guerre mondiale. Haïti qui, en 1941, n’avait pas hésité à déclarer la guerre au III ème Reich et à son allié, le Royaume d’Italie !

Le roman se déroule comme une saga familiale qui s’achève en 2010, lorsque le médecin très âgé reçoit sa petite nièce venue en tant que bénévole aider le pays à se remettre du terrible tremblement de terre.  La rencontre est l’occasion pour Ruben de raconter sa longue histoire, ses déménagements successifs et ses enracinements nouveaux, grâce à sa capacité d’intégration et à son ouverture d’esprit -il apprend en effet le créole très rapidement, accepte de se plier à certains rites vaudous pour ne pas froisser ceux qui l’accueillent-, grâce surtout à sa détermination et enfin, à quelque chose de peu rationnel, de l’ordre de l’émotion ou du divin :

« L’intime conviction de se retrouver enfin à la maison, après un long temps d’errance et de péripéties.  La découverte du pays réel lui apporta l’impression que cette terre entrait dans la composition de sa chair, qu’il n’avait vécu jusque là que pour la rencontrer ».

« Avant que les ombres s’effacent » est un roman très intéressant, bien écrit, auquel il a manqué un petit quelque chose, peut-être un peu de naturel, pour que je le retienne parmi mes favoris de cette sélection pour le Prix du Meilleur roman Points. Il reste cependant reste un roman à découvrir, si le sujet vous intéresse.

Avant que les ombres s’effacent, Louis-Philippe Dalembert, Points n°P4770, avril 2018, 283 p.

 

Sélection du Prix du Meilleur roman Points

Publicités

Pékin pirate, Xu Zechen, sélection Prix Meilleur Roman Points.

Dun Huang sort de prison en pleine tempête de sable. Il ne sait pas où aller dans ce Pékin qu’il connaît si mal. Lorsqu’il rencontre une jeune femme qui vend des DVD, il saisit sa chance et accepte d’aller au restaurant avec elle mais il tient à l’inviter, même s’il a très peu d’argent. Xia n’est pas dupe et comprend vite que Dun Huang a besoin d’aide.

Bientôt celui-ci s’installe chez elle. Avant, Dun Huang vendait des faux papiers. Son chef, Bao Ding, se trouve toujours en prison et Dun Huang décide d’essayer de rassembler l’argent nécessaire pour payer la caution de Bao Ding. Dun Huang, bandit loyal, est en effet reconnaissant à Bao Ding d’avoir endossé les responsabilités. Dun Huang demande alors à Xia s’il peut vendre le stock de DVD pornos que celle-ci cache sous son lit.  Mais le copain de Xia, l’énigmatique Kuang, semble devoir rentrer à la maison et Dun Huang doit donc partir à la recherche d’un nouveau toit, dans un Pékin à nouveau balayé par l’ouragan…

C’est un récit apparemment très réaliste que Xu Zechen nous livre dans « Pékin pirate », celui d’un pays en pleine mutation, la Chine des années 2000. Les laissés pour compte du capitalisme à la chinoise rejoignent la capitale où ils vivent d’expédients, sans perdre de vue leurs rêves modestes, avoir un toit et fonder une famille.

Les phrases courtes qui se succèdent souvent sans connecteurs logiques donnent au roman un rythme saccadé qui empêche, en ce qui me concerne, la fluidité de la lecture, mais qui colle finalement très bien au fond. L’auteur s’en tient en effet au factuel, ne s’embarrassant pas de descriptions psychologiques. Les personnages se parlent mais ils communiquent finalement peu entre eux.

Cette petite incursion dans la littérature chinoise contemporaine est certes intéressante, mais ne me laissera pas de grands souvenirs. Et cette avant-dernière lecture pour le Prix du Meilleur Roman Points ne reviendra pas remettre en cause mon choix de vote, à moins que le roman de Louis-Philippe Dalembert ne me fasse changer d’avis !

Pékin pirate, Xu Zechen, traduit du chinois par Hélène Arthus, Points P4742, février 2018, 186 p.

