Archives de tags | Nouvelle

S’abandonner à vivre, de Sylvain Tesson

« S’abandonner à vivre » illustre à nouveau le talent de Sylvain Tesson pour la nouvelle. L’aventurier érudit avait en effet reçu en 2009 le prix Goncourt de la nouvelle pour « Une vie à coucher dehors ». Les nouvelles qu’il présente ici sont de la même veine. Elles se déroulent dans les pays et villes qu’affectionne particulièrement l’auteur, la Russie notamment, et surtout la Sibérie, ainsi que l’Afghanistan, la Chine, l’Afrique du Nord, mais aussi la Suisse et… Paris.

Comme à son habitude, Tesson parsème ses textes de références littéraires ou philosophiques. Il souligne aussi quelques stéréotypes, comme lorsqu’il fustige l’opinion que nous, occidentaux, avons généralement des Russes, lorsque nous oublions que ceux-ci ne peuvent pas se relever en un clin d’œil de plusieurs décennies d’un communisme qui a détruit le pays tout entier.

Il y a du vaudeville dans ces nouvelles, tout particulièrement dans « La bataille » (celle de Borodino) et « La gouttière ». Cette dernière prend un sens particulier quand on sait que Sylvain Tesson a été victime d’une très mauvaise chute il y a deux ans, alors qu’il escaladait la façade d’un chalet à Chamonix !

Il y a également de la farce dans « Le téléphérique », de la sagesse dans « Le train », et sans aucun doute une bonne dose d’autobiographie et d’anecdotes vécues dans l’ensemble du recueil. Sylvain Tesson excelle dans ce genre difficile, parfois peu prisé des francophones, dont il maîtrise très bien l’art de la chute. Les dénouements nous laissent souvent souriants, parfois étonnés, mais jamais indifférents. Les personnages que décrit l’auteur sont confrontés à leur destin, tantôt prévisible, tantôt ironique, mais Sylvain Tesson réussit à ne pas être pessimiste : devant la force du destin, devant l’ironie du sort, il ne voit qu’une seule attitude possible : s’abandonner à vivre …

 

S’abandonner à vivre, Sylvain Tesson, Folio n° 5948, Mai 2015, 256 p.

 

Livre lu dans le cadre du challenge Objectif PAL 2017 chez Antigone

Publicités

Marple, Poirot, Pyne … et les autres.

Marple Poirot Pyne et les autresCe petit volume de la collection le Masque contient huit nouvelles qui ont été écrites par Agatha Christie, entre 1924 et 1954 :

Le mot pour rire (1941) : un jeune couple qui doit bientôt se marier vient d’hériter d’un grand-oncle commun, mais pas moyen de trouver le trésor, bien que tous deux aient fouillé de fond en comble la propriété du défunt. Miss Marple, qui leur a été présentée par une amie, utilise, comme d’habitude, sa connaissance profonde de la nature humaine, pour trouver par une simple déduction la nature du trésor et l’endroit où l’oncle facétieux l’avait dissimulé.

Le mystère des régates (1936) : Le riche Mr Pointz promène sur son yacht une petite cour empressée et sans aucun doute intéressée. Il a l’imprudence de garder sur lui sa mascotte, un énorme et coûteux diamant. La jeune Eve le met au défi de réussir à faire disparaître ce diamant au cours d’un dîner. Mr Pointz accepte, pensant qu’il sera impossible à la jeune fille de réaliser ce défi sous ses yeux. Elle y parvient pourtant mais se met à pleurer quand elle ne retrouve pas le diamant. Appelé à la rescousse, l’enquêteur Parker Pynne démasque rapidement le gang responsable ainsi que le truc utilisé pour subtiliser la pierre.

L’intrigante de Pollensa (1935) : Mr Parker Pyne est en vacances sur l’île de Majorque où il espère goûter un repos bien mérité. Malheureusement, une compatriote anglaise qui séjourne avec son fils Basil dans le même hôtel que lui, entend vanter les qualités que Mr Pyne possède pour résoudre les problèmes. Elle est justement très malheureuse parce que son fils chéri vient de se fiancer avec une jeune fille « épouvantable » qui a « très mauvais genre » et demande au vieil homme de l’aider… ce qu’il fera, mais peut-être pas comme Mrs Chester l’entendait ! Une nouvelle plutôt romanesque et amusante, rien de policier cette fois.

