Rentrée littéraire : Borgho vecchio, Giosuè Calaciura

« Borgho Vecchio » est très différent de tous les romans italiens que j’ai lus. Ce n’est d’ailleurs pas un roman à proprement parler, mais plutôt une succession de tableaux qui m’a fait penser à certains films à sketchs du néo-réalisme italien. L’auteur nous propose en effet une série de scènes qui permettent d’évoquer le quotidien d’un quartier palermitain voué à la misère totale.

Parmi les principaux protagonistes, on retrouve deux jeunes amis, Mimmo et Cristofaro qui aimeraient tous deux avoir pour père Toto, le pickpocket le plus adroit et le plus rapide du quartier. Ils n’ont d’admiration pour personne d’autre que ce pauvre orphelin qui vit de larcins et qui cache son pistolet dans sa chaussette, parce qu’il sera ainsi plus difficile de le sortir. Une arme que Mimmo voudrait lui dérober afin de tuer le père de son ami Cristofaro.

Cristofaro est en effet battu par son père. Tout le quartier entend ses hurlements, et pressent donc le destin de Cristofaro, mais personne ne fait jamais rien pour l’arrêter, à commencer par la mère dont le laxisme est bouleversant. Il y a aussi Carmela, la prostituée qui s’en remet à la Vierge pour la sauver, et qui enferme sa fille Celeste sur le balcon lorsqu’elle reçoit ses clients. Mimmo est amoureux de Celeste et aimerait aussi la délivrer de sa prison aérienne.

Les animaux aussi sont maltraités, comme le cheval Nanà, dont on apprend à la fin le douloureux et odieux secret. Des animaux personnifiés, qui ont une vraie place dans le quartier ; ajoutons à cela que les commerçants sont véreux, le prêtre corrompu, et la nature n’est pas en reste, puisqu’elle déverse elle aussi sa méchanceté sur la ville sous forme de pluies torrentielles et d’inondations destructrices.

« Borgho Vecchio » est noir, profondément noir. C’est un univers désespéré, où règnent la haine, la cruauté, la violence et l’absence de morale. Les moments d’espoir semblent si ténus que personne ne peut les saisir. Rien n’est positif, même le doux parfum du pain n’est évoqué que pour parler de ceux qui en manquent.

Heureusement, il y a l’écriture de Giosuè Calaciura. Intense, exubérante par moments, poétique en tous cas. Elle évoque tout un ensemble de sensations, on sent les odeurs, on ressent le souffle du vent, on entend les cris de Cristofaro, jusqu’au bouquet final qui nous emmène dans une course folle à la suite de Toto. A découvrir pour l’écriture dont Jérome Ferrari nous dit en préface du livre :

« La langue de Giosuè Calaciura est unique, objectivement unique : c’est une langue très belle, dense, poétique, baroque, traversée de constantes inventions métaphoriques. »

Borgho vecchio, Giosuè Calaciura, traduit de l’italien par Lise Chapuis, Notabilia , 22 août 2019, 160 p.

#BorgoVecchio#NetGalleyFrance

 

2 ème participation au challenge 1% de la rentrée littéraire, Challenge Il viaggio chez Martine.

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Rentrée littéraire : Borgho vecchio, Giosuè Calaciura

  1. je n’ai pas parlé du martyr de Nana car c’était tellement horrible…
    Ce roman est très particulier, l’écriture est magnifique, elle aide à continuer la lecture, à s’accrocher car cela vaut la peine…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s