 

 

 

Nous dormirons quand nous serons vieux, Pino Corrias.

 

D’entrée de jeu, Pino Corrias nous présente les trois personnages de son roman : Oscar Martello, producteur de cinéma prêt à tout -vraiment tout-, Andrea Serrano, scénariste un peu naïf et timide qui déguise sa lâcheté en élégance, et Jacaranda Rizzi, actrice très jolie qui a beaucoup souffert pour, peut-être un jour, réaliser son rêve…

Le pitch ? Oscar Martello a produit un film auquel il ne croit pas. Pour éviter la faillite qui le menace, il invente un stratagème destiné à doper les entrées dès que le film sera à l’affiche. Car Oscar Martello ne peut renoncer à son rêve, acheter Cinecittà et en refaire le temple du cinéma d’antan, rien que cela ! Il organise donc la disparition de l’actrice principale du film et l’envoie en compagnie d’Andrea à Paris dans un appartement qu’il vient d’acquérir. L’opération lui permettra, par la même occasion, de transférer discrètement de l’argent à l’étranger.

Mais l’intrigue peine à démarrer, l’auteur préférant nous présenter le « Supermonde », celui du cinéma, de la Jet set, qui se résume à une succession de soirées où règnent en maîtres le luxe, l’alcool et les drogues : une vie frénétique sans but, si ce n’est l’avidité, où chacun est prêt à se vendre pour une photo dans un magazine, pour un rôle dans un film. C’est une « Dolceroma » bien amère qu’il nous présente, symbole de l’ère post-berlusconienne et capitale d’un pays à la dérive.

Si l’on pense très vite au superbe film de Paolo Sorrentino, « La grande bellezza », on évitera de comparer pour ne pas rester sur notre faim. « Nous dormirons quand nous serons vieux » est la chronique amère du lancement d’un film qui nous décrit le cinéma italien contemporain comme un monde décadent et agonisant.  Et c’est à peu près tout. Pendant tout le roman, on attend quelque chose qui n’arrivera jamais : tout est prévisible, rien d’original, pas de rebondissements, les personnages correspondent à l’idée que l’on se fait d’eux. Journaliste, producteur pour la télévision, scénariste, Pino Corrias connait bien le milieu qu’il décrit. Peut-être trop ? En tout cas, le roman apporte peu au lecteur, et sera loin de figurer parmi mes favoris de cette sélection !

 

Nous dormirons quand nous serons vieux, Pino Corrias, traduit de l’italien par Jacques Barbéri, Points Seuil n°P4743, février 2018, 323 p.

 

Sélection pour le Prix du Meilleur roman Points

 

 

Une bouche sans personne, Gilles Marchand

 

Le cinquième roman que j’ai lu de la sélection pour le prix du Meilleur roman Points m’a étonnée et ravie, au point de constituer, parmi ces lectures, mon premier coup de cœur. J’ai été étonnée, parce que ni le titre, ni la quatrième de couverture ne m’auraient incitée à acheter ce roman que je n’avais d’ailleurs pas remarqué lors de sa parution, passant ainsi à côté d’un excellent premier roman. Ravie parce que j’ai découvert un livre certes très douloureux par l’épisode historique auquel il fait référence, mais jamais pesant parce que l’auteur en a fait un bijou de poésie et d’imagination.

Gilles Marchand nous plonge dans le quotidien gris et monotone d’un petit comptable qui dissimule en permanence sa bouche et son cou sous une épaisse écharpe. L’homme préfère être seul, bien qu’il se présente comme n’étant ni agoraphobe ni misanthrope. On se doute qu’un traumatisme doit être à l’origine de son comportement…

En dehors de son travail, où il préfère éviter tout lien et donc toute conversation avec ses collègues, le narrateur se rend tous les soirs dans un bar où il retrouve Sam, un taiseux comme lui, et Thomas, un homme plus âgé et également plus bavard. Quant aux deux « femmes de sa vie », ce sont sa boulangère, qui le gratifie chaque matin du seul temps qu’elle connaît, le futur, et avec laquelle il lutte pour ne pas « abdiquer ses principes de conjugaison », et Lisa, la jolie serveuse qu’il aime en silence, parce qu’elle est bien trop belle pour lui.