Nous deux mon chien (1929) : Pas de crime non plus dans cette nouvelle sentimentale dans laquelle Agatha Christie nous présente une jeune veuve pauvre qui n’a plus que … son chien. Mais l’animal, dont elle ne veut se séparer, l’empêche de trouver une place pour subvenir à ses besoins. Il ne lui reste plus qu’à épouser un riche prétendant qu’elle déteste pourtant…

Droit d’asile (1954) : Bunch, la femme du pasteur d’un petit village, découvre un inconnu agonisant à l’intérieur de l’église. Il meurt, sans avoir eu le temps de prononcer autre chose que le mot « asile ». La police retrouve la sœur du mourant et son beau-frère, venus rechercher les effets personnels. Leur comportement étrange éveille les soupçons de Bunch qui se rend chez sa marraine, Miss Marple, pour demander conseil. Quelques détails mettent tout de suite la vieille dame sur la bonne voie…

Miss Marple raconte une histoire (1935) : Miss Marple s’adresse à deux jeunes proches et leur fait part de son expérience dans une affaire illustrant « la myopie du spécialiste » : il s’agit du meurtre d’une jeune femme qui avait été à plusieurs reprises menacée par la mère d’une enfant qu’elle avait renversé en voiture.

La providence des amants (1927): le colonel Melrose et Mr Satterthwaite sont deux amis que tout oppose, et ils se trouvent ensemble devant une affaire à élucider : Sir James Dwinghton a été retrouvé assassiné dans sa bibliothèque, et des indices trop évidents imposent une enquête approfondie. D’autant que Lady Dwinghton et le beau Paul Delangua se dénoncent tour à tour, s’accusant chacun d’avoir assassiné la victime, l’une avec un revolver, l’autre avec une dague, tandis que la véritable arme du crime est une statuette de bronze !

Vol de bijoux à l’hôtel Métropole (1924) : Hercule Poirot est invité par un ami à passer un week-end au Grand Hôtel Métropole de Brighton. Ils y rencontrent Mr et Mrs Opsalen, dont la fortune s’illustre autour du cou de Mrs Opsalen. Celle-ci monte d’ailleurs dans sa chambre pour aller chercher son plus beau collier de perles afin de le faire admirer à Poirot et à son ami. Elle découvre que la parure n’est plus à sa place, dans la chambre gardée par sa bonne française, au-dessus de tout soupçon. Heureusement que Poirot est là pour déjouer un coup monté très ingénieux !

Au total, on retrouve le talent de la célèbre auteure, à travers ces courtes enquêtes où s’exercent les compétences de divers détectives, Miss Marple, Hercupe Poirot, et Parker Pynne qui ont tous en commun un sens aigu de l’observation du comportement humain, associé à celui de la réflexion. Le tout dans le style classique d’Agatha Christie, délicieusement désuet, qui nous plonge dans un univers bien éloigné des romans policiers d’aujourd’hui ! Un vrai régal pour les amateurs du genre…

Marple Poirot Pyne...livre de poche

 

Marple, Poirot, Pyne… et les autres, Agatha Christie, traduit de l’anglais par Michel Averlant, Le Masque n°1832, Paris, 1986, 188 p.

Au Livre de poche, Paris, 1997, 160 p.

 

Livre lu dans le cadre du Challenge Polars et Thrillers chez Sharon et A year in England chez Titine.

thrillerpolar-pativore1logo-by-eliza1

 

S’abandonner à vivre, de Sylvain Tesson

s'abandonner à vivreParu lors de la rentrée littéraire d’hiver 2014, et sorti il y a quelques jours en collection de poche, « S’abandonner à vivre » illustre à nouveau le talent de Sylvain Tesson pour la nouvelle. L’aventurier érudit avait en effet reçu en 2009 le prix Goncourt de la nouvelle pour « Une vie à coucher dehors ». Les nouvelles qu’il présente ici sont de la même veine. Elles se déroulent dans les pays et villes qu’affectionne particulièrement l’auteur, la Russie, et surtout la Sibérie, ainsi que l’Afghanistan, la Chine, l’Afrique du Nord, mais aussi la Suisse et … Paris.

Comme à son habitude, Tesson parsème ses textes de références littéraires ou philosophiques. Il souligne aussi quelques stéréotypes, comme lorsqu’il fustige l’opinion que nous, occidentaux, avons généralement des Russes, parce que nous oublions que ceux-ci ne peuvent se relever en un clin d’œil de plusieurs décennies d’un régime qui a détruit le pays tout entier. Il y a également du vaudeville dans ces nouvelles, tout particulièrement dans « La bataille » (de Borodino) et « La gouttière ». Cette dernière prend un sens particulier quand on sait que Sylvain Tesson a été victime d’une très mauvaise chute il y a quelques mois, alors qu’il escaladait la façade d’un chalet à Chamonix ! Enfin, il y a de la farce dans « Le téléphérique », de la sagesse dans « Le train », et certainement, une bonne dose d’autobiographie et d’anecdotes vécues dans l’ensemble du recueil.

Sylvain Tesson excelle dans ce genre difficile, parfois peu prisé des francophones, dont il maîtrise très bien l’art de la chute. Les dénouements nous laissent souvent souriants, parfois étonnés, jamais indifférents. Les personnages que décrit l’auteur sont confrontés à leur destin, tantôt prévisible, tantôt ironique, mais Sylvain Tesson réussit à ne pas être pessimiste : devant la force du destin, devant l’ironie du sort, il ne voit qu’une attitude possible : s’abandonner à vivre…

 

S’abandonner à vivre, Sylvain Tesson, Gallimard, Collection Folio n°5948, mai 2015, 256 p.

 

 

Eve et autres nouvelles, Jacqueline Harpman

ève et autres nouvellesAutant le dire clairement, Jacqueline Harpman fait partie de mes auteurs belges préférés. Donc un « mois belge » sans elle ne me paraît pas imaginable. J’aime surtout ses romans, dont « Le bonheur dans le crime », « La plage d’Ostende », « Brève Arcadie », entre autres. Mais la psychanalyste belge a aussi écrit des nouvelles dans lesquelles elle revisite les grands mythes fondateurs de l’humanité.

C’est le cas de la première nouvelle, qui donne son titre au recueil. Ève, qui est bien ici la femme d’Adam, écrit à Jacqueline Harpman afin de lui révéler le mensonge originel : Ève explique à l’auteure que le péché qui est à l’origine de tous nos maux n’est pas celui que l’on croyait… Cette nouvelle est un petit régal d’humour insolent à l’adresse de nos grands mythes.

Dans «Le placard à balais», l’auteure se dédouble, et souligne la façon dont le destin se joue de nous. L’ «Histoire de Jenny» évoque le destin tragique d’une jeune amie de l’auteure : une relation ambiguë, faite d’amitié, de rivalité, et parfois de désintérêt et de distance. Jusqu’à ce qu’un fond de culpabilité pousse Jacqueline Harpman à écrire l’histoire de Jenny.

« La forêt d’Ardenne » raconte un périple sans fin, dans une ambiance de fin du monde qui m’a fait penser à son roman bouleversant « Moi qui n’ai pas connu les hommes ».

Enfin, «La vieille dame et moi » nous en dit long sur les rapports de l’auteure avec l’écriture : une sorte de psychanalyse de la concordance des temps ! Avec une magnifique page sur la beauté de l’écriture manuscrite et des réflexions intéressantes sur ce qu’un écrivain attend de ses lecteurs.

Au total, des nouvelles qui font réfléchir, avec la belle écriture classique de Jacqueline Harpman, et où l’auto-dérision n’est jamais bien loin.

Ève et autres nouvelles, Jacqueline Harpman, Collection Espace Nord, Editions Labor, Bruxelles, 2005, 157 p.

 

Livre lu dans le cadre du mois belge d’Anne et Mina

Logo Khnopff Bocklin 40 ombre grise

Senso, de Camillo Boito

 

sensoCamillo Boito est né en 1836 à Rome et mort en 1914 à Milan. Architecte et écrivain, il n’a écrit que quelques nouvelles, ainsi que des essais concernant les arts et la restauration du patrimoine. Son frère, Arrigo Boito, fut une des figures de proue de la “Scapigliatura” milanaise, courant qui s’oppose à la culture officielle et se tourne vers l’expression de la folie, du macabre, et du morbide. Nous sommes au début du processus d’unification italienne, entre 1860 et 1888, à la transition entre le romantisme, le vérisme et le décadentisme. Ces auteurs rêvent à un accord parfait entre les trois arts qu’ils affectionnent, poésie, musique et peinture.