Chaque soir, le narrateur retrouve Sam, Thomas et Lisa et passe quelques heures avec eux à jouer à la belote, écouter de la musique et parfois, seulement, à discuter. Mais ses trois amis s’interrogent sur son secret et, parce qu’ils savent que parler le sauvera, ils finissent par le pousser à raconter son histoire. Quelques clients du café tendent l’oreille, et bientôt, ils seront nombreux chaque soir à venir écouter l’histoire de l’homme à l’écharpe. Celui qui avait « cadenassé solidement » son « armoire à souvenirs » doit affronter le passé, « le poème et la cicatrice » qui dormaient en lui depuis si longtemps. Comme dans « La conscience de Zeno », ce roman italien du début du vingtième siècle que son grand-père lisait, le narrateur va laisser ses souvenirs remonter à la surface petit à petit au cours des soirées au café qui représentent pour lui autant de séances de psychanalyse.

Dans la profusion actuelle de livres publiés, la littérature se fait rare mais elle existe toujours et le roman de Gilles Marchand en fait partie : une histoire sombre -dont le traumatisme originel est inqualifiable-, sublimée par le regard empli d’imagination que le narrateur porte sur le quotidien et par l’atmosphère particulière qu’il crée, des personnages bien croqués mais qui laissent aussi la place à l’imagination du lecteur, de l’amitié, une fantaisie douce qui devient poésie … font d’ «Une bouche sans personne» une très belle histoire.

 

 Coup de cœur 2018 !

 

Une bouche sans personne, Gilles Marchand, Points Seuil n° P4659, octobre 2017, 260p.

 

Prix du Meilleur roman Points

 

 

 

Six degrés de liberté, Nicolas Dickner

Voici ma quatrième lecture dans le cadre du Prix du Meilleur roman des lecteurs de Points. « Six degrés de liberté » est le troisième roman du canadien Nicolas Dickner. Son premier roman, « Nikolski » a remporté un grand succès. Nicolas Dickner est aussi l’auteur de nombreuses nouvelles.

 

Que ce soit à l’école ou lorsqu’elle aide son père à vider des maisons qu’il achète pour les rénover et les revendre, Lisa s’ennuie. D’autant que le week-end, quand elle se rend chez sa mère dépressive, celle-ci n’a qu’une idée en tête, l’emmener chez Ikea pour sa sacro-sainte promenade hebdomadaire dans le temple de la consommation. Alors, lorsque son seul ami, Eric, un jeune hacker surdoué et agoraphobe quitte le Québec pour suivre sa famille au Danemark, c’est est trop pour Lisa qui n’a plus qu’une idée en tête, partir le rejoindre sans laisser de traces. Un défi que les deux jeunes vont relever en utilisant leurs capacités : l’un est un as de l’informatique, l’autre du bricolage et de la « débrouille ».

Pendant ce temps, Jay, policière en liberté conditionnelle -on ne sait pas ce dont elle s’est rendue coupable-, lassée de son travail d’analyste de données aux fraudes économiques, se lance sur les traces d’un conteneur fantôme sur lequel ses collègues enquêtent : « Papa Zoulou », c’est le nom dudit conteneur (!), a disparu après que les bases de données ont été mystérieusement manipulées…

On comprend vite que Lisa et Eric ont quelque chose à voir avec ce conteneur, même si la narration entrecroisée évoque deux périodes qui ne se déroulent pas en même temps au début du roman.  L’idée intéressante et originale de Nicolas Dickner nous fait découvrir un monde dont on a du mal à se représenter l’importance : celui du trafic maritime des conteneurs, né de la mondialisation. Avec en arrière-plan, une réflexion sur les excès de notre époque et les privations de liberté qu’ils induisent.