Camillo Boito n’est connu que pour sa nouvelle « Senso », court récit qui a été adapté au cinéma par Luchino Visconti en 1954. En un peu moins de soixante pages, la Comtesse Livia confie à son « carnet secret » une aventure vécue seize ans auparavant, alors qu’elle n’avait que vingt-trois ans et était mariée depuis peu à un vieux et digne représentant de la noblesse tyrolienne, mariage qu’elle avait cyniquement choisi, pour des motifs peu louables et  contre l’avis de sa famille.

Le récit commence à Venise où la belle Livia promène sa vanité et parade au milieu d’une cour d’officiers et de fonctionnaires, parmi lesquels elle remarque le beau Remigio. Celui-ci n’hésite pas à séduire la Comtesse, en pénétrant dans la « sirène » -large vasque entourée de parois de bois- dans laquelle elle se baigne nue le matin. Ainsi commence une liaison en apparence follement romantique, mais qui devient très vite pour la jeune femme inexpérimentée un piège sordide dont elle se vengera avec une cruauté ne souffrant aucun remord !

« Senso » est une magnifique nouvelle où le romantisme et le cynisme atteignent des sommets. L’écriture est précise et concise, et excelle à placer le lecteur à plusieurs reprises au centre d’un tableau vénitien dont il imagine sans peine les couleurs, les ombres et les reflets de l’eau omniprésente. La scène dans laquelle Remigio apparaît dans l’eau de la « sirène » est d’une grande beauté, à l’opposé de ce que deviendront les sentiments des amants quelques mois plus tard…

Senso, carnet secret de la Comtesse Livia, Camillo Boito, traduit de l’italien par Jacques Parsi, Actes Sud, Babel, Paris, 1994, 61p.

 

Lecture faite dans le cadre du challenge Il Viaggio, du challenge Italie 2015, du Challenge vénitien et du challenge Un classique par mois.

challenge italie

drapeau-italie-challenge-2015

Logo challenge vénitien

Challenge un classique par mois

Le bal, Irène Némirovski

le balPrésenté par son auteur comme un roman, et il s’agit d’ailleurs bien d’un texte romanesque à de nombreux égards, Le Bal s’apparente plutôt à une nouvelle en ce qui concerne sa forme : brièveté du texte, relation d’un épisode précis de la vie d’Antoinette, chute propre aux nouvelles…

Antoinette, l’héroïne du Bal, est une jeune fille de quatorze ans, fille unique d’un couple de juifs parvenus. C’est en effet pour couronner leur ascension sociale fulgurante que Mme Kamp, la mère d’Antoinette, décide de donner un bal où elle invitera tout ce que la ville compte de « gens bien », c’est-à-dire de gens qui ont des relations et qui, de préférence, portent un titre.

La jeune Antoinette, qui rêve depuis longtemps de participer à un bal, voit ses espoirs anéantis lorsque sa mère lui réplique avec colère, et sur un ton cruel, qu’il n’est pas question qu’elle assiste au bal. L’adolescente rumine son désespoir, en veut à la terre entière et à sa mère en particulier. Et c’est sans préméditation que, le lendemain, Antoinette saisit l’occasion de se venger de cette mère qui ne l’aime pas et ne cesse de la houspiller. La vengeance se concrétise dans la dernière partie du texte, où le lecteur assiste à l’humiliation de Mme Kamp, sous les yeux des domestiques et de Mme Isabelle, professeur de piano d’Antoinette et cousine de la famille.

Dans Le bal, la mère est odieuse; la fille également, mais on la comprend. Le père semble quant à lui plus compréhensif envers sa fille, mais il n’a pas le courage d’affronter sa femme pour défendre la jeune Antoinette. La vanité, ainsi que les relations de rivalité qui existent entre certaines mères et leur fille, sont au centre du récit.

Le bal, qui est l’un des premiers livres publiés par Irène Nemirovsky, est un texte très maîtrisé, qui est pour une large part autobiographique, l’auteur ayant en effet évoqué par la suite dans ses romans sa mère qui, quand elle n’était pas absente, lui montrait une franche hostilité. D’où sans doute l’émotion que l’auteur a su faire naître de ce court roman, à découvrir sans attendre.

 

Le bal, Irène Némirovski, Hachette, collection Biblio Collège, juin 2005, Paris, 128 p.

 

 

Livre lu dans le cadre du Challenge Un classique par mois, chez Stephie.

Challenge un classique par mois