Pour autant, je n’ai pas adhéré totalement au traitement de l’intrigue. Beaucoup de détails techniques m’ont ennuyée, trop de descriptions également, ainsi dès les premières pages lorsque Lisa aide son père à nettoyer la maison qu’il va rénover. Le roman est très documenté, trop sans doute à mon goût, dans un domaine qui m’intéresse très peu. Les temps utilisés m’ont également gênée : au début tout particulièrement, l’auteur passe du présent au passé simple ou à l’imparfait d’une manière déroutante, ce qui a rendu ma lecture moins fluide. Il en va de même pour les nombreux acronymes qui obligent à se référer à une liste en fin de volume. La seconde partie en revanche entre dans le vif du sujet et m’a davantage emportée, mais nous en étions déjà à plus de la moitié du roman.

Une chose est sûre, « Six degrés de liberté » ne sera pas mon roman préféré. Question de goût, indéniablement : je ne remettrai pas en cause le talent de l’auteur. D’ailleurs, d’après ce que j’ai pu lire chez les autres jurés, les avis sont partagés sur ce roman. Je vous invite donc à vous faire votre opinion en découvrant les critiques et commentaires sur le site des éditions POINTS.

 

Six degrés de liberté, Nicolas Dickner, Points, n° P4706, janvier 2018, 310 p.

 

 

Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud

 

Etre juré d’un prix littéraire est très intéressant pour de nombreuses raisons, et notamment parce qu’il oblige à lire des livres auxquels on ne se serait pas forcément intéressé. C’est le cas du roman de Maëlle Guillaud, « Lucie ou la vocation », qui traite de religion et du choix d’entrer dans les ordres, qui n’avait pas attiré mon attention lors de sa parution en 2016.

Lucie est en khâgne dans un prestigieux lycée parisien mais la compétition impitoyable qui règne dans cette classe préparatoire ne convient pas à la jeune fille qui ne supporte plus la pression. Celle qui se prépare à une brillante carrière se trouve emplie de doutes. Depuis quelques temps, elle se rend dans la cour d’un couvent en compagnie de Mathilde, une amie catholique pratiquante. L’amour et la sérénité qu’elle y ressent la conduisent à rencontrer la mère supérieure et très rapidement, à entrer en noviciat : pourquoi ne pas vivre sa foi, devenir l’épouse de Dieu, lui sacrifier sa vie ?

C’est une congrégation prestigieuse, contemplative, mais aussi très dure, que Lucie a choisie : il lui faudra un jour faire vœu de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. Dès les premiers jours, Lucie est confrontée à la difficulté d’obéir et se retrouve à nouveau en proie au doute, un sentiment qui ne la quittera plus.

Outre le point de vue de Lucie la narratrice, ce court roman nous offre celui de sa meilleure amie Juliette, qui a bien du mal à comprendre le choix de Lucie. Juliette brûle d’envie d’aider Lucie à sortir de ce qu’elle considère comme une prison, un enfermement qui ne peut être que l’œuvre d’une secte. Elle se met à haïr ce dieu qui lui a volé sa meilleure amie. Fidèle, elle continue à écrire et à rendre visite à Lucie, et essaie de comprendre, encore et toujours.

A l’intérieur du couvent, les choses ne se passent pas comme Lucie l’avait imaginé. Les pires défauts humains règnent : hypocrisie, jalousies, mensonges, cruauté, manipulation. Le prieuré n’est finalement que le reflet de la société. L’arrivée de Mathilde ne soulagera pas Lucie, bien au contraire. Il n’y a qu’un père jésuite, ancien ami du père de Lucie, qui parviendra à lui apporter quelque réconfort.

Le sujet est original et intéressant, mais le traitement parfois un peu abrupt et rapide : on se demande comment une jeune fille moderne en arrive à prendre la décision d’entrer dans les ordres aussi rapidement. On comprend vite que Lucie est éprise d’absolu, mais on regrette que son cheminement ne soit pas plus détaillé. Il en va de même à la fin, lorsqu’elle prend sa décision finale.

Pour autant, ce premier roman est bien écrit, fluide et prenant. Il présente l’intérêt de nous emmener dans une réflexion hors du temps. Un temps qui d’ailleurs, ne se déroule pas comme à l’ordinaire : dans « Lucie ou la vocation », les années passent sans que l’on s’en aperçoive, le temps semble immuable. Et se posent les questions essentielles : exerçons-nous vraiment notre liberté ? Détenons-nous vraiment le pouvoir de choisir notre vie ?

 

Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud, Editions Points Seuil, Paris, septembre 2017, 201 p.

  

Livre lu dans le cadre du Prix du meilleur roman Points seuil 2018.

 

 

Eclipses japonaises, Eric Faye

 

Dans le cadre de la sélection pour le Prix du Meilleur Roman points, je poursuis mes lectures avec le très beau roman d’Eric Faye, « Eclipses japonaises ».

 

« Les histoires comme celles-ci sont pareilles au Nil, elles n’ont pas un commencement. Elles en ont une myriade. Et toutes ces sources engendrent des rus qui se jettent, l’un après l’autre, dans le cours principal du récit -le grand fleuve ».

 

C’est ainsi qu’Eric Faye nous emmène dans les années soixante en Asie, au plus fort des tensions entre les deux Corées et le Japon. La grande histoire, celle des relations internationales exacerbées que connaissait cette zone du monde pendant la guerre froide, est aussi faite du tissage des destins de tant d’anonymes qui se sont vus dérober leur vie : dépossédés de leur libre arbitre, privés à tout jamais de leur famille. Ces « Eclipses japonaises », ce sont ces Japonais disparus, « évaporés », car enlevés sans qu’aucune trace ne permette jamais à leurs proches de comprendre ce qu’il s’est passé, ni de faire le deuil.

C’est le cas de Naoko, une jeune japonaise enlevée à l’âge de treize ans, propulsée dans l’univers glacial du totalitarisme nord-coréen et qui devra apprendre le coréen avant de se voir assigner la tâche d’enseigner un japonais parfait, verbal et non-verbal, jusqu’aux comptines enfantines, à des futurs espions de Corée du Nord.

Naoko croisera une autre japonaise, Setsuko, de quelques années plus âgée, enlevée en même temps que sa mère dont elle est sans nouvelles, à qui elle devra également enseigner le coréen. Et puis, il y a ce soldat américain, le caporal Selkirk, qui surveille la ligne d’armistice depuis un poste d’observation Sud-coréen, et dont l’angoisse grandit face aux rumeurs concernant l’envoi probable de sa compagnie au Vietnam.

Enfin, parce que les victimes sont aussi à l’intérieur, Sae-Jin, « Perle de l’univers », jeune nord-coréenne, étudiante brillante parlant un excellent japonais, est enrôlée pour servir son pays, en devenant agent secret et, au gré des missions qui lui seront imposées, rien moins que terroriste.

Les faits sont romancés mais historiques. Derrière une couverture et un titre énigmatique, Eric Faye nous propose une enquête sur les traces de ces oubliés de l’histoire dont on commence à parler depuis quelques années. Mais il s’agit bien d’un roman, qui allie à une belle écriture toute en retenue, l’expression d’une empathie envers ses personnages. L’auteur ne se contente pas de révéler les faits, il explore les sentiments qu’éprouvent ces « eclipsés » tout au long de leur vie, les difficultés qu’ils ont eu à s’habituer à la vie qui leur a été imposée, mais aussi celles qu’ils éprouveront, pour certains, à retrouver ou découvrir un jour leurs origines.

Une lecture passionnante qui donne envie d’en savoir plus sur cette période de l’histoire et cette partie du monde, mais aussi un roman émouvant, à ne pas manquer !

 

Eclipses japonaises, Eric Faye, Points seuil n°P4620, septembre 2017, 225 